Préparations pour le traitement des allergies chez les femmes allaitantes

Allergies chez les femmes qui allaitent - c’est un phénomène fréquent, ce qui explique son apparition massive. Elle se manifeste par une éruption cutanée, des démangeaisons, une rougeur de la peau ou des difficultés respiratoires. Après avoir remarqué des symptômes caractéristiques, prenez des mesures, sans quoi un œdème de Quincke peut se développer, ce qui peut provoquer une suffocation et même la mort.

Les antihistaminiques peuvent-ils être utilisés pendant l'allaitement? Après tout, ces médicaments à différentes concentrations sont absorbés dans le sang et, par conséquent, dans le lait maternel. Informations sur la manière dont les médicaments vont agir sur le corps de l'enfant - non, car ils n'ont pas passé les essais cliniques. Quels antihistaminiques les femmes allaitantes peuvent-elles utiliser? Comment agissent-ils sur le corps de l'enfant? À propos de cela plus loin.

Allergie à la lactation

L'immunité de la mère qui allaite est affaiblie car beaucoup d'énergie est dépensée pour l'allaitement. Une réaction allergique peut survenir même si aucune réaction de ce type n'a été observée avant l'accouchement. Les allergies sont la réponse du système immunitaire aux allergènes. Souvent, l'immunité signale à tort le danger que représentent des substances inoffensives, ce qui suggère que les défenses de l'organisme sont réduites.

La fièvre de l'ortie, les maladies inflammatoires de la peau, les démangeaisons et les brûlures sont des allergies. Les manifestations allergiques comprennent l'anaphylaxie, la laryngotrachéite sténosée, l'asthme allergique. Si une mère qui allaite a souvent une maladie infectieuse du nez, de la gorge, de la peau ou des membranes internes, cela indique alors un affaiblissement du système immunitaire.

Le système immunitaire est affaibli pour les raisons suivantes:

  • alimentation déséquilibrée;
  • carence en vitamines et minéraux;
  • perte de sang importante;
  • anémie ferriprive;
  • processus inflammatoires;
  • fatigue chronique;
  • conditions stressantes.

Toutes ces conditions sont caractéristiques des femmes qui allaitent.

Si le corps est déshydraté ou que le taux de calcium dans le sang est élevé, alors l'histamine (une hormone qui régule tous les processus du corps) est activée. Cela se produit parfois lorsqu'une femme allaite un bébé.

Les médecins modernes n'ont toujours pas compris comment les allergies fonctionnent et pourquoi l'immunité classe les substances sûres comme nocives. Donc, le traitement nécessite des médicaments qui renforcent le corps entier.

Il est nécessaire de restaurer le métabolisme, d’éliminer les foyers chroniques d’inflammation, de fournir au corps un liquide, de se détendre complètement. Et les médicaments enterosorbants aideront à éliminer les allergènes alimentaires. Pour que le traitement soit efficace, il est nécessaire d'identifier la substance qui a provoqué la réaction allergique.

La pathologie n'est pas transmise au nourrisson pendant l'allaitement. Chez un enfant, une réaction allergique survient à cause de l'hérédité, d'une hypersensibilité aux protéines étrangères ou aux produits chimiques qui pénètrent dans le corps de l'enfant par le lait maternel. Pour plus d'informations sur les allergies alimentaires chez l'enfant, voir http://vskormi.ru/problems-with-baby/pischevaya-allerguya-u-grudnichka/

Les médicaments contre les allergies sont sélectionnés par le médecin traitant après recherche médicale et diagnostic.

Le mécanisme d'action des antihistaminiques

Avant de prendre des médicaments anti-allergiques, vous devez comprendre comment ils fonctionnent. Après le contact avec une substance allergique dans le sang d'une mère allaitante, une immunoglobuline de classe E (un anticorps spécifique qui protège le corps) commence à être produite de manière intensive. Dans son état normal, sa concentration dans le sang est faible. Cela est souvent dû à la pénétration de vers ou de parasites arthropodes dans le corps.

L'immunoglobuline se lie à une substance allergique et active l'histamine, ce qui entraîne diverses manifestations allergiques. Provoque le plus activement une allergie à l'histamine.

Si une personne est en bonne santé, l'histamine libre est liée aux protéines du sang. Lorsqu'une réaction pathologique du corps est libérée.

Les antihistaminiques sont des médicaments qui empêchent la libération d'histamine, et l'hormone active est associée aux protéines dans le sang. Par conséquent, ces médicaments sont utilisés pour traiter les réactions allergiques.

Antihistaminiques de première génération

Antihistaminiques, sédatifs d’une génération, ils agissent comme un somnifère. De tels médicaments sont rarement utilisés pour traiter les allergies, car leur action disparaît après 8 heures et ils créent une dépendance. À la suite de leur action, la somnolence survient, le rythme cardiaque est perturbé. Les antihistaminiques pénètrent dans la barrière physiologique située entre le système sanguin et le système nerveux central et affectent ce dernier.

Les médicaments anti-allergiques populaires de la 1ère génération, leur effet sur le nouveau-né:

  • Clemastine est un antagoniste de l'histamine, il est interdit d'utiliser une femme qui allaite. Le médicament inhibe l'allaitement, inhibe les réactions psychologiques du nourrisson, le rend irritable, larmoyant, l'enfant refuse d'allaiter.
  • La diprazine est un antihistaminique dont l'utilisation n'est pas recommandée pendant l'allaitement. Le médicament peut être pris une fois pour éliminer les symptômes des allergies, son utilisation à long terme est interdite.
  • La diphenhydramine est un antihistaminique à large spectre relativement sûr pour l'allaitement. Une petite dose, dans une petite dose, est acceptable si le nourrisson a 2 mois et a un poids normal. Le médicament lie l'histamine dans le sérum et pénètre dans le lait maternel en petites quantités.

Tavegil, Suprastin, Fenkalor, Diazolin n'ont pas été étudiés.

Antihistaminiques de deuxième génération

Les antihistaminiques 2 générations ont un effet sédatif moins prononcé, ils ne provoquent ni somnolence ni dépendance. Dans certains cas, les médicaments violent le rythme cardiaque et la fonction hépatique.

Antihistaminiques 2 générations:

  • La cétirizine est un médicament antiallergique efficace qui est pris pendant l'allaitement. Il n’existe aucun effet secondaire à court ou long terme dans le traitement des allergies chez la femme qui allaite. Le médicament lie l'histamine libre dans le sérum et, par conséquent, ses composants ne pénètrent pratiquement pas dans le lait maternel.
  • La loratadine est un antagoniste des récepteurs de l'histamine qui soulage et élimine les symptômes d'allergie. Selon les pédiatres, le médicament est sans danger pendant l'allaitement. Il n'y a pas d'effets secondaires, la concentration de substances actives dans le lait maternel est faible.
  • La terfénadine est un antagoniste de l'histamine utilisé pour éliminer les réactions allergiques. L'antihistaminique est relativement sûr pour la lactation, son utilisation à long terme est interdite. Les femmes allaitantes souffrant d'arythmie cardiaque peuvent prendre des médicaments, mais sous surveillance médicale constante. Effet secondaire: le nouveau-né devient irritable et pleure.

Si une femme allaite son enfant, toute décision concernant la nomination du médicament est prise exclusivement par le médecin traitant.

Antihistaminiques de troisième génération

Les antihistaminiques 3 générations s'appellent des promédicaments, car ils sont transformés en métabolites actifs à la suite de leur pénétration dans le corps humain. Les médicaments modernes ne causent pas de somnolence, ne violent pas la fonctionnalité du cœur et des vaisseaux sanguins. Les antihistaminiques ne réduisent pas la concentration et la mémoire.

  • La lévocytirizine est un antagoniste de l'histamine dont l'utilisation chez les mères allaitantes n'est pas interdite. Pendant le traitement, il est nécessaire de surveiller la santé du nouveau-né. En cas d'effets secondaires: éruption cutanée, irritabilité, perte d'appétit, arrêtez de prendre le médicament et consultez un médecin.
  • La desloratadine est un médicament anti-allergique qui peut être utilisé pendant l'allaitement. Les composants du médicament bloquent les récepteurs de l'histamine, éliminent les symptômes d'une réaction allergique. Le médicament est pris pendant l'allaitement, car sa concentration dans le sang et le lait est faible et, par conséquent, le risque d'effets secondaires est minime.
  • La fexofénadine est un médicament anti-allergène sans danger qui lie l’histamine dans le sérum. Le médicament ne provoque pas de somnolence, est valable pour une journée. Le médicament est prescrit pour l'allaitement, si le bénéfice potentiel pour la mère l'emporte sur le risque potentiel pour le nouveau-né. La teneur en substances actives dans le lait maternel est minime, aucun effet secondaire n'a été observé.

Mesures préventives

Les médicaments contre les allergies ne peuvent pas être complètement sûrs pour un nourrisson. Lisez ici d'autres médicaments contre les allergies interdits aux bébés. C’est pour cette raison que les médecins prescrivent des antihistaminiques aux femmes qui allaitent. Le médecin traitant aborde minutieusement le choix du médicament: toutes les recherches médicales nécessaires sont effectuées, les avantages éventuels pour la mère qui allaite et le risque potentiel pour le nouveau-né sont pris en compte.

La réaction allergique pendant l'allaitement est un phénomène courant. Pour prévenir les allergies, une femme qui allaite devrait suivre ces règles:

  • Pendant la période d'allaitement, renoncez aux animaux de compagnie (chats, chiens) porteurs d'allergènes. Ceci s'applique également aux oiseaux (perroquets, canaris), dans le plumage desquels se trouvent des protéines-antigènes (allergènes puissants).
  • Aérez quotidiennement les pièces à vivre, effectuez un nettoyage humide.
  • Ne marchez pas dans des endroits où il y a beaucoup d'arbres en fleurs.
  • Pendant le trajet en voiture, n'ouvrez pas la fenêtre.
  • Évitez d'utiliser les produits suivants: agrumes, chocolat, poisson, miel, noix.
  • Prenez des matelas au soleil une fois par semaine. Nettoyez les tapis de poussière et d'acariens, les rideaux.
  • Lavez régulièrement les parures de lit, les peluches et la température de l’eau doit être de 60 °.

La literie en duvet devient synthétique. Il existe également de nombreux allergènes dans les couvertures en laine ou en fourrure, ainsi que dans les lourds rideaux; ils devraient être supprimés. Ceci s'applique également aux plantes d'intérieur en fleurs.

Ne vous soignez pas vous-même, cela pourrait nuire à la santé de votre enfant. Respectez la posologie indiquée par le médecin, la fréquence d'administration et la durée du traitement. Ne prenez que des médicaments approuvés, et la maladie va bientôt reculer.

Quel genre de médicaments pour les allergies peut être avec l'allaitement

Ignorer les allergies et tolérer ses manifestations ne peut pas être, car il peut développer Quincke. Si, dans cet état, une ambulance n'est pas appelée rapidement, la mort est possible par asphyxie. Tous les antihistaminiques à différentes concentrations pénètrent dans le lait maternel et le traitement des allergies lors de l'allaitement n'est pas une tâche facile. Existe-t-il des médicaments pouvant être allaités?

Allergies après l'accouchement: causes

Le corps d'une femme après l'accouchement est affaibli, il faut du temps pour restaurer les organes et les systèmes du corps. Aucune exception et le système immunitaire. Après tout, pour pouvoir endurer l'enfant en toute sécurité et ne pas le rejeter (la vie conçue est perçue comme un «étranger» en raison de «l'héritage» du père), les mécanismes qui suppriment les forces de protection sont activés dans le corps d'une femme enceinte.

Même si la femme qui a accouché n'a jamais eu cette maladie, alors l'allergie après l'accouchement peut se faire sentir pour la première fois et pour les mères qui y sont sujettes, celle qui existe peut encore s'aggraver. Il semblerait, où l’allergie apparaît-elle avec une immunité réduite? Après tout, une réaction allergique est une réponse excessivement forte du système immunitaire à des substances inoffensives perçues à tort comme des "ennemis".

Mais les statistiques sont stables - les états d'immunodéficience sont souvent associés à des réactions allergiques de type 1 - urticaire, eczéma, choc anaphylactique, faux croup, asthme bronchique atopique. Les signes d’une protection immunitaire réduite sont des infections chroniques et fréquentes des voies respiratoires supérieures, de la peau et des muqueuses.

Parmi les raisons de cette maladie, on peut citer l'épuisement des réserves corporelles, la malnutrition et le manque de vitamines et de minéraux, une importante perte de sang, une anémie ferriprive, des maladies inflammatoires, une fatigue chronique et le stress - tout cela souvent après l'accouchement.

L'allaitement au sein est un processus gourmand en ressources et en énergie, et en présence d'une protection immunitaire réduite après l'accouchement et des facteurs énumérés ci-dessus, il est possible de poursuivre le développement du déficit immunitaire. L'immunité et les allergies sont étroitement liées.

On pense qu'une libération accrue d'histamine se produit pendant la réhydratation (déshydratation) du corps et un taux élevé de calcium dans le sang, qui peut parfois être observé pendant l'allaitement. Ainsi, l'humidité est retenue lorsque l'approvisionnement en eau est insuffisant, ce qui est dû à la fonction régulatrice de l'histamine dans le métabolisme de l'eau dans l'organisme.

À l'heure actuelle, le mécanisme d'une réaction allergique n'a pas été élucidé et aucun spécialiste ne dira ce qui a provoqué la classification erronée des substances sûres par le système immunitaire comme nocives. Ainsi, dans le traitement des allergies après l'accouchement et pendant l'allaitement, il convient tout d'abord de renforcer le corps tout entier.

Le traitement comprend des mesures visant à normaliser le métabolisme du corps, à éliminer les foyers d’inflammation chronique, à garantir une consommation suffisante d’eau propre, un sommeil réparateur, à éliminer les allergènes alimentaires à l’aide d’entérosorbants. En outre, la mère qui allaite doit identifier l’allergène et éliminer tout contact avec celui-ci, sinon le traitement risque de ne pas être efficace.

L'allaitement en cas d'allergie chez la femme qui allaite n'a pas besoin d'être interrompu, car cette pathologie n'est pas transmise par le lait maternel.

Si un enfant a une réaction allergique, cela indique alors une susceptibilité génétique à celui-ci ou une intolérance individuelle aux molécules de protéines étrangères et de substances chimiques pénétrant dans le lait maternel qui ne sont pas clivées dans l'intestin.

Histamine et antihistaminiques: principe d'action

Au contact de l’allergène, il se produit une production excessive d’immunoglobuline de type E (igE) pratiquement absente dans le sang à l’état normal. Une augmentation du taux d'IgE se produit également lorsqu'il existe une maladie parasitaire dans le corps causée par des helminthes et des arthropodes.

En mettant en contact un allergène, une immunoglobuline forme un complexe avec la libération d'histamine et d'autres médiateurs inflammatoires dans le sang, ce qui entraîne l'apparition d'éruptions cutanées, de démangeaisons, de brûlures, de gonflements et d'autres manifestations allergiques. Le plus actif de ces composants provoquant des réactions allergiques - l'histamine.

Normalement, l'histamine libre se lie aux protéines plasmatiques. Cela ne se produit pas avec les allergies.

Les antihistaminiques inhibent la libération ultérieure d'histamine et lient l'histamine active résultante dans le plasma.

Pour cette raison, ces médicaments sont utilisés avec succès en tant que médicaments antiallergiques.

Oubliez les allergies une fois pour toutes. Cela aidera!

Types d'antihistaminiques et compatibilité de lactation

Il existe actuellement trois générations d'antihistaminiques:

1. Préparations 1 génération. Ceux-ci comprennent la cyproheptadine, l'hifénadine, la clémastine, la suprastine, la prométhazine, le diazoline, le dimédrol et la diprazine.

Tous ont des propriétés sédatives et provoquent de la somnolence, des troubles du rythme cardiaque, pénètrent dans la barrière hémato-encéphalique et affectent le système nerveux.

Selon le livre de référence sur la compatibilité des médicaments et de l'allaitement, e-lactancia.org a étudié l'effet sur les antihistaminiques suivants chez l'enfant et la mère allaitante:

  • Clémastine - risque élevé (non compatible avec l'allaitement), peut inhiber le processus de lactation, on a observé chez l'enfant une léthargie, une irritabilité et des pleurs, un rejet du sein;
  • Diprazine - risque élevé, il est possible de prendre une seule dose (par exemple, avant une chirurgie ou en cas d’urgence), la prise pendant une longue période n’est pas compatible avec l’allaitement;
  • La diphenhydramine - à faible risque, peut être utilisée à petites doses et pendant une courte période si l'enfant a au moins un mois et à terme, en raison de sa capacité de liaison élevée aux protéines plasmatiques, pénètre légèrement dans le lait maternel;
  • Cyproheptadine, hifénadine, suprastine, prométhazine, diazoline - aucune étude n'a été réalisée.

2. Préparations 2 générations. Loratadin, Astemizol, Cetirizine, Acrivastine, Terfenadine, Ebastine, Azelastine. Avantages - une seule dose par jour, aucun effet sur le système cardiovasculaire, ne provoque pas de somnolence accrue, vous pouvez prendre beaucoup de temps.

  • Cétirizine (noms commerciaux Alerza, Zyrtec, Letizen, Zinzetz, Zodak, Cétrine, etc.) - compatible avec l'allaitement au sein, aucun effet secondaire à court et à long terme n'a été observé dans le traitement d'une mère allaitante pendant un mois, en raison de sa grande capacité de se lier aux protéines plasmatiques. dans le lait maternel est peu probable;
  • Loratadin (noms commerciaux Allerpriv, Klalerlergin, Clargotil, Claritin, Lominal, Loratadin, etc.) - selon l'American Academy of Pediatricians et la British Society of Immunology and Allergology compatibles avec l'allaitement, les effets indésirables observés chez une mère allaitante et son bébé n'ont pas été observés, est excrété dans le lait maternel en quantités infimes;
  • La terfénadine - à faible risque, peut être utilisée pendant une courte période pour le traitement, avec prudence en cas d'arythmie cardiaque, d'irritabilité des bébés pendant l'allaitement;
  • Acrivastine, Ebastine - sont des médicaments à faible risque.

3. Préparations 3 générations. Lévocétirizine, fexofénadine, desloratadine, sehifénadine. Métabolites de deuxième génération avec une efficacité accrue. Comme les médicaments de la 2 e génération, ils ont un nombre minimal d’effets secondaires et sont dépourvus d’effets cardiotoxiques.

  • Lévocétirizine - des moyens à faible risque, conditionnellement compatibles avec l'allaitement, peuvent être pris avec prudence en surveillant la réaction de l'enfant;
  • Selon le livre de référence e-lactancia, la desloratadine et la fexofénadine sont compatibles avec l'allaitement. Les substances actives sont libérées dans le lait maternel à l'état de traces, aucun effet secondaire n'a été observé dans le traitement d'une mère allaitante et de son bébé.

Diazolin allaitant

En raison de la popularité de la diazoline en tant que médicament anti-allergique, il est utile d’envisager ce médicament plus en détail. Ce médicament est en demande en raison de son faible coût par rapport aux autres.

Diazolin est un antihistaminique de la 1re génération, mais contrairement aux autres membres de ce groupe, il a un effet sédatif moins prononcé et l’effet le plus long est jusqu’à 2 jours. Le médicament est peu toxique.

Puis-je prendre de la diazoline si je suis allergique à une femme qui allaite? L'ingrédient actif de diazoline - mebhydroline pénètre facilement dans la barrière hématopoïétique, puis dans le corps d'un enfant. Les effets secondaires sont rares et comprennent:

  • irritation des muqueuses du tube digestif, accompagnée de brûlures d'estomac, de nausées et de douleurs abdominales, de constipation;
  • De même, Diazolin, comme tous les médicaments de première génération, affecte négativement le système nerveux - une léthargie, une somnolence, des vertiges, une vision floue sont possibles;
  • dans de rares cas, la diazoline provoque la sécheresse de la bouche et une altération de la miction;
  • chez un enfant, Diazolin provoque des effets sédatifs opposés - irritabilité nerveuse accrue, troubles du sommeil, tremblements des membres.

Diazolin n'est pas recommandé pendant l'allaitement, mais s'il n'y a pas d'autre choix, il devrait être prescrit uniquement par le médecin traitant, car le médicament a de contre-indications sérieuses. L'allaitement pendant la prise du médicament doit être interrompu.

Le traitement des allergies aux antihistaminiques chez les mères allaitantes peut être effectué. Les fonds de la deuxième et de la troisième génération sont compatibles avec l’allaitement. Assurez-vous de coordonner la consommation de ces médicaments avec votre médecin. N'oubliez pas que la prise d'antihistaminiques ne résout pas le problème des allergies. Actuellement, il existe des moyens de guérir complètement à l'aide de l'immunothérapie.

Que peut-on tirer d'une allergie à une mère qui allaite: une revue des antihistaminiques et des médicaments pour l'allaitement

Les allergies se manifestent souvent rapidement et leurs premiers symptômes se développent de manière inattendue. Avec une tendance à la manifestation de tels signes, la présence d'antihistaminiques dans la trousse de secours est obligatoire. De plus, après la grossesse, les réactions allergiques peuvent s'aggraver - le processus de port d'un enfant et l'accouchement représentent un stress important pour le corps et une allergie à une femme qui allaite peut survenir à tout moment.

Causes des allergies

Les allergies lors de l'alimentation d'un bébé apparaissent pour les mêmes raisons qu'à tout autre moment. Les médecins divisent les raisons en plusieurs types:

  • Ménage Ils sont considérés comme le groupe le plus commun, car les allergènes nous entourent quotidiennement. Les irritants incluent la poussière, les poils, les parfums, les cosmétiques, les détergents, les moisissures.
  • Nutritionnel. Le produit consommé provoque une réaction négative, alors qu'il est impossible de dire à l'avance à quoi le corps réagira de cette manière - tous individuellement. Lors de l'allaitement, évitez d'essayer de nouveaux articles dans les rayons des magasins, en particulier avec une forte teneur en additifs. Certains aliments sont le plus souvent des sources de danger: noix, fruits de mer, œufs, chocolat, miel, agrumes.
  • Médicinal Il est impossible de prédire la réaction aux médicaments - il existe un risque d'intolérance individuelle suivi d'une réaction. Boire des médicaments doit être fait avec une extrême prudence, voire mieux - après avoir consulté un médecin.
  • Biologique. Lorsqu'il est infecté par des infections, des virus et des champignons, le système immunitaire active les défenses et dirige l'énergie vers la lutte contre les cellules étrangères. Avec une infection forte il faut détruire et les conséquences d'une telle lutte - cellules mortes, alors l'allergie commence.
  • Physique. Ceux-ci incluent les effets de l'exposition externe, que ce soit le soleil, la chaleur, le froid ou les radiations radioactives. Pour un organisme allergique, un tel contact devient dangereux, des allergènes et des anticorps sont activement produits.

L'évolution de la maladie et le diagnostic

Avant de commencer à traiter une allergie, vous devez déterminer le type de réaction. Le flux peut avoir lieu dans l’une des trois directions suivantes:

  • Allergies respiratoires. Cette réaction est causée par des particules de poussière, une odeur de parfumerie, des fleurs de pollen.
  • L'allergie gastro-intestinale est la réaction la plus grave provoquée par l'intolérance alimentaire.
  • Allergies cutanées. L'allergène pénètre dans le lait maternel et provoque donc une éruption cutanée sur la peau de la mère et du bébé (nous vous recommandons de lire: une liste de produits allergènes nocifs pendant l'allaitement). Des éruptions cutanées apparaissent également, les téguments s'assèchent, des croûtes apparaissent sur la tête.

La définition de tels symptômes devient la base d'une visite chez le médecin: retarder le traitement ou penser que l'allergie passera d'elle-même est extrêmement dangereux: vous risqueriez de vous blesser et de blesser le bébé. Un traitement hospitalier n’est pas nécessaire, il suffit de prendre des antihistaminiques compatibles avec la période de lactation.

Prévention des allergies

Pour que la réaction allergique ne vous dérange pas, vous devez au préalable prendre soin des mesures préventives. Dans l'environnement, vous devez supprimer les objets et les objets dangereux pour les allergies. Suivez les conseils des médecins:

  • Attention à la nourriture. Il ne doit pas contenir beaucoup de glucides, mais doit également éliminer de grandes quantités de sucre et de muffins. Les boissons sont les bienvenues, mais qu’il s’agisse d’eau, de compote de pommes ou de fruits secs. Une soupe vétérinaire, des bouillons de bœuf, du porc bouilli, du pain blanc, des céréales et de l'huile végétale aideront à prévenir les allergies chez la mère (plus de détails dans l'article: Le porc est-il utile au sein?).
  • Les objets inutiles deviennent un véritable mal dans la vie de tous les jours - éliminez-les. Vieux tapis, peluches, rideaux - pépinières de moisissures et de champignons. Si vous avez tendance à avoir des allergies, dites adieu aux vieilles choses et, s'il n'y en a pas, nettoyez tout dans le coin le plus éloigné du meuble.
  • Reporter l'achat d'animaux de compagnie. Le temps après la naissance du bébé n'est pas le meilleur pour mener des expériences. Il n'est pas nécessaire de commencer les chats et les chiens, même sur des poissons inoffensifs, parfois il y a une allergie.
  • Ne pas abuser des détergents et des produits cosmétiques. Le nettoyage doit être effectué sans aucun produit chimique et tout ce qui doit être lavé après le lavage doit être soigneusement rincé.
L'utilisation de produits chimiques ménagers puissants peut provoquer une réaction allergique. Il est préférable d'abandonner de tels "assistants" au profit de l'eau ordinaire et des méthodes traditionnelles de nettoyage des surfaces.

Traitement d'allergie avec des médicaments

Les antihistaminiques doivent être pris avec HB de manière obligatoire, car les comprimés modernes sont compatibles avec la lactation. Quels sont les moyens recommandés pour choisir? Préférez les produits sous forme de spray ou de solution pour inhalation - ce sont ces types qui sont considérés comme les plus sûrs, ils ne pénètrent pas dans le sang, la réaction ne se manifeste pas chez l’enfant.

Une mère qui allaite peut prendre des produits approuvés par des médecins, à savoir des médicaments de deuxième génération:

  • Cetirizine, Cetrin, Allertek, Letizin. Ils peuvent être bus sans crainte, même pendant l'allaitement, car si la dose est dépassée, l'effet sédatif est minime. Les médicaments ne sont presque pas absorbés dans le lait et aucun effet négatif n'a été identifié.
  • Loratadin, Claritin, Loridin, Klarotadin. Pendant l'allaitement, ces médicaments anti-allergiques sont utilisés avec succès, il n'y a pas d'effets négatifs, car l'effet sédatif est minime et les restes de produit ne sont presque pas absorbés dans le lait.
  • Feksadin, Telfast, Feksofast, Allerfeks, Dinox. Malgré le fait que des substances pénètrent dans le lait, cela n’a aucun effet sur le bébé. Le traitement est complètement sûr.
  • Alcédine. Disponible sous forme de solution pour inhalation, le médicament n'est pas absorbé dans le sang et est totalement sans danger, avec des effets négatifs à l'allaitement.
  • Erius (plus de détails dans l'article: "Erius" pour les enfants). Il est compatible avec la période après l'accouchement, peut faire face à des allergies, peut être utilisé chez les mères allaitantes, les effets secondaires chez le bébé ne se manifestent pas, comme le signalent nombre d'études scientifiques.
  • Elcet, Zenaro, Glentset, Xizal. Les antihistaminiques sont conditionnellement sûrs, selon un répertoire international. Des réactions négatives chez les mères et leurs enfants n'ont pas été observées. La communauté médicale britannique est parvenue à une conclusion similaire.

Médicaments indésirables

Les médecins mettent en évidence une liste de médicaments qui ne devraient pas être administrés à la mère si elle souhaite allaiter son bébé. Ceux-ci incluent les produits de première génération suivants:

  • Suprastin, Chloropyramine (plus de détails dans l'article: Suprastin devrait-il être utilisé pour le gv?). Lorsqu'il est utilisé, il y a souvent un fort effet sédatif, il peut y avoir une réduction de la lactation, il y a un risque d'impact négatif sur l'enfant. Il devrait choisir une alternative éprouvée.
  • Diazolin La contre-indication sous forme d'allaitement est indiquée dans l'abrégé, il n'y a pas ce produit et dans la classification internationale. L'utilisation est interdite.
  • Tavegil, Clemastin. Substances assez dangereuses qui provoquent le sommeil chez la mère et l'enfant. Souvent, le bébé refuse le lait, tombe dans la stupeur, devient irritable. Si un rendez-vous est pris, la mère ne pourra pas dormir pendant que l'enfant se repose.

Les médicaments sur ordonnance pour les allergies doivent être effectués uniquement par un médecin. L’auto-traitement entraîne trop souvent de tristes conséquences - vous ne devez pas le risquer si la santé de votre bébé est chère. Souvent, les médecins prescrivent une réception conjointe de charbon actif et d'autres absorbants, ce qui éliminera les allergènes du corps sans conséquences. Rappelez-vous que lorsque l'alimentation doit être une approche responsable du choix du médicament, faites particulièrement attention aux contre-indications. Le médicament doit porter la mention "convenant à la lactation".

Traitement des allergies chez la mère pendant l'allaitement

Selon les statistiques médicales, le nombre de personnes allergiques augmente plusieurs fois par décennie. En Russie, la prévalence des maladies allergiques dans différentes régions varie de 15 à 40%. Une mère qui allaite a plus de risques de développer cette pathologie en raison d'une immunité réduite et de modifications hormonales. De nombreux traitements efficaces pour les allergies ne peuvent pas être utilisés pendant l'allaitement, car ils sont dangereux pour le bébé.

Allergie après l'accouchement: mécanisme d'apparition, causes, symptômes

Par allergies, on entend une réponse accrue du système immunitaire humain aux effets de certaines substances (allergènes), qui peuvent pénétrer dans le corps aussi bien de l'extérieur que de l'intérieur. Il en résulte une augmentation de la production d'anticorps (immunoglobulines E) et de plus d'une douzaine de substances biologiquement actives dans le sang. Ces substances provoquent une inflammation allergique. Le plus grand impact d'entre eux est l'histamine.

L'histamine est un composé organique impliqué dans de nombreux processus physiologiques. Dans un corps en bonne santé, cette substance est inactive dans les mastocytes. De l’histamine est libérée sous l’effet d’anticorps, ce qui contribue au développement d’une réaction allergique.

Les allergènes sont infectieux et non infectieux. Dans le diagnostic distinguent les suivants:

  • pollen de plantes à fleurs;
  • nourriture et suppléments;
  • produits chimiques: peintures, plastiques, détergents;
  • les médicaments;
  • laine et pelage des particules de peau d'animaux de compagnie;
  • venin d'insecte;
  • poussière domestique;
  • bactéries, champignons, virus, parasites et leurs produits métaboliques.

Le plus souvent, les personnes malades réagissent simultanément à plusieurs allergènes.

Les allergies alimentaires sont le plus souvent causées par les produits de la ruche, les agrumes, les fruits de mer, les œufs, les champignons et les noix.

Spécificité d'une allergie en période d'alimentation naturelle

La période d'allaitement est caractérisée par une charge accrue sur le corps de la mère. Ceci est associé à chaque minute de garde d'enfants et de tâches ménagères. De plus, après l'accouchement, l'organisme maternel le plus affaibli est restauré. En conséquence, le système immunitaire est défaillant, ce qui peut entraîner une réaction allergique. Pendant la grossesse et l'allaitement, le système hormonal du corps de la mère subit d'importants changements. Par conséquent, souvent après l'accouchement, les femmes développent une hypersensibilité à ces médicaments et produits pour lesquels il n'y avait pas d'allergie antérieure.

L'allergie chez une femme qui allaite n'a pas d'effet négatif directement sur l'enfant. Mais la détérioration de la situation générale des femmes affecte la qualité et la quantité de lait produit. En outre, les réactions allergiques aggravent considérablement la vie et peuvent, dans certains cas, entraîner les complications suivantes: choc anaphylactique, œdème de Quincke, bronchospasme.

Les types d'allergies les plus courants chez les mères allaitantes sont les suivants:

  • la pollinose;
  • l'urticaire;
  • dermatite atopique.

Pollinose chez une femme qui allaite

La pollinose est une réaction allergique au pollen des plantes à fleurs, qui se manifeste par une inflammation des muqueuses des voies respiratoires et des yeux. Cette maladie se développe pendant les périodes de floraison des plantes pollinisées par le vent. Par conséquent, la maladie s'appelle des allergies saisonnières. En Russie, les médecins distinguent les périodes suivantes d’apparition de la pollinose:

  • la fin d'avril est le début de mai, au cours duquel fleurissent des peupliers, des bouleaux et des aulnes;
  • la fin du mois de mai correspond au mois de juin, au cours duquel fleurissent des herbes de céréales: seigle, blé, orge, avoine;
  • Août - septembre, principalement associé à la floraison de l'ambroisie.

Les médecins distinguent trois périodes principales d'allergie saisonnière: la floraison des arbres, des herbes et des mauvaises herbes.

La pollinose se manifeste à chaque saison par les symptômes douloureux suivants:

  • inflammation de la muqueuse nasale (nez qui coule);
  • larmoiement des yeux;
  • dermatite, éruption cutanée;
  • maux de gorge, toux, bronchospasme.

Les allergies saisonnières sont aggravées par le fait de vivre dans des régions industrielles où la situation environnementale est médiocre, le système immunitaire peu développé et la présence de mauvaises habitudes alimentaires. Vous pouvez vous préparer à la pollinose et réduire les symptômes douloureux avec les mesures préventives suivantes:

  • déplacer temporairement dans une autre région;
  • ne ventiler l'espace de la maison que par temps calme;
  • utiliser des purificateurs d'air;
  • nettoyage complet quotidien par voie humide de la maison;
  • réduire l'effet des irritants supplémentaires sous forme de peintures, détergents, vêtements synthétiques, plantes médicinales;
  • améliorer l'immunité aux dépens de la nutrition, de l'éducation physique modérée, du durcissement;
  • tous les jours plusieurs fois par jour pour nettoyer le nez et la gorge avec des solutions spéciales;
  • prendre une douche après la marche;
  • Il n'est pas recommandé de quitter la campagne pendant la période de floraison.

Urticaire chez les femmes allaitantes

L’une des manifestations les plus fréquentes de l’allergie est l’urticaire, qui se caractérise par l’apparition d’éruptions cutanées sous forme de cloques. En conséquence, la mère qui allaite ressent des démangeaisons et des brûlures intenses. Les vésicules dépassent légèrement du reste de la peau, principalement sur les fesses, les bras et le torse. En général, l'urticaire se développe en quelques minutes. Si de grandes zones cutanées sont touchées, la température peut augmenter, des frissons apparaissent, des troubles gastro-intestinaux peuvent survenir et une forte faiblesse peut être ressentie. Dans la forme aiguë de l'urticaire, les éruptions cutanées disparaissent généralement dans les deux heures. En cas de maladie chronique, les symptômes douloureux peuvent réapparaître pendant plusieurs semaines.

Lorsque l'urticaire sur le corps apparaît des éruptions cutanées sous la forme de cloques

Selon les statistiques médicales, les femmes en âge de procréer sont les plus touchées par l'urticaire. Les facteurs provoquants peuvent être:

  • nourriture: œufs, fruits de mer, noix, graines, fruits et légumes de couleur rouge et orange;
  • les médicaments;
  • les parasites;
  • long séjour au soleil;
  • piqûres d'insectes.

Comme mentionné ci-dessus, le système endocrinien subit d'importants changements pendant la grossesse. Par conséquent, de nombreux aliments familiers peuvent causer l'urticaire.

L'angioedème de Quincke est la manifestation la plus grave de cette allergie. Dans ce cas, les joues, les lèvres, les organes génitaux externes peuvent gonfler. Si la maladie affecte le larynx, il y a un manque d'air flagrant.

Dermatite atopique chez la mère pendant l'allaitement

Dans le contexte de changements hormonaux et autres dans le corps d'une femme qui allaite, les allergies exacerbent souvent une maladie telle que la dermatite atopique, qui repose sur des facteurs héréditaires. Cette maladie est caractérisée par les symptômes suivants:

  • peau sèche squameuse, démangeaisons;
  • plaques rouges et des taches sur la peau avec des bords flous;
  • érosion et ulcères avec forme grave de dermatite.

Le développement de la dermatite atopique repose sur des facteurs héréditaires, mais le processus inflammatoire lui-même est déclenché par des allergènes.

Ces manifestations sont le plus souvent observées sur les coudes, les genoux, les plis de la peau, le cou, les pieds et les mains. Les autres facteurs d'accompagnement de la dermatite atopique chez la mère après l'accouchement peuvent être:

  • décalage hormonal;
  • mauvaise nutrition;
  • stress et surmenage;
  • pathologie de l'estomac et des intestins;
  • maladies infectieuses.

Les manifestations cliniques des maladies atopiques se produisent avec les effets naturels des allergènes chez certaines personnes présentant des signes de susceptibilité familiale à de telles réactions. En présence de maladies atopiques chez les deux parents, la probabilité que l'enfant présente des symptômes d'atopie est de 75%.

T.G. Fedoskov, N.I. Ilyin

"Les maladies allergiques en pratique clinique"

Comment distinguer les allergies du rhume

Les allergies affectant les organes respiratoires peuvent souvent être confondues avec les ARVI, car leurs symptômes sont similaires. Par conséquent, une mère qui allaite doit obligatoirement consulter un médecin. Mais il existe tout un ensemble de facteurs permettant à la femme elle-même de déterminer la cause de l'apparition de symptômes douloureux. Ainsi, les écoulements de la cavité nasale avec des allergies sont généralement transparents et se forment en continu. Lorsque ARVI snot plus épais, jaune ou vert. Les démangeaisons allergiques sont incessantes. Pour les allergies, fréquentes, calmes, les éternuements sont fréquents tout au long de la journée. Une forte toux est dans la plupart des cas un signe d'ARVI. Avec les allergies, il y a une déchirure importante et des cernes apparaissent sous les yeux. Le SRAS est généralement guéri en cinq à sept jours. Et la pollinose peut durer des semaines.

Comment et quoi traiter avec une allergie à la lactation

Les deux approches principales dans le traitement des allergies chez la mère pendant l'allaitement sont les suivantes:

  • prévention ou réduction de l'exposition aux allergènes;
  • élimination ou réduction des symptômes d'allergie.

Le premier concerne des activités liées à des changements dans la nutrition, les conditions de vie et une immunité accrue. Ce dernier affecte généralement la quantité d'histamine produite, ce qui entraîne une diminution des processus inflammatoires. Par conséquent, la plupart des médicaments anti-allergiques sont appelés antihistaminiques. Si, au cours de la période d'allaitement, la mère n'évite pas le contact avec des allergènes, il est nécessaire de choisir avec le médecin des médicaments efficaces et sans danger. En règle générale, les médecins recommandent de changer de médicament si l'effet anti-allergique est absent pendant deux jours.

Il existe deux grandes générations d'antihistaminiques. Les drogues développées il y a plusieurs décennies appartiennent à la première génération. Leurs propriétés sont bien étudiées. Par conséquent, ils sont aussi appelés classiques. Ces antihistaminiques ont un effet sédatif prononcé (sédatif, hypnotique). Ils doivent être utilisés avec prudence dans les activités qui nécessitent de l’attention et de la concentration. De plus, ces médicaments assèchent les muqueuses. Par conséquent, leur utilisation est indésirable dans les bronchites et les laryngites.

Les antihistaminiques plus modernes ne provoquent pas de somnolence, les effets secondaires liés à leur utilisation sont moins prononcés. Par conséquent, pour la mère qui allaite a recommandé les moyens de la deuxième génération.

Antihistaminiques de première génération

Suprastin (chloropyramine), diazoline (Mebgidrolin), fenistil (Dimetinden) se distinguent des médicaments antiallergéniques classiques pouvant être administrés avec prudence à la mère pendant l'allaitement.

Selon les instructions et les données du manuel de référence électronique européen, Suprastin ne doit pas être pris pendant l'allaitement. Mais dans de nombreux manuels et manuels des pays de la CEI, il est recommandé de l’utiliser dans les cours de courte durée (trois à cinq jours) à petites doses. Suprastin est un antihistaminique à action rapide. L'effet thérapeutique se fait sentir dès les dix à quinze premières minutes du début de la réception et dure jusqu'à six heures. Le médicament doit être consommé avec les repas. Ne pas mâcher un comprimé et boire de l'eau.

Diazolin selon les instructions ne peut pas être utilisé pendant l'allaitement. Il est recommandé d'interrompre l'allaitement. La prise du médicament pendant l'allaitement n'est possible qu'en cas de besoin vital, avec l'autorisation du médecin, à la dose minimale et au cours d'une courte durée, lorsque les autres moyens sont inefficaces.

Selon le livre de référence européen, Fenistil ne peut être utilisé avec précaution pendant l'allaitement que sous forme de crème et de pommade. Les formes restantes sont considérées comme risquées. Lorsqu'il est appliqué sur une peau irritée, Fenistil réduit les démangeaisons, a un effet anesthésique local et rafraîchit. L'effet thérapeutique commence à se faire sentir dès les premières minutes et atteint son maximum après deux à trois heures.

Les allergies avec guv chez ma mère que pour traiter

Ignorer les allergies et tolérer ses manifestations ne peut pas être, car il peut développer Quincke. Si, dans cet état, une ambulance n'est pas appelée rapidement, la mort est possible par asphyxie. Tous les antihistaminiques à différentes concentrations pénètrent dans le lait maternel et le traitement des allergies lors de l'allaitement n'est pas une tâche facile. Existe-t-il des médicaments pouvant être allaités?

Allergies après l'accouchement: causes

Le corps d'une femme après l'accouchement est affaibli, il faut du temps pour restaurer les organes et les systèmes du corps. Aucune exception et le système immunitaire. Après tout, pour pouvoir endurer l'enfant en toute sécurité et ne pas le rejeter (la vie conçue est perçue comme un «étranger» en raison de «l'héritage» du père), les mécanismes qui suppriment les forces de protection sont activés dans le corps d'une femme enceinte.

Même si la femme qui a accouché n'a jamais eu cette maladie, alors l'allergie après l'accouchement peut se faire sentir pour la première fois et pour les mères qui y sont sujettes, celle qui existe peut encore s'aggraver. Il semblerait, où l’allergie apparaît-elle avec une immunité réduite? Après tout, une réaction allergique est une réponse excessivement forte du système immunitaire à des substances inoffensives perçues à tort comme des "ennemis".

Mais les statistiques sont stables - les états d'immunodéficience sont souvent associés à des réactions allergiques de type 1 - urticaire, eczéma, choc anaphylactique, faux croup, asthme bronchique atopique. Les signes d’une protection immunitaire réduite sont des infections chroniques et fréquentes des voies respiratoires supérieures, de la peau et des muqueuses.

Parmi les raisons de cette maladie, on peut citer l'épuisement des réserves corporelles, la malnutrition et le manque de vitamines et de minéraux, une importante perte de sang, une anémie ferriprive, des maladies inflammatoires, une fatigue chronique et le stress - tout cela souvent après l'accouchement.

L'allaitement au sein est un processus gourmand en ressources et en énergie, et en présence d'une protection immunitaire réduite après l'accouchement et des facteurs énumérés ci-dessus, il est possible de poursuivre le développement du déficit immunitaire. L'immunité et les allergies sont étroitement liées.

On pense qu'une libération accrue d'histamine se produit pendant la réhydratation (déshydratation) du corps et un taux élevé de calcium dans le sang, qui peut parfois être observé pendant l'allaitement. Ainsi, l'humidité est retenue lorsque l'approvisionnement en eau est insuffisant, ce qui est dû à la fonction régulatrice de l'histamine dans le métabolisme de l'eau dans l'organisme.

À l'heure actuelle, le mécanisme d'une réaction allergique n'a pas été élucidé et aucun spécialiste ne dira ce qui a provoqué la classification erronée des substances sûres par le système immunitaire comme nocives. Ainsi, dans le traitement des allergies après l'accouchement et pendant l'allaitement, il convient tout d'abord de renforcer le corps tout entier.

Le traitement comprend des mesures visant à normaliser le métabolisme du corps, à éliminer les foyers d’inflammation chronique, à garantir une consommation suffisante d’eau propre, un sommeil réparateur, à éliminer les allergènes alimentaires à l’aide d’entérosorbants. En outre, la mère qui allaite doit identifier l’allergène et éliminer tout contact avec celui-ci, sinon le traitement risque de ne pas être efficace.

L'allaitement en cas d'allergie chez la femme qui allaite n'a pas besoin d'être interrompu, car cette pathologie n'est pas transmise par le lait maternel.

Si un enfant a une réaction allergique, cela indique alors une susceptibilité génétique à celui-ci ou une intolérance individuelle aux molécules de protéines étrangères et de substances chimiques pénétrant dans le lait maternel qui ne sont pas clivées dans l'intestin.

Histamine et antihistaminiques: principe d'action

Au contact de l’allergène, il se produit une production excessive d’immunoglobuline de type E (igE) pratiquement absente dans le sang à l’état normal. Une augmentation du taux d'IgE se produit également lorsqu'il existe une maladie parasitaire dans le corps causée par des helminthes et des arthropodes.

En mettant en contact un allergène, une immunoglobuline forme un complexe avec la libération d'histamine et d'autres médiateurs inflammatoires dans le sang, ce qui entraîne l'apparition d'éruptions cutanées, de démangeaisons, de brûlures, de gonflements et d'autres manifestations allergiques. Le plus actif de ces composants provoquant des réactions allergiques - l'histamine.

Normalement, l'histamine libre se lie aux protéines plasmatiques. Cela ne se produit pas avec les allergies.

Les antihistaminiques inhibent la libération ultérieure d'histamine et lient l'histamine active résultante dans le plasma.

Pour cette raison, ces médicaments sont utilisés avec succès en tant que médicaments antiallergiques.

Types d'antihistaminiques et compatibilité de lactation

Il existe actuellement trois générations d'antihistaminiques:

1. Préparations 1 génération. Ceux-ci comprennent la cyproheptadine, l'hifénadine, la clémastine, la suprastine, la prométhazine, le diazoline, le dimédrol et la diprazine.

Tous ont des propriétés sédatives et provoquent de la somnolence, des troubles du rythme cardiaque, pénètrent dans la barrière hémato-encéphalique et affectent le système nerveux.

Selon le livre de référence sur la compatibilité des médicaments et de l'allaitement, e-lactancia.org a étudié l'effet sur les antihistaminiques suivants chez l'enfant et la mère allaitante:

2. Préparations 2 générations. Loratadin, Astemizol, Cetirizine, Acrivastine, Terfenadine, Ebastine, Azelastine. Avantages - une seule dose par jour, aucun effet sur le système cardiovasculaire, ne provoque pas de somnolence accrue, vous pouvez prendre beaucoup de temps.

    Cétirizine (noms commerciaux Alerza, Zyrtec, Letizen, Zinzetz, Zodak, Cétrine, etc.) - compatible avec l'allaitement au sein, aucun effet secondaire à court et à long terme n'a été observé dans le traitement d'une mère allaitante pendant un mois, en raison de sa grande capacité de se lier aux protéines plasmatiques. dans le lait maternel est peu probable;

3. Préparations 3 générations. Lévocétirizine, fexofénadine, desloratadine, sehifénadine. Métabolites de deuxième génération avec une efficacité accrue. Comme les médicaments de la 2 e génération, ils ont un nombre minimal d’effets secondaires et sont dépourvus d’effets cardiotoxiques.

  • Lévocétirizine - des moyens à faible risque, conditionnellement compatibles avec l'allaitement, peuvent être pris avec prudence en surveillant la réaction de l'enfant;
  • Selon le livre de référence e-lactancia, la desloratadine et la fexofénadine sont compatibles avec l'allaitement. Les substances actives sont libérées dans le lait maternel à l'état de traces, aucun effet secondaire n'a été observé dans le traitement d'une mère allaitante et de son bébé.

Régime hypoallergénique

Il ne faut pas oublier que l’allergie de la mère qui allaite peut être due à un régime alimentaire malsain.

Pour éviter une allergisation générale du corps, il est nécessaire de limiter ou d’exclure les produits pouvant provoquer une réponse inadéquate du système immunitaire, tels que:

  • Café et cacao
  • Au chocolat
  • Des oeufs
  • Produits marinés et fumés
  • Au miel
  • Les noix
  • Fruits de mer
  • Poisson gras
  • Champignons
  • Ananas

Les personnes dont le métabolisme est plus lent courent un plus grand risque d'allergies. Vous devez donc consommer des produits qui accélèrent le métabolisme, tels que le yogourt et le kéfir, les fruits et légumes verts, le riz et les flocons d'avoine.

Il est également nécessaire de réduire la consommation d'aliments qui, bien que nécessaires au corps, devraient être limités pendant la période de lactation:

  • Semoule
  • Épices et assaisonnements (surtout sel).
  • Lait entier (peut être dans la composition de céréales).
  • Pâtes à base de farine de haute qualité.

Manifestations d'une réaction allergique chez une femme qui allaite

Les réactions allergiques chez les femmes pendant l'allaitement (allaitement) peuvent se développer dans l'une des trois directions ou dans plusieurs directions simultanément (dans les cas graves).

Très souvent, il y a des symptômes respiratoires d'allergies, c'est-à-dire un écoulement nasal grave, une toux (sèche), des éternuements (paroxystique), ainsi qu'une sensation de démangeaisons dans le nez. Ces manifestations sont déclenchées par de petits allergènes qui pénètrent dans les organes respiratoires - il peut s’agir de pollen de plantes, de poussière de maison ou de livre, de molécules qui dégagent une odeur ou d’autres substances actives.

Les symptômes respiratoires d’une réaction allergique peuvent être confondus avec l’apparition d’une maladie respiratoire aiguë (TRA), mais il ne faut pas oublier que pendant la TDA, la température corporelle augmente et lors de réactions allergiques, cela ne se produit pas. En outre, il convient de rappeler que les symptômes respiratoires d’une réaction allergique apparaissent de manière très brutale et soudaine, et que leurs manifestations deviennent immédiatement très intenses.

Une allergie avec des symptômes respiratoires peut être aiguë ou chronique, et se manifeste parfois par une rhinite persistante (nez qui coule) d'étiologie inconnue, voire par un asthme bronchique.

L'allergie peut se manifester par une violation du tractus gastro-intestinal. En règle générale, une telle réaction des organes digestifs est caractérisée par une intolérance à tout aliment, si l'allergène pénètre dans le tractus gastro-intestinal, auquel l'organisme réagit avec divers troubles du tractus gastro-intestinal, notamment des saignements gastriques et intestinaux, des crampes et d'autres problèmes.

Des réactions allergiques cutanées (manifestations) à l’entrée dans le corps d’une femme qui allaite de divers allergènes peuvent être observées non seulement chez la mère elle-même, mais également chez le nourrisson.

Le fait que l'allergène pénètre dans le lait maternel est indiqué par plusieurs signes pouvant être observés chez un bébé:

  • Sur la peau de l'enfant apparaissent des éruptions cutanées d'intensité et de localisation différentes;
  • Des croûtes séborrhéiques apparaissent sur le cuir chevelu du bébé;
  • La peau du bébé devient sèche même avec des soins très soigneux;
  • Dans les plis de la peau du bébé apparaissent une érythème fessier, malgré toutes les procédures hygiéniques nécessaires.

Si l’allergène pénètre dans le corps de l’enfant directement, et non par le lait maternel, les réactions allergiques peuvent devenir plus intenses et plus prononcées:

  • La dermatite atopique peut commencer chez un enfant;
  • Sur le corps du nourrisson, non seulement des éruptions cutanées peuvent apparaître, mais aussi des ampoules;
  • La peau du bébé, même pas couverte d'éruptions cutanées, devient rouge et enflammée;
  • Les éruptions cutanées apparaissent très nettement et rapidement et dans diverses parties de la peau.

Attention! Si des symptômes d’une réaction allergique apparaissent, une femme qui allaite devrait consulter immédiatement un médecin, bien que le traitement des réactions allergiques au cours de la période d’allaitement ne nécessite pas les conditions d’un hôpital médical.

Attention! L'allergie elle-même peut ne pas passer et même conduire à des complications, qui doivent être particulièrement prudentes: les complications possibles avec des réactions allergiques peuvent être non seulement graves, mais également mettre la vie en danger.

Identifiez avec précision la cause de la réaction allergique et déterminez que la substance-allergène n'est possible que par les résultats de tests spéciaux.

Caractéristiques du mode de vie d'une mère allaitante souffrant d'allergies

Il est possible de se débarrasser d'une allergie uniquement lorsque le contact avec un allergène est arrêté et qu'avant tout traitement ne peut apporter qu'un soulagement partiel et temporaire. S'il n'est pas possible de faire les tests d'allergie nécessaires, alors l'allergène ne peut être identifié que par des observations minutieuses et à long terme.

En cas d’allergie, il est très important que la mère qui allaite soit bien nourrie: il faut éviter les quantités excessives de glucides, c’est-à-dire que les aliments doivent être faibles en glucides; Il est nécessaire que le corps reçoive suffisamment de liquide (eau de boisson propre et sans gaz, compote de fruits séchés, compote de pommes). Les premiers plats doivent être sur du bouillon de légumes ou de bœuf. Bouillie recommandée. Les aliments frits épicés, salés, gras et épicés doivent être jetés. Parmi les matières grasses, il faut préférer l'huile d'olive.

En cas d’allergie respiratoire, il est particulièrement important d’enlever les tapis et les rideaux de l’habitation, ainsi que les jouets souples et autres objets sur lesquels de la poussière est collectée. En outre, il vaut mieux au moins pour un certain temps abandonner les plantes d'intérieur. Les bibliothèques et les étagères doivent être fermées. Le nettoyage humide doit être effectué régulièrement.

En cas de réactions allergiques, s'il n'est pas possible de déterminer leur cause exacte, il convient de déterminer si des animaux, des oiseaux ou des poissons doivent être conservés à la maison. L'utilisation de produits chimiques ménagers devrait être limitée - il est préférable d'utiliser des produits naturels traditionnels. Il est nécessaire d'éliminer complètement le contact avec la fumée de tabac, y compris le tabagisme passif.

Allaitement Allergies Médicaments

Les médicaments utilisés pour soulager les symptômes d'allergie sont des antihistaminiques. Il convient de rappeler lors de l'allaitement que tout médicament utilisé par une femme pendant cette période doit être compatible avec l'allaitement et être sans danger pour les nourrissons.

Attention! Dans la mesure du possible, il faut préférer les médicaments sous forme de spray ou de solution pour inhalation, car ils ne pénètrent pas dans la circulation systémique et, par conséquent, dans le lait maternel, ils sont donc aussi sûrs que possible pour le bébé.

Lorsque vous allaitez peut utiliser des antihistaminiques, dont la sécurité est prouvée et confirmée.

Attention! Lorsque l'allaitement a permis l'utilisation des médicaments antihistaminiques de la deuxième génération et des générations suivantes, ainsi que des médicaments stéroïdes.

  1. Selon le répertoire médical E-LACTANCIA, les médicaments antihistaminiques appropriés sont utilisés pendant la lactation Allertek, Letizen, Cetirizine, Cetrin. Ces médicaments ont une sédation minimale et ne sont pas dangereux, même en cas de surdosage. Seule une petite quantité de ces médicaments pénètre dans le lait maternel. Les effets secondaires chez les nourrissons ne sont pas fixes.

Attention! Le British Society of Immunology and Allergology recommande l'utilisation du cétirizine dans les réactions allergiques au cours de l'allaitement.

  1. Pendant la lactation, les médicaments recommandés sont Claritin, Klarotadin, Loratadin, Loridin, qui se caractérisent par des effets sédatifs extrêmement minimes sur le corps et pénètrent en très petites quantités dans le lait maternel. Au cours des observations, les effets indésirables chez les nourrissons dont la mère a pris ces médicaments n'ont pas été enregistrés.

Attention! Ces médicaments sont recommandés dans les réactions allergiques au cours de l'allaitement par l'American Academy of Pediatrics et la British Society of Immunology and Allergology.

  1. Selon les données actualisées du répertoire médical E-LACTANCIA, les antihistaminiques à base de principe actif actif Fexofénadine peuvent être utilisés au cours de l'allaitement. Il s'agit de médicaments portant les noms commerciaux Allerfex, Dinox, Telfast, Fexadin, Fexofast. L'ingrédient actif de ces médicaments pénètre dans le lait maternel à petites doses et ne provoque pas d'effets indésirables chez l'enfant.

Attention! En 2013, l'American Association of Pediatrics a reconnu que l'ingrédient actif Fexofenadine était compatible avec l'allaitement.

  1. Conformément aux données du répertoire international des médicaments E-LACTANCIA, totalement compatible avec l'allaitement peut être considéré comme le médicament Aldecin, qui est utilisé par inhalation (principe actif, la béclométhasone). Étant donné que le médicament pénètre dans le corps par inhalation (inhalé), son contenu dans le plasma sanguin est limité aux quantités minimales. Les effets secondaires chez les nourrissons allaités ne sont pas fixes.

Attention! Aldecine a été considéré comme sûr pendant la lactation en 2002, après quoi il a été inclus dans la liste des médicaments sans danger pour la lactation de l’OMS.

  1. Les effets indésirables n’ayant pas été mis en évidence lors de l’utilisation du médicament Ehrius (principe actif Desloratadine) pendant la lactation, le médicament est donc considéré comme compatible avec l’allaitement.

Attention! Le médicament Erius est recommandé pendant l’allaitement par l’American Academy of Pediatrics et la British Society of Immunology and Allergology.

  1. Le répertoire international des médicaments E-LACTANCIA est compatible avec les antihistaminiques de l'allaitement basés sur le principe actif lévocytirizine, y compris Glentset, Zenaro, Xizal, le dichlorhydrate de lévocytirizine et Elzet. Il n'existe pas de données sur les effets nocifs de ces médicaments sur les nourrissons lorsqu'ils sont utilisés par leur mère pendant l'allaitement.

Attention! Les antihistaminiques à base du principe actif lévocytirizine sont reconnus comme étant sûrs au cours de l'allaitement par la British Society of Immunology and Allergology

Allergies de l'allaitement Médicaments: Médicaments indésirables

Pendant la lactation et l'allaitement, les antihistaminiques de première génération ne sont pas recommandés pour les mères qui allaitent.

  1. Selon le livre de référence international sur les médicaments E-LACTANCIA, les antihistaminiques de première génération à risque élevé et aux effets fortement négatifs pour une femme qui allaite comprennent le principe actif Chloropyramine (médicaments Suprastin, Chloropyramine). La prise de ces médicaments peut entraîner une diminution de la lactation et un effet sédatif important.
  2. En ce qui concerne le médicament Diazolin (le principe actif mebhydrolin), il n’existe aucune information à ce sujet dans le classificateur international des médicaments. Cependant, les instructions pour ce médicament contiennent un avertissement concernant l'interdiction de son utilisation pendant l'allaitement.
  3. Les antihistaminiques de première génération Clemastine et Tavegil sont considérés comme hautement indésirables pour une utilisation pendant l'allaitement en raison des risques élevés pour le nourrisson. Les médicaments entraînent une somnolence accrue chez la mère et, dans de nombreux cas, chez l’enfant. Il y a des cas où les nourrissons ont refusé d'allaiter, ainsi que des cas de stupeur chez les nourrissons et des cas d'irritabilité accrue. Lorsque Clemastin et Tavegil prennent des préparations maternelles, il n'est pas recommandé que mères et bébés dorment ensemble.

Attention! En cas de réaction allergique, seul le médecin doit prescrire le médicament nécessaire à la femme qui allaite.

Attention! Une réaction allergique est une auto-médication catégoriquement inacceptable, même les médicaments considérés comme sûrs.

Dans le traitement des allergies, le médecin peut recommander un apport supplémentaire en absorbants qui contribueront à éliminer les allergènes et les toxines du corps.

Partie 1: Informations générales sur les allergies et leurs dangers pendant l'allaitement et l'allaitement