Le deuxième groupe sanguin négatif pendant la grossesse

Les sentiments et le pragmatisme sont des choses incompatibles: à la rencontre de deux personnes aimantes, il n’est pas habituel de s’intéresser au groupe sanguin. Comme le montre la pratique - malheureusement. La compatibilité psychologique et sexuelle idéale des amoureux peut être éclipsée par une incompatibilité sanguine.

Grossesse souhaitée - bonheur pour les conjoints. En vue de la conception du premier-né, en plus de la transition vers un mode de vie sain, excluant toute mauvaise habitude, les futurs parents doivent déterminer les groupes sanguins et les facteurs Rh. Ici, les concepts de grossesse et de groupe sanguin sont également importants pour la naissance d'un bébé en bonne santé. La compatibilité de cette caractéristique des parents et du facteur Rh de la mère et du fœtus affecte le déroulement positif de la grossesse.

La prise de conscience des problèmes de compatibilité des groupes sanguins pendant la grossesse aidera à prévenir d'éventuelles conséquences négatives. Des prélèvements sanguins réguliers chez une femme enceinte vous permettent d'identifier les anticorps à temps, et une intervention médicamenteuse aidera à préserver la santé du fœtus.

Compatibilité des groupes sanguins pendant la grossesse

L'appartenance à un groupe sanguin spécifique chez une personne commence à se former pendant la période utérine. Dès la conception, l'enfant reçoit le sang des parents à parts égales. Premièrement, le bébé a les quatre groupes dans des pourcentages différents. Dans ce cas, le parent domine et le plus souvent l'enfant reçoit un groupe de père ou de mère.

La question de la compatibilité du sang pendant la grossesse revêt une grande importance non seulement pour le facteur Rh, mais également pour le groupe. Il s’agit des caractéristiques biochimiques du sang de différentes personnes, dues aux différences de structure de ses protéines.

La grossesse et le groupe sanguin ne causent pas de complications dans les situations suivantes:

  • Les partenaires ont les mêmes groupes;
  • La mère a le quatrième;
  • Mon père a le premier groupe.

Les facteurs Rh positifs et Rh négatifs sont déterminés par la présence ou l'absence d'antigène D spécifique à la surface des globules rouges. La présence de cette protéine rend une personne Rh-positive. S'il est absent, alors la personne a un groupe sanguin Rh négatif.

L'un des tests effectués pendant la grossesse détermine la compatibilité du facteur Rh de la mère et du fœtus. Chez une femme dont le groupe sanguin est négatif, une grossesse et un accouchement peuvent survenir avec des complications.

Groupe sanguin négatif pendant la grossesse

Un groupe sanguin négatif pendant la grossesse ne représente pas toujours une menace pour le fœtus.

  • Dans le cas où un bébé avec un groupe sanguin négatif a également un facteur Rh négatif, le sang du fœtus et de la mère étant similaires, il n'y aura pas de conflit;
  • Dans de rares cas, lorsque le père Rh positif et la mère Rh négative forment un groupe sanguin Rh négatif, la grossesse se passe également sans complications;
  • Si la mère a un groupe sanguin positif et que le bébé a un groupe sanguin négatif, les protéines ne seront pas incompatibles.

Des problèmes surviennent lorsque la mère Rh-négative a un fœtus avec un groupe positif. Le sang dans le corps de la femme peut commencer à produire des anticorps pour détruire les protéines étrangères du bébé.

Si la femme Rh-négative est enceinte pour la première fois et qu'elle n'avait auparavant aucun avortement ni aucune fausse couche, ne vous inquiétez pas. Le sang dans le corps de la mère n'a pas encore rencontré de globules rouges et n'a pas appris à "se battre" avec eux.

Les femmes dont le test sanguin Rh est négatif sont effectuées pour déterminer le contenu en anticorps. Une attention particulière est accordée aux femmes dont le groupe sanguin est négatif et pour lesquelles des anticorps ont été détectés.

Prévenir le conflit entre le sang de la mère et celui du fœtus permet au gynécologue de fixer à temps une injection d'anti-D-immunoglobuline, sans danger pour la mère et l'enfant.

Conflit de groupes sanguins pendant la grossesse

Le conflit des groupes sanguins pendant la grossesse est un problème aussi grave que le conflit rhésus. Une telle situation peut survenir lorsqu'une mère et un futur enfant forment des groupes différents.

Si une femme a un groupe sanguin:

  • Le premier ou le deuxième - le conflit est possible avec le fruit du troisième groupe;
  • Le premier ou le troisième - il peut y avoir un conflit avec le deuxième groupe de sang chez le bébé;
  • Premier, deuxième ou troisième - un conflit est probable si l'enfant a un quatrième groupe.

La combinaison la plus dangereuse est quand une femme avec le premier groupe de sang porte un bébé avec le deuxième ou le troisième. Dans ce cas, le développement d'une maladie hémolytique chez le nouveau-né est le plus probable.

Le groupe à risque comprend les femmes qui ont fait une fausse couche ou un avortement, qui ont reçu une transfusion sanguine, qui ont déjà un enfant avec un retard mental ou une maladie hémolytique.

Le développement d'un conflit immunologique de groupe est possible chez les couples avec les combinaisons suivantes de groupes sanguins:

  • Une femme avec O (I) et un homme A (II), B (III) ou AB (IV);
  • Une femme avec A (II) et un homme B (III) ou AB (IV);
  • Une femme avec B (III) et un homme A (II) ou AB (IV).

La grossesse et le groupe sanguin constituent un problème important auquel tous les jeunes couples doivent faire attention avant de décider de concevoir un enfant. Et si vous êtes déjà enceinte, ne remettez pas le voyage à la clinique prénatale. L'enregistrement en temps opportun aidera à identifier le risque de conflit potentiel dans les groupes sanguins et le facteur Rh et constituera la clé d'une grossesse sans risque.

Vidéos YouTube liées à l'article:

Vous avez trouvé une erreur dans le texte? Sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée.

Au Royaume-Uni, il existe une loi selon laquelle un chirurgien peut refuser d'opérer un patient s'il fume ou est en surpoids. Une personne devrait abandonner ses mauvaises habitudes et peut-être n'aura-t-elle pas besoin d'une intervention chirurgicale.

Pendant les éternuements, notre corps cesse complètement de fonctionner. Même le coeur s'arrête.

Des scientifiques américains ont mené des expériences sur des souris et ont conclu que le jus de melon d'eau empêche le développement de l'athérosclérose. Un groupe de souris a bu de l'eau pure, et le second - jus de melon d'eau. En conséquence, les vaisseaux du deuxième groupe étaient exempts de plaques de cholestérol.

Une personne instruite est moins susceptible aux maladies du cerveau. L'activité intellectuelle contribue à la formation de tissu supplémentaire, compensant ainsi la maladie.

Le foie est l'organe le plus lourd de notre corps. Son poids moyen est de 1,5 kg.

Un travail qui ne plaît pas à la personne est beaucoup plus préjudiciable à sa psyché que le manque de travail.

La plupart des femmes ont plus de plaisir à contempler leur beau corps dans le miroir que le sexe. Alors, les femmes, luttons pour l'harmonie.

Dans un effort pour sortir le patient, les médecins vont souvent trop loin. Par exemple, un certain Charles Jensen de 1954 à 1994. a survécu à plus de 900 opérations d’élimination du néoplasme.

Le médicament bien connu "Viagra" a été développé à l'origine pour le traitement de l'hypertension artérielle.

James Harrison, un résident australien âgé de 74 ans, est devenu un donneur de sang environ 1 000 fois. Il a un groupe sanguin rare dont les anticorps aident les nouveau-nés atteints d'anémie sévère à survivre. Ainsi, l'Australien a sauvé environ deux millions d'enfants.

Le médicament contre la toux "Terpinkod" est l’un des vendeurs les plus vendus, pas du tout à cause de ses propriétés médicinales.

Pendant le fonctionnement, notre cerveau dépense une quantité d'énergie égale à une ampoule de 10 watts. Ainsi, l'image d'une ampoule au-dessus de la tête au moment de l'émergence d'une pensée intéressante n'est pas si éloignée de la vérité.

Le premier vibrateur a été inventé au 19ème siècle. Il travaillait sur une machine à vapeur et était destiné à traiter l'hystérie féminine.

De nombreux médicaments initialement commercialisés en tant que médicaments. L’héroïne, par exemple, a été à l’origine commercialisée comme remède contre la toux des bébés. Et les médecins recommandaient la cocaïne comme anesthésie et comme moyen d'augmenter l'endurance.

Le poids du cerveau humain représente environ 2% de la masse corporelle totale, mais consomme environ 20% de l'oxygène pénétrant dans le sang. Ce fait rend le cerveau humain extrêmement susceptible aux dommages causés par le manque d'oxygène.

Beaucoup de gens se souviennent de la phrase suivante: "La Crimée est une station de santé pour tous les syndicats." Dans les étendues de l'ex-Union soviétique et maintenant de la CEI, de la mer Baltique à l'océan Pacifique, il est peu probable qu'on les trouve.

Danger de groupe sanguin négatif pendant la grossesse

Toutes les femmes qui attendent un bébé doivent réussir une analyse pour déterminer le groupe et le rhésus du sang. Cela est nécessaire pour identifier dès que possible les femmes dont le groupe sanguin est négatif pendant la grossesse. Pourquoi les médecins doivent-ils connaître le facteur Rh de la future mère et quel en est l'impact sur le développement de l'enfant?

Dans cet article, nous examinerons ce que sont le facteur Rh et le conflit Rh, pourquoi un groupe sanguin négatif est dangereux pendant la grossesse et comment porter et mettre au monde un bébé en santé, malgré le facteur Rh négatif du sang de la mère.

Qu'est-ce que le facteur Rh et le conflit rhésus?

Facteur Rh - une protéine spéciale qui se trouve à la surface des cellules sanguines. Si cette protéine est présente sur les cellules sanguines, ils disent alors que le facteur Rh est positif et, lorsqu'ils indiquent un groupe sanguin, ils écrivent les lettres Rh, puis mettent un plus. Lorsqu'il n'y a pas de protéines dans les cellules sanguines, ils considèrent que le facteur Rh est négatif, ce qui est indiqué par un signe moins. Il convient de noter que 85% de tous les habitants de la planète ont un facteur Rh positif.

Il existe par exemple un conflit rhésus - une situation dans laquelle une femme qui a un bébé a un sang Rh négatif et un futur enfant en a un positif. Par exemple, si une femme a un groupe sanguin négatif pendant la grossesse 4 et que le père du bébé a un 3 positif, il est alors possible que le bébé ait une HR positive.

Cela est dû au fait que l'héritage du facteur Rh a lieu selon certaines lois:

  • si le père et la mère ont un rhésus positif, le bébé aura également un rhésus positif;
  • si les deux parents ont un facteur Rh négatif, l’enfant l’aura également;
  • si l’un des parents a un Rh négatif et l’autre un positif, alors le Rh de l’enfant est déterminé avec une probabilité de 50% de 50%.

Les situations où une femme a un groupe sanguin négatif pendant la grossesse est égal à 1, 2, 3 ou 4 et où l'enfant qu'elle porte est positif et dangereux pour la santé du bébé.

Quel est le danger lorsqu'une femme a un groupe sanguin négatif pendant la grossesse

La mère et l'enfant dans son ventre sont étroitement liés. Bien que les mouvements de sang d'une femme et d'un bébé se produisent dans différents vaisseaux sanguins, il est possible que du sang se mélange en raison de certains facteurs, par exemple lorsque le placenta est détaché. Pourquoi la situation est-elle dangereuse quand le sang d'une femme avec 3 sang négatif pendant la grossesse reçoit le sang du bébé avec un facteur Rh positif?

Le système immunitaire de la future mère considérera les cellules sanguines de l’enfant comme des cellules étrangères et commencera à produire des anticorps dirigés contre elles, qui pénétreront ensuite dans le corps du bébé et tenteront de détruire «l’ennemi». En conséquence, une augmentation de la décomposition des globules rouges (globules rouges porteurs d’oxygène) se produit dans le sang de l’enfant, ce qui endommage les organes internes du bébé en raison du manque d’oxygène. Le cerveau, les reins, le foie et la rate souffrent le plus. Cette maladie est appelée maladie hémolytique du fœtus. Si le conflit rhésus est grave, la mort fœtale est possible. Dans les cas où un groupe sanguin négatif au cours de la grossesse a entraîné un «léger» conflit Rh, le bébé naît avec une anémie du nouveau-né ou un ictère.

Le mélange du sang d'une femme avec un facteur Rh négatif et du sang d'un enfant avec un facteur positif peut également se produire pendant le travail, au moment de la rupture du placenta. Dans de tels cas, les médecins parlent de maladie hémolytique du nouveau-né. Les bébés font donc des transfusions sanguines avec un facteur Rh négatif. De plus, il est nécessaire d'effectuer cette opération dans les 36 heures suivant la naissance de l'enfant.

Si une femme a un groupe sanguin 2 pendant la grossesse et est négative, et que le père de son enfant est positif, le conflit Rh ne se produit pas toujours. Il est possible que le port d'un bébé passe sans risque et sans complications. Et déjà en cours d’accouchement, le sang va se mélanger, et dans le corps de la femme, des anticorps dirigés contre les cellules avec un facteur Rh négatif seront toujours produits.

Si une femme avec 4 groupes sanguins négatifs pendant la grossesse pour la première fois n'a pas eu de conflit Rh avec l'enfant, ou s'il a agi sous une forme bénigne, il y a une forte probabilité qu'elle ait un conflit Rh sous sa forme sévère au cours de la grossesse suivante. Depuis la première grossesse, des anticorps se sont déjà formés dans son corps pour attaquer les cellules sanguines avec un facteur Rh positif.

Comment donner naissance à un bébé en bonne santé

Si une femme a un groupe sanguin négatif pendant la grossesse 2, il ne s'agit pas d'une peine pour la santé et la vie du bébé. De nos jours, la science médicale a fait de grands progrès et des médicaments ont longtemps été mis au point pour aider à prévenir ou à réduire le degré de conflit rhésus de mère à enfant. La principale chose qu’une femme présentant un facteur Rh négatif doit faire si elle veut donner naissance à un bébé en bonne santé est de s’inscrire à temps pour la grossesse dans la clinique prénatale, de consulter régulièrement le gynécologue, de passer tous les tests nécessaires et, bien sûr, de suivre toutes les instructions du médecin..

Lorsqu'une future mère a un groupe sanguin négatif pendant la grossesse 3, elle doit donner du sang veineux dès la conception même de l'enfant et jusqu'à 32 semaines de portage du bébé une fois par mois pour déterminer les anticorps des cellules sanguines Rh-positives. De 32 à 35 semaines de grossesse, une femme donne du sang par une veine deux fois par mois, puis toutes les semaines. Les résultats de ces analyses permettent aux gynécologues de suivre la concentration d'anticorps dans le sang d'une femme enceinte à temps et de constater le début du conflit Rh entre mère et enfant à temps.

De nos jours, il existe un vaccin prophylactique contre le conflit rhésus, il contient une immunoglobuline antirhésus. Le vaccin est administré à une femme enceinte pendant une période de 27 à 28 semaines si, dans les résultats de ses tests sanguins, aucun anticorps contre les cellules sanguines positives pour le rhésus n'a été détecté dans une veine. La décision de prendre des mesures pour prévenir le conflit Rh doit être un médecin, et une femme enceinte doit suivre strictement ses recommandations.

Qu'est-ce qui menace le facteur Rh négatif chez la femme enceinte et son effet sur le fœtus?

Un facteur Rh négatif chez une femme enceinte avec un fœtus Rh positif peut entraîner des complications de la gestation, une naissance prématurée et des lésions aux organes internes de l'enfant. Ceci est dû à l'iso-immunisation (sensibilisation) - à la production par la mère d'anticorps du corps, dont l'action est dirigée vers les globules rouges du foetus contenant un antigène étranger.

Les femmes avec un Rh négatif devraient envisager le risque d'incompatibilité des érythrocytes lors de la conception et prendre des mesures préventives pour prévenir un conflit rhésus.

La possibilité de conception

Le système hématopoïétique du fœtus commence à se former dans la seconde moitié du premier trimestre de la gestation. Cela signifie que les complications de la grossesse avec un facteur Rh négatif n'affectent pas la possibilité de conception.

La probabilité de devenir enceinte lors de la première tentative dépend uniquement de facteurs affectant l'ovulation, la motilité des spermatozoïdes, ainsi que de la compatibilité individuelle des génotypes des futurs parents.

Avant de concevoir, il est nécessaire de comparer les groupes sanguins des futurs parents, d'analyser l'historique des événements susceptibles d'entraîner une sensibilisation de l'immunité maternelle et de planifier la vaginalisation en tenant compte des résultats de la recherche. Les enfants d'une mère avec 1 groupe négatif et d'un père avec 2, 3 ou 4 enfants positifs sont les plus à risque.

Comment cela affecte-t-il le cours de la grossesse

L'incompatibilité du rhésus chez la mère et l'enfant n'est pas une garantie d'un conflit immunitaire. Normalement, il existe une barrière hémato-placentaire entre le flux sanguin du fœtus et celui qui la porte, ce qui empêche le mélange de deux types de sang et le développement de la réponse immunitaire.

Un certain nombre d'érythrocytes d'un enfant peuvent pénétrer dans le corps de la mère en l'espace de 8 à 12 semaines, car à la 8e semaine de grossesse, le système hématopoïétique commence à se former chez le fœtus et jusqu'à la 12e semaine, la barrière hématopoïétique (placenta) qui forme l'élément n'a pas encore de structure claire.

Lors de la réalisation du premier enfant en l'absence de facteurs de risque, une sensibilisation est rarement observée. Cela est dû au fait qu’au contact, avant la formation du placenta, il se forme des anticorps de courte durée M (Ig M), présents dans le sang en faible concentration, qui ne pénètrent pratiquement pas dans la barrière hémato-placentaire et ne représentent aucune menace pour le fœtus.

Par exemple, si une femme a 2 groupes négatifs et qu'un fœtus en a 3 positifs, la probabilité d'iso-immunisation lors de la première grossesse est faible, mais il existe un risque d'incompatibilité du groupe sanguin. Si le deuxième enfant a 3 groupes négatifs, ce qui est possible en raison de la dominance du facteur Rh positif chez le père, la réponse immunitaire n'affectera pas le deuxième fœtus.

Les facteurs de risque de conflit Rh sont les suivants:

  • une histoire de transfusions sanguines Rh-positives;
  • études invasives sur la santé fœtale (biopsie des tissus chorioniques, sang de cordon fœtal et liquide amniotique fœtal);
  • la survenue de saignements dus à un décollement placentaire précoce;
  • développement de pathologies affectant l'intégrité des villosités choriales (prééclampsie, diabète sucré, certaines infections virales, y compris la grippe);
  • izoimmunisation intra-utérine de la fille Rh-négative à la naissance par la mère Rh-positive;
  • interruption artificielle de la grossesse pendant plus de 8 semaines;
  • avortement spontané (fausse couche);
  • saignements dus à des dommages au placenta lors de la séparation du siège de bébé ou lors de l’accouchement;
  • entrée de sang de cordon ombilical dans le corps de la mère lors de l'accouchement naturel;
  • césarienne.

En cas de facteurs de risque supplémentaires ou de grossesses répétées, des anticorps à vie longue (Ig G) se forment dans le sang de la mère, ce qui forme une immunité permanente. Lorsque l'antigène D est réintroduit dans le corps, les Ig G, de petite taille, sont activement libérées dans le sang, pénètrent dans la barrière placentaire et provoquent la dégradation des érythrocytes du fœtus (hémolyse intravasculaire).

Le conflit des érythrocytes antigéniques ne provoque pas de symptômes spécifiques chez une femme qui porte un enfant Rh-positif. Le seul symptôme d'un conflit peut être des troubles fonctionnels qui ressemblent à l'évolution d'une toxicose tardive. Le critère de diagnostic est la présence d'anticorps dirigés contre l'antigène D dans le sang d'une femme enceinte Rh négatif.

Avec l'apparition précoce de la réponse immunitaire, des fausses couches et des mortinaissances peuvent survenir. Les femmes du premier groupe courent un risque de complications gestationnelles: même en l'absence de conflit Rh, elles présentent souvent une incompatibilité de groupe avec le fœtus. Avec les groupes 2 et 3 chez un enfant, la probabilité de conflit dans le groupe est de 80%, avec 4 - 100%.

La présence d'un facteur Rh négatif pendant la grossesse affecte la liste des études de diagnostic et des procédures médicales. Le diagnostic du conflit d'immunité maternelle et des globules rouges de l'enfant comprend les mesures suivantes:

  • Analyse visant à déterminer la concentration (titre) et la classe d'anticorps anti-antigène D. Pendant la première grossesse et en l'absence de signes d'iso-immunisation, cette étude est réalisée tous les 2 mois. Lorsque vous portez les enfants suivants ou s'il existe des signes de sensibilisation jusqu'à 32 semaines, l'analyse doit être effectuée tous les mois, à 32-35 semaines - toutes les 2 semaines, à 35-40 semaines - tous les 7 jours.
  • Échographie du foetus. Le diagnostic par échographie du fœtus en cas de suspicion de conflit rhésus est effectué 4 fois au cours de la période de gestation de 20 à 36 semaines et de nouveau avant l’accouchement. Une échographie examine la taille du placenta, des organes internes, de l'abdomen et du corps du fœtus, le volume de liquide amniotique, l'épaisseur des veines ombilicales.
  • Examen de la fonction cardiaque fœtale (ECG, FCG, CTG). La phonocardiotocographie, la cardiotocographie et l’électrocardiographie permettent de déterminer les polyhydramnios, les perturbations du travail du cœur causées par un œdème péricardique et le degré d’hypoxie.
  • Échantillons de liquide amniotique et de sang de cordon ombilical. L'amniocentèse et la cordocentèse permettent d'étudier le titre de l'antigène Ig G, le degré de maturité des organes internes de l'enfant, la concentration en pigment biliaire et en hémoglobine, la composition gazeuse du sang, le niveau d'albumine, l'hématocrite, le contenu en réticulocytes et les anticorps dangereux dans le sang de cordon.

Pour la prévention et le traitement des complications de la réponse immunitaire des femmes enceintes Rh-négatives, plusieurs cycles de traitement non spécifique sont prescrits. Il comprend:

  • des vitamines;
  • métabolisme;
  • complexes minéraux avec le fer et le calcium;
  • antihistaminiques.

En parallèle avec le traitement médicamenteux est effectuée l'oxygénothérapie. Le premier cours d’appui est prévu pour 10 à 12 semaines, le deuxième pour 22 à 24 ans et le troisième pour les 32 à 34 ans. Lorsqu’un début précoce d’un conflit rhésus ou une maladie grave chez le fœtus enceinte, une procédure est utilisée pour nettoyer le sang des anticorps anti-antigène D (échange plasmatique).

Femmes enceintes à risque d’iso-immunisation, à la 28 e semaine, on administre de l’immunoglobuline RhoGAM. Si une femme saigne ou a été testée avec du liquide amniotique et du sang de cordon, une deuxième injection peut être nécessaire à la semaine 34.

Caractéristiques de l'accouchement

Un groupe sanguin négatif chez les femmes pendant la grossesse est un facteur de risque de déclenchement prématuré du travail. En choisissant une méthode de naissance, le médecin prend en compte l’état du fœtus et la présence d’anticorps dans le sang maternel, car réaliser une césarienne augmente le risque de sensibilisation.

Si le facteur Rh maternel est négatif mais qu'il n'y a aucun signe d'iso-immunisation, le travail est effectué selon un protocole standard. Avec un état satisfaisant et un développement fœtal normal, il est possible de donner naissance à une mère sensibilisée pendant une période de plus de 36 semaines.

En cas de maladie grave de l'enfant, une césarienne est recommandée pour une période ne dépassant pas 38 semaines. Avant la césarienne, une transfusion de sang intra-utérin est possible. La transfusion sanguine au fœtus peut réduire l'hypoxie et prévenir les fausses couches tardives.

Immédiatement après la naissance, les enfants présentant des complications graves du conflit rhésus sont soumis à une transfusion d'échange d'érythrocytes du groupe 1, du plasma ou du sang du groupe nécessaire présentant un rhésus négatif. Cela est dû au fait que des anticorps antirhésiens sont toujours présents dans le sang d'un nouveau-né, qui lui est venu du sang d'une femme.

Les enfants du groupe sanguin 4 sont des receveurs universels (receveurs). Par conséquent, en l'absence du biomatériau requis, il est autorisé à transfuser le sang de tout groupe avec un groupe Rhésus négatif.

Pendant les 14 jours suivant la naissance d'un bébé présentant des signes d'anémie, il est interdit d'allaiter avec du lait maternel.

En l’absence de maladie, l’allaitement peut commencer immédiatement après l’injection d’une immunoglobuline spécifique, qui détruit les globules rouges Rh positifs dans le sang de la mère et arrête la production d’anticorps.

Impact sur l'enfant

La combinaison d'un groupe sanguin négatif et d'une grossesse avec un fœtus Rh positif n'est pas dangereuse pour le corps de la mère.

Pour un enfant, les effets de la sensibilisation sont plus graves, car La cible des anticorps IgG sont ses globules rouges, des globules rouges chargés de remplir le sang en oxygène.

En conséquence, la production d'anticorps permanents chez un enfant développe une maladie hémolytique du nouveau-né, caractérisée par une nette diminution du nombre de globules rouges, la présence d'hypoxie (déficit en oxygène dans les tissus) et d'autres complications. La bilirubine s'accumule dans les organes internes de l'enfant - un pigment biliaire, produit du métabolisme de l'hémoglobine à partir de globules rouges détruits. Le même pigment provoque une intoxication du fœtus ou du soi-disant SNC par le SNC. "Encéphalopathie Bilirubinovoy."

La présence d’un conflit de groupe (par exemple, le troisième groupe positif dans le fœtus et le second groupe sanguin maternel négatif) pendant la grossesse provoque une dégradation plus active des érythrocytes et une aggravation de l’intoxication.

Les conséquences d'un conflit Rh pour un enfant ne sont pas seulement un risque élevé de mort immédiatement après la naissance, mais également une défaite des organes internes et du système nerveux central. L’intoxication précoce par la bilirubine et l’impact négatif de l’iso-immunisation sur la grossesse peuvent entraîner des troubles de l’audition et retarder le développement physique et mental de l’enfant.

La probabilité d'indicateurs de conflit

La probabilité d'un conflit rhésus entre la mère et le fœtus est déterminée par la combinaison des génotypes des parents.

Le génotype de l'enfant consiste en une paire d'haplotypes dont l'un provient de la mère et le second du père. Chacun des haplotypes peut contenir des informations sur la présence ou l'absence de déterminants antigéniques. La présence d'antigène (D) à la surface des érythrocytes est un trait dominant et son absence (d) est récessive. Par conséquent, avec un génotype fœtal hétérozygote (Dd), son statut sera Rh-positif.

La mère Rh-négative de l'enfant a toujours un génotype homozygote (dd).

Le risque de développer un conflit Rh (schéma héréditaire Rh)

Facteur Rh négatif pendant la grossesse

À propos du facteur Rh, présent dans le sang de chaque personne, au moins une fois dans sa vie, tout le monde a entendu parler. C'est une protéine qui recouvre les globules rouges. Chez certaines personnes (environ 85% de la population mondiale), elle est présente et chez d'autres, elle est absente. En principe, les hommes et les femmes Rh-négatifs ne sont pas différents des autres, et cette caractéristique de leur corps ne devient fondamentale que dans deux cas - si nécessaire, transfusion sanguine et grossesse.

Il est important de noter qu'un facteur Rh négatif n'est en aucun cas une contre-indication à la grossesse, mais toutes les femmes présentant une telle caractéristique doivent être conscientes d'un phénomène aussi dangereux que le conflit Rh.

Comment se produit le conflit rhésus?

Le facteur rhésus du fœtus dépend des facteurs rhésus de ses parents, mais il est impossible de le déterminer avec une précision de 100%. Cependant, il existe un tableau qui permet de déterminer plus ou moins précisément le risque de conflit entre le sang de la mère et celui du fœtus.

En outre, la cause du conflit peut être le groupe sanguin des futurs parents (ou plutôt l’ensemble de protéines caractéristique de chacun d’eux). La probabilité de son développement peut être déterminée par une autre table.

En termes de pourcentage, la possibilité d'un conflit mère-enfant entre Rhésus n'est pas si grande (en effet, selon les statistiques, elle survient dans moins de 1% des femmes enceintes). Mais si cela se produisait, la situation serait si grave que les futurs parents devraient faire l'objet d'une recherche appropriée et, s'il existe un risque même minime, il est impératif de consulter un médecin.

Quels sont les risques de conflit rhésus?

Le rhésus négatif d’une mère ne peut être dangereux pour un bébé «positif» que lorsque ses cellules sanguines pénètrent dans le sang de la mère. Son corps y réagit comme tout corps étranger et commence immédiatement à les attaquer.

Au début, ils provoquent une légère anémie chez le fœtus, mais plus tard, il n’a tout simplement pas le temps de produire de nouveaux globules rouges pour remplacer ceux qui sont détruits, ce qui peut entraîner le développement de maladies et de pathologies graves:

  • maladie hémolytique, anémie;
  • hépatite et autres troubles du foie;
  • lésions du système nerveux central;
  • les poches et l'hydropisie.

Dans les cas de conflit Rh les plus graves, une fausse couche, le décès d'un futur bébé dans l'utérus ou la naissance d'un enfant décédé peuvent provoquer une fausse couche.

Vidéo - grossesse et conflit rhésus: risques pour la mère et le bébé

Quand le bébé est-il en danger?

Un facteur Rh négatif lors de la première grossesse ne comporte généralement aucun risque pour le fœtus, en particulier dans les cas où la grossesse se déroule sans incident. Cependant, s’il ya une deuxième grossesse ou les antécédents d’une femme, il existe des facteurs défavorables. Dans ce cas, les médecins parlent alors d’un phénomène appelé sensibilisation.

C'est-à-dire qu'une certaine quantité de sang avec le rhésus opposé a déjà pénétré dans le sang de la mère, son corps est "familier" avec les érythrocytes extraterrestres de l'enfant et a commencé à produire des anticorps dangereux contre eux. La sensibilisation survient généralement après:

  • accouchement naturel;
  • grossesse extra-utérine;
  • césariennes;
  • avortements et fausses couches;
  • grossesses compliquées (décollement placentaire, etc.);
  • blessures abdominales pendant la grossesse;
  • couture sur le col de l'utérus (par exemple, lors du port de jumeaux);
  • effectuer des procédures invasives: cordocentèse, amniocentèse, etc.
  • chez les filles, la sensibilisation se produit parfois même avant la naissance (dans les cas où les cellules sanguines d'une mère Rh-positive pénètrent dans son sang).

Ces femmes sont considérées comme étant à risque et doivent donc faire l'objet d'une surveillance particulière pendant la période de portage.

Tout le monde sait que l'avortement est dangereux. Mais avec un Rh négatif, elles comportent un double risque, car toutes les grossesses ultérieures sont automatiquement menacées en raison de la sensibilisation.

Comment le conflit rhésus est-il diagnostiqué?

Le danger de la situation réside dans le fait qu’avec l’augmentation de la masse critique d’anticorps dans le corps de la femme enceinte, elle ne ressent presque rien, c’est-à-dire qu’elle est incapable d’identifier les changements survenant chez son enfant. Parfois, la future mère peut ressentir un certain malaise, mais on lui attribue généralement une position «intéressante».

Les signes du fait que la mère et le bébé ont commencé le conflit Rh peuvent être déterminés par échographie. Dans ce cas, le fœtus présente les symptômes suivants:

  • accumulation de liquide dans certaines cavités du corps;
  • gonflement grave;
  • La «posture du Bouddha», caractérisée par un gros ventre et des membres écartés;
  • l'élargissement du cœur et d'autres organes;
  • épaississement des veines du placenta et du cordon ombilical.

Pour identifier le risque pour le fœtus le plus tôt possible et prévenir toutes les complications, même au début de la grossesse, les futures mère et père devraient subir un test sanguin afin de déterminer le facteur Rh.

Si le risque de conflit existe, il sera constamment placé sous la stricte surveillance de spécialistes au cours des neuf prochains mois. Environ vers la 18e / 20e semaine (s'il y a déjà eu des cas de conflits Rh, alors plus tôt), une analyse de sang chez la femme enceinte devra être soumise à une autre analyse de sang, qui devrait révéler la concentration en anticorps. La norme est le résultat (titre) de moins de 1 à 4 - dans ce cas, les médecins peuvent dire qu'il n'y a pas de danger pour l'enfant. Mais même si la quantité d’anticorps dans le sang est minime, elle devra consulter régulièrement son médecin, faire toutes sortes de recherches et suivre l’état de son bébé. Des analyses répétées sont effectuées au début du troisième trimestre, après quoi le médecin décide de la tactique à adopter.

Comment protéger un enfant?

Pour réduire le conflit rhésus, un traitement désensibilisant non spécifique est recommandé à toutes les femmes enceintes (semaines 10-12, 22-24 et 32-34), consistant en préparations vitaminées, préparations de calcium et de magnésium, métaboliques et antihistaminiques, oxygénothérapie, etc. d.

Si des études ont montré que le titre en anticorps est suffisamment élevé, un vaccin spécial est introduit chez la femme, appelé immunoglobuline anti-rhésus. Il est capable de neutraliser les anticorps déjà développés dans le corps de la mère, ce qui réduit considérablement les risques pour la santé du bébé. Habituellement, la première dose est administrée de la 28ème à la 34ème semaine et la seconde, pas moins de 3 jours après la naissance, afin de prévenir le risque de conflit Rh lors de futures grossesses possibles.

Dans les situations les plus graves, le fœtus nécessite une procédure de transfusion intra-utérine afin de compenser la pénurie de cellules sanguines détruites par les anticorps du corps de la femme. Si la période de gestation dépasse 32 à 34 semaines, les médecins soulèvent la question de la césarienne urgente, car le "bombardement" constant du corps de l'enfant par des anticorps féminins peut être dangereux pour sa vie.

Il existe des familles dans lesquelles, à la suite de ce phénomène désagréable, plusieurs grossesses se sont soldées par des fausses couches, la mort foetale ou la naissance d’enfants décédés. La procédure de FIV est la seule issue possible: la fécondation de l'œuf n'a pas lieu dans l'utérus mais dans une éprouvette, après quoi les embryons sont examinés pour rechercher la présence d'un gène spécifique et seuls ceux à facteur Rh négatif sont insérés dans l'utérus.

Prévention des conflits rhésus

Malheureusement, il est presque impossible d'éviter complètement le conflit des femmes Rh négatif, mais elle peut prendre certaines précautions. Tout d'abord, elle doit prendre sa santé très au sérieux et, si nécessaire, les transfusions sanguines doivent informer les médecins du rhésus négatif. En outre, les avortements doivent être évités autant que possible (surtout si la grossesse est la première) et un soin particulier doit être pris pendant la grossesse de l'enfant pour réduire le risque de complications telles que le décollement du placenta.

Mais même si la première grossesse a pris fin de manière naturelle et que l’enfant est en parfaite santé, il est dans tous les cas recommandé d’injecter de l’immunoglobuline, ce qui peut réduire considérablement le risque de sensibilisation à l’avenir.