Brûlure de l'appendicite pendant la grossesse

Beaucoup de femmes enceintes associent des douleurs dans la cavité abdominale à leur position, ce qui est souvent vrai. Mais c'est la grossesse qui peut déclencher une crise d'appendicite. Pour pouvoir attaquer sans vous surprendre, vous devez clairement savoir comment se présente la maladie, quels en sont les symptômes et comment y faire face.

L'appendicite est une inflammation de l'annexe. Il est à noter qu'il y a beaucoup de femmes enceintes atteintes de cette maladie (environ 3,5%). L'appendicite aiguë chez les femmes dans la situation est un peu plus fréquente que chez d'autres représentants du beau sexe.

Les raisons du développement de cette maladie ne sont toujours pas connues des scientifiques. L'une des versions est l'obstruction de la lumière, qui existe entre l'appendice et le caecum. En raison du blocage, l'irrigation sanguine du processus est perturbée, ce qui entraîne un œdème et le développement du processus inflammatoire.

Souvent, la grossesse est un facteur prédisposant à la manifestation de cette maladie. Elle est causée par la croissance de l'utérus, qui, en comprimant le processus, perturbe son apport sanguin et, par conséquent, conduit à une inflammation.

Quels sont les symptômes de l'appendicite pendant la grossesse?

En médecine, il est d'usage de distinguer deux formes d'appendicite: catarrhale et destructive. Pour chacune de ces formes, un certain temps de développement de la maladie est nécessaire. La forme catarrhale de la maladie se développe en 6 à 12 heures, les formes destructrices peuvent se développer un peu plus longtemps, de 12 heures à deux jours, puis une perforation peut se produire, c'est-à-dire que le contenu de l'intestin peut pénétrer dans la cavité abdominale.

Il est impossible de nommer certains symptômes de l'appendicite chez la femme enceinte, car le corps de chaque femme est différent. Par conséquent, les changements dans le processus peuvent se produire différemment. De plus, toutes les annexes ne sont pas identiques.

Lorsque l'inflammation survient dans le processus lui-même, sans affecter la cavité abdominale, la femme est généralement perturbée par une douleur dans la partie supérieure de l'abdomen, qui passe progressivement dans la partie inférieure droite de la cavité abdominale. Les symptômes de l'appendicite peuvent être des phénomènes tels que vomissements, indigestion, nausée.

Parfois, les douleurs sont mineures et surviennent dans toutes les zones de la cavité abdominale. Lorsqu'elle est examinée par un médecin, la douleur peut ne pas être immédiatement déterminée et détectée dans la zone située au-dessus de l'emplacement de l'utérus. De plus, les femmes enceintes éprouvent souvent des sensations douloureuses sur le côté droit, lorsque l'utérus exerce une pression maximale sur le processus enflammé.

Avec le développement du processus inflammatoire, la douleur commence à se manifester dans la région iliaque droite. Souvent, les sensations douloureuses se propagent dans les parties inférieure et supérieure de la cavité abdominale et même dans l'hypochondre. En règle générale, le degré de douleur dépend de la durée de la grossesse, c'est-à-dire que plus l'utérus exerce une pression sur l'appendice enflammé, plus les sensations sont douloureuses.

Il est à noter que tous les symptômes caractéristiques des patientes atteintes d'une appendicite chez la femme enceinte peuvent être moins prononcés ou se manifester un peu plus tard.

Il est à noter que la nature de l'emplacement de l'appendice peut également affecter la douleur lors d'une inflammation d'appendicite: si l'appendice est sous le foie, la femme enceinte peut présenter des symptômes similaires à ceux de la gastrite: douleur à la partie supérieure de l'abdomen, nausées et même vomissements.

Avec une localisation basse de l'appendice, quand elle est bordée par le système urinaire, la douleur peut être perdue dans les jambes, le périnée, la femme peut avoir des mictions fréquentes, c'est pourquoi il est important de ne pas confondre l'inflammation de l'appendice avec la cystite.

Comment l'appendicite affecte-t-elle le fœtus?

Bien entendu, le développement de la maladie au cours du deuxième trimestre de la grossesse affecte le futur bébé. La complication la plus fréquente est la menace d'une interruption de grossesse à une période ultérieure. Les complications comprennent également les infections pouvant survenir après l'opération et les obstructions intestinales.

Rarement, mais toujours, il y a des cas où les femmes enceintes avec une annexe peuvent se produire un décollement prématuré du placenta. En cas de diagnostic opportun de détachement et de traitement approprié, la grossesse peut être maintenue et complétée. En cas d'inflammation des membranes fœtales, une infection intra-utérine du bébé se produit et un traitement antibactérien obligatoire est requis. Plus sur les symptômes du décollement placentaire

Les complications surviennent généralement au cours de la première semaine après l'opération pour retirer l'appendice. En prophylaxie postopératoire, l’antibiothérapie est indiquée pour toutes les femmes enceintes.

Diagnostic de l'appendicite chez la femme enceinte

Pour diagnostiquer cette maladie devrait le médecin. En règle générale, une température corporelle élevée, des douleurs (parfois très intenses) au côté droit de l'abdomen lors de la marche ou même au repos peuvent indiquer la présence d'une appendicite chez une femme enceinte. Souvent, lors de la palpation, la douleur augmente avec une légère pression sur l'abdomen, puis avec la main rétractée du médecin.

Il est également possible de diagnostiquer la maladie par analyse d'urine (une augmentation du nombre de globules blancs peut indiquer la présence d'une appendicite). Il est à noter qu'une augmentation du nombre de leucocytes peut être causée par un processus inflammatoire ou une infection survenant chez une femme enceinte. C'est pourquoi il ne suffit pas de poser un diagnostic d'analyse d'urine.

L'une des méthodes les plus modernes et les plus fiables pour déterminer l'appendicite chez la femme enceinte est l'échographie, qui permet de voir une augmentation du processus et même un abcès. Mais il convient de noter qu'avec l'échographie, seule la moitié des patients peut voir l'annexe, ce qui donnera au médecin une conclusion précise sur le processus inflammatoire.

La laparoscopie est une autre méthode de diagnostic. Au cours de cette procédure, le médecin peut voir tous les organes de la cavité abdominale, y compris l’annexe. Si une appendicite est détectée, elle devrait être immédiatement éliminée. La laparoscopie est la méthode la plus précise permettant de déterminer de manière fiable la présence d’un processus inflammatoire dans la cavité abdominale.

C’est pourquoi, si une femme enceinte soupçonne une inflammation de l’appendicite, cela vaut la peine d’aller à l’hôpital, où elle sera surveillée en permanence, elle effectuera les tests et les diagnostics nécessaires et, si nécessaire, elle sera opérée pour éliminer le processus enflammé.

Comment l'appendicite est-elle supprimée?

Malheureusement, lors du diagnostic, le traitement n’est possible que par chirurgie. Maintenant, la chirurgie pour enlever l'appendicite chez une femme enceinte peut être réalisée à la fois de manière traditionnelle et avec l'aide de ponctions spéciales de la cavité abdominale.

Lors d'une opération standard, une incision cutanée est pratiquée sur la zone où se trouve l'appendice. La longueur de la coupe est d'environ 10 cm.

Le chirurgien examine l'appendice et la cavité abdominale autour de celle-ci pour exclure la présence d'autres maladies de la cavité abdominale. Ensuite, l'appendice est retiré, avec un abcès, il est desséché lors de l'utilisation de drains qui sont expulsés vers l'extérieur. Des sutures sont ensuite appliquées sur l'incision, qui sont retirées avec une période postopératoire normale en une semaine.

L'utilisation du système optique est un nouveau moyen de supprimer l'appendicite chez les femmes enceintes. Au cours de la laparoscopie, le médecin peut effectuer une opération pour retirer le processus à travers de petits trous dans la cavité abdominale au lieu d'une grande incision. Les avantages de cette méthode de traitement sont indiscutables: la douleur postopératoire est réduite et le rétablissement se fait beaucoup plus rapidement.

En outre, la laparoscopie procure un excellent effet cosmétique, facteur important pour la plupart des femmes. La laparoscopie vous permet de poser le diagnostic le plus précis possible lorsque le médecin doute de la présence d'un appendice chez une femme enceinte. Le retrait de l'appendicite laparoscopique est la méthode la plus optimale pour traiter l'appendicite chez les femmes enceintes.

Comment se passe la période postopératoire après le retrait de l'appendicite chez la femme enceinte?

La période postopératoire chez la femme enceinte nécessite l’attention de spécialistes, ainsi que la prévention des complications et de certains traitements. Après l'opération, les femmes enceintes ne reçoivent pas de glace sur l'estomac. Afin de ne pas nuire au cours de la grossesse, un régime spécial et doux est formé pour permettre à la femme enceinte de récupérer plus rapidement et l'ablation de l'annexe n'a aucun effet sur la santé de son futur bébé.

Pour les femmes enceintes également, des moyens spéciaux sont fournis pour aider à normaliser les intestins dès que possible.

L'utilisation d'antibiotiques au cours de la période postopératoire est une mesure nécessaire, mais il convient de noter que les médicaments sont sélectionnés avec soin par des spécialistes, en tenant compte de l'état de la femme et de la durée de sa grossesse.

La prévention du travail prématuré et de l’interruption de la grossesse étant également effectuée, il est recommandé de suivre le repos au lit, de bien manger, de prendre des vitamines et de suivre toutes les recommandations du médecin qui l’a soigné. Souvent, un traitement spécial est prescrit pour soutenir la grossesse, y compris les sédatifs.

Après sa sortie de l'hôpital, la femme enceinte est automatiquement inscrite sur la liste des femmes risquant l'avortement et l'accouchement précoce.

Le fœtus chez les femmes enceintes opérées de l’appendicite est également examiné et surveillé de près. Les médecins surveillent de près le déroulement de son développement, surveillent l’état du placenta. En cas d'anomalie dans le développement du fœtus ou la détérioration de la femme enceinte, celle-ci est envoyée à l'hôpital pour un traitement approprié.

Si un accouchement survient quelques jours après une intervention chirurgicale destinée à retirer une appendicite, il est effectué avec un sens de l’épargne et sous un contrôle spécifiques. Assurez-vous que les coutures ne se séparent pas et produisent une anesthésie complète.

Au cours de l'accouchement, on effectue une prophylaxie constante du déficit en oxygène intra-utérin chez le bébé. La période d'expulsion du fœtus est raccourcie en disséquant le périnée afin que les points de suture imposés lors de l'opération ne divergent pas.

Peu importe le temps qui s'est écoulé après l'intervention chirurgicale avant l'accouchement, l'accouchement aura lieu dans tous les cas sous la surveillance attentive de spécialistes afin d'exclure la survenue de complications, d'hémorragies postpartum et d'autres anomalies.

Dans tous les cas, même si vous devez subir une opération chirurgicale pour supprimer une appendicite pendant la grossesse, ne vous inquiétez pas pour la santé du bébé. N'oubliez pas que l'état émotionnel de la mère est très important pour le fœtus mais, sinon, il vaut la peine de s'en remettre entièrement au personnel qui en assurera l'accouchement.

Appendicite pendant la grossesse


Pendant la grossesse, les changements physiologiques survenant dans le corps risquent de déclencher une crise d'appendicite. Parmi toutes les personnes qui vont à l'hôpital avec ce problème, les femmes enceintes représentent plus de trois pour cent. L'utérus croissant comprime le processus, ce qui explique la perturbation de son apport sanguin, ce qui provoque le processus inflammatoire. Le plus souvent, la maladie survient entre 5 et 12 semaines de grossesse et, si elle est tardive, à 32 semaines.

La difficulté du diagnostic précoce réside dans le fait que les symptômes se manifestent différemment, qu'ils sont plus faibles et qu'ils peuvent facilement être confondus avec d'autres maladies ou avec l'état habituel d'une femme enceinte.

Les causes de l'apparition d'une pathologie peuvent être appelées:

  • Compression ou déplacement du processus à mesure que la taille de l'utérus augmente
  • Constipation fréquente due à la grossesse
  • Déficience circulatoire de l'annexe due à la tendance à la thrombose.

Par conséquent, une alimentation équilibrée est l'une des mesures préventives importantes.

Symptômes d'appendicite pendant la grossesse dans les périodes précoces et tardives

Le tableau clinique est composé de plusieurs symptômes qui doivent être évalués par le médecin dans son ensemble. L'inflammation commence par une légère douleur dans la région centrale de l'abdomen. Ensuite, il se concentre à l'emplacement de l'annexe. Selon le terme, sa position varie. Jusqu'à trois mois, la position du caecum ne change pas. Au deuxième trimestre, il se déplace de sorte que l'appendice se situe au niveau du nombril (si la femme est couchée) et un peu en dessous du nombril (5 cm). Si la femme est debout. Dans les stades ultérieurs, le caecum est déplacé vers la région située entre le nombril et l'hypochondre. La photo ci-dessous montre où se situe l'appendicite sur les trimestres I, II et III. En conséquence, une incision pour son retrait est faite à différents moments dans différents endroits. Le tableau clinique (ensemble de symptômes) de la maladie est également différent.

  • Jusqu'à 3 mois de grossesse, la douleur est concentrée dans la région iliaque droite (dans les cas classiques).
  • De 4 à 6 mois, la douleur est particulièrement forte au côté droit, juste en dessous du nombril.
  • De 7 à 9 mois, la douleur est concentrée dans la région sous les côtes.

L’attaque de l’appendicite est également accompagnée des symptômes suivants:

  • La température augmente quelques heures après l'apparition de douleurs mineures. L'intensité de la douleur dépend de la durée de la grossesse. Plus le terme est long, plus la douleur est sévère.
  • Nausée et vomissements répétés. Cette caractéristique se manifeste de différentes manières: elle peut être implicite ou totalement absente. De plus, une femme associe généralement cela à des manifestations de toxicose.
  • Réaction douloureuse lors de la palpation (symptôme de Shchetkin Blumberg), augmentation de la douleur lors de légers tapotements sur l'abdomen, ainsi que des tensions musculaires dans la région de l'appendicite.
  • La douleur s'aggrave du côté droit.

Si une température très élevée a augmenté, un essoufflement, un pouls rapide et une distension abdominale, il s'agit alors de signes de péritonite. Cette condition est très dangereuse pour le fœtus et la mère. Tout retard dans cette situation peut être fatal.

Comment déterminer l'appendicite chez une femme enceinte (diagnostic)

Pour déterminer la pathologie nécessaire un examen médical. Par conséquent, lorsque les premiers signes apparaissent, il est nécessaire de consulter immédiatement un médecin ou d'appeler une ambulance.

C'est important! Avant l'examen par un chirurgien, il est strictement interdit:

  • mettez une bouteille d'eau chaude sur votre ventre
  • prendre des analgésiques,
  • manger ou boire.
  • Au cours de l'examen, le médecin écoute les plaintes du patient et vérifie la réaction du corps à un certain nombre de symptômes. Parmi eux:

    Symptôme Marque. Cela réside dans le fait que lorsque vous appuyez sur la moitié gauche de l'utérus sur la droite, la douleur survient. Une réaction similaire est observée lorsque vous appuyez sur le côté droit de l'utérus d'avant en arrière.

    Symptôme Ivanova. Au début de l'examen, l'examen est effectué en décubitus dorsal, et plus tard en décubitus dorsal sur le côté gauche. Dans cette position, la douleur peut être dans la région iliaque gauche du nombril ou en dessous. Si la douleur est présente, le médecin peut conclure que l’inflammation de l’appendice provoque une irritation du péritoine, du mésentère et de l’utérus.

    Les symptômes de la seconde moitié de la grossesse sont décrits dans la photo ci-dessous:

    Parallèlement au chirurgien, une femme doit être examinée par un gynécologue.

    Les informations obtenues lors de l'examen par un médecin sont complétées par les tests de laboratoire suivants:

    Test sanguin (augmentation de la VS et des globules rouges)

    Analyse d'urine (présence de leucocytes). Cet indicateur ne fournit pas d’informations précises, des leucocytes pouvant également être présents en raison de l’apparition d’une pyélonéphrite.

    Échographie (ne permet pas d'obtenir des informations précises sur l'état du processus)

    La laparoscopie est la méthode la plus efficace pour poser un diagnostic précis. C'est assez traumatisant, mais cela vous permet de l'enlever immédiatement avec la méthode la plus simple et la plus sûre pour confirmer la suspicion d'appendicite.

    C'est important! Les rayons X aux femmes enceintes ne peuvent pas être effectués.

    Le schéma d'action est présenté sur la photo ci-dessous.

    Retrait de l'appendicite pendant la grossesse

    Sans chirurgie, il est impossible de guérir une appendicite. Par conséquent, il est nécessaire de faire une appendicectomie. Cela se fait de deux manières:

    • La manière traditionnelle: l'accès se fait par une coupe. Le lieu d'accès est indiqué sur la photo.
      • Jusqu'à 20 semaines - l'incision est dans un endroit traditionnel.
      • De 21 à 32 semaines - la cicatrice sera 3 à 4 cm plus haute que l'ilium.
      • À partir de la semaine 33, l’incision mesure 5 cm. hypochondre inférieur droit
    • Laparoscopique: accès par trois petits trous. L'avantage de cette méthode est que l'opération est moins traumatisante et qu'il est également possible de clarifier le diagnostic.

    C'est important! L'opération est réalisée sous anesthésie générale avec utilisation de relaxants musculaires et d'une ventilation mécanique.

    Rééducation après appendicectomie

    Après la chirurgie, la femme devrait être sous la supervision de médecins.

    Le premier jour jusqu'au soir, vous ne pouvez pas manger et vous devez alors vous conformer strictement à un régime alimentaire particulier.

    Le cas de la vie. La femme qui avait eu une appendicite coupée au cours de la 14e à la 15e semaine de grossesse a déclaré qu'après s'être éloignée de l'anesthésie, elle avait très envie de manger, mais les médecins ne lui avaient pas permis de manger avant le soir. Ensuite, vous pourriez avoir un peu de kéfir. La couture est bien serrée. Les grossesses et les accouchements ultérieurs étaient normaux sans complications. Né un bébé en bonne santé.

    Les deuxième et troisième jours après l'opération, ainsi que les septième et huitième sont considérés comme les plus dangereux.

    Pendant la rééducation, le traitement doit être dirigé vers:

    • soulagement du stress après une hyperstimulation nerveuse
    • renforcement de l'immunité
    • prévenir les effets de l'inflammation sur tout le corps

    Un repos au lit strict doit être respecté au moins les cinq premiers jours dans les premières périodes et les sept jours plus tard.

    Avant de retirer les points de suture le dixième, douzième jour, un bandage de serrage spécial est nécessaire.

    Le cas de la vie. Une femme a subi une appendicectomie au sixième mois de grossesse. Les médecins ont averti qu'il y avait un risque de fausse couche. Une appendicectomie a été réalisée sous anesthésie générale. Au cours de sa rééducation et de sa grossesse, elle était sous la surveillance particulière de médecins. Tout s'est bien terminé. Elle a pu donner naissance à un enfant en bonne santé et à temps, seule.

    En règle générale, une femme enceinte sort de l'hôpital en l'absence de complications présumées au plus tôt dans deux semaines.

    À quel point l'appendicite est-elle dangereuse pour le fœtus et pour la femme?

    Le danger pour l'enfant apparaît lorsque la maladie a atteint le stade destructeur et que l'inflammation a affecté la membrane placentaire.

    En cas de rupture de l'appendicite, une césarienne est réalisée et l'utérus et les trompes de Fallope sont prélevés, quel que soit l'âge gestationnel. Pour éviter cela, il est important de ne pas hésiter à consulter un médecin lorsque des signes de pathologie apparaissent.

    Bien que le risque d'avortement soit élevé ces dernières semaines, l'appendicite elle-même, à ses débuts, ne peut servir de motif pour prendre une telle décision.

    Le cas de la vie. Une femme a été opérée pendant une période allant de 3 à 4 mois. L'enfant n'a pas pu être sauvé.

    La mort d'un enfant ou un avortement survient dans 4 à 6% des cas. C'est à dire la probabilité d'un mauvais résultat avec la bonne approche est très faible. Le risque est présent si:

    • En raison de la propagation de l'infection, la fièvre survient.
    • Si la mère réagit très émotionnellement et que le traumatisme psycho-émotionnel affecte l'enfant.
    • Lorsque la pression intra-utérine a été endommagée
    • Si une blessure instrumentale à l'utérus était autorisée, et ainsi de suite.
    • En cas de rupture d'appendicite (le fœtus meurt dans 90% des cas)

    Après une appendicectomie, la mère est sous la surveillance attentive de médecins, car on pense qu’elle a subi une infection intra-utérine complexe.

    C'est important! L'état émotionnel de la mère affecte l'enfant.

    Comment reconnaître les symptômes de l'appendicite pendant la grossesse et quoi faire

    Comment reconnaître les symptômes de l'appendicite pendant la grossesse et quoi faire

    Est-il possible de reconnaître rapidement l'appendicite chez les femmes enceintes, dont les symptômes n'apparaissent pas comme d'habitude? Pourquoi ça se pose?

    Le processus inflammatoire est soumis à de nombreuses conditions préalables, mais le principal est une augmentation de l'utérus, qui provoque un déplacement important des organes internes, en particulier des intestins. Une violation permanente de la circulation sanguine dans le péritoine, qui augmente progressivement, peut provoquer des processus inflammatoires non seulement dans l’appendice, mais également dans d’autres organes.

    Les raisons sont différentes:

    • diminution de l'immunité générale;
    • déplacement de la zone annexe;
    • l'apparition de constipation fréquente à la suite d'une malnutrition;
    • anomalie individuelle de l'appendice.

    Localisation de la douleur dans l'appendicite

    Une annexe est un processus du caecum, considéré comme un atavisme. Il n'effectue aucune fonction, ne supporte pas la charge en cours de digestion, alors qu'il peut s'enflammer et causer de gros problèmes. Il se situe dans le bas-ventre à droite, la douleur lors de son inflammation y est le plus souvent localisée, mais son diagnostic précis est parfois assez compliqué.

    Malgré les signes d'appendicite chez les femmes pendant la grossesse, il est impossible de déterminer la maladie et d'établir un diagnostic uniquement avec leurs mots. Les difficultés de diagnostic résultent du fait que le fœtus en croissance déplace progressivement tous les organes. Il est donc impossible de dire avec certitude que la douleur est pour cette raison.

    Le diagnostic est compliqué par le fait que différentes personnes peuvent ne pas l'avoir au même endroit. De plus, à un stade précoce du processus inflammatoire, la douleur a généralement un caractère diffus et sa localisation claire signifie que la situation devient menaçante.

    Si vous essayez de résumer les informations disponibles, les signes d'appendicite pendant la grossesse peuvent se manifester sous les formes décrites ci-dessous.

    • En termes de physique moyenne, le processus aveugle peut être situé à droite, entre l'hypochondre et le bassin. En même temps, son emplacement individuel est possible - il peut être déplacé dans la direction du foie ou de la vessie. À cet égard, à la douleur résultant du fait que l'appendicite se développe pendant la grossesse, dont les symptômes sont perceptibles, des signes supplémentaires peuvent être ajoutés. Lorsque l'appendice est placé plus haut ou plus bas, ce sont des nausées, même des vomissements, des malaises à l'estomac ou des sensations, comme dans l'inflammation des organes urinaires. En même temps, la douleur peut irradier les reins, l’aine droite ou la cuisse droite.
    • Il y avait des cas d'apparition d'une inflammation, qui provoquait une douleur à gauche, une colique gastrique, et ce n'est qu'avec l'évolution de la maladie que la région douloureuse s'est déplacée vers la droite.
    • Il est possible d'attendre l'emplacement standard de la zone douloureuse si la période est courte et qu'au fur et à mesure que le fœtus grandit, il sera placé de plus en plus haut: au niveau du plexus solaire ou plus près des côtes.

    Il ne faut pas oublier que ce n'est pas nécessairement une appendicite. Les symptômes pendant la grossesse, en particulier au cours du dernier trimestre, peuvent survenir pour diverses raisons, par exemple, une douleur assez intense se produit lorsque la formation de gaz augmente. De telles probabilités compliquent encore la détermination de l'appendicite chez les femmes enceintes.

    Signes d'appendicite

    Cependant, vous devez connaître les symptômes caractéristiques de l'appendicite chez la femme enceinte, résultant de l'inflammation de ce petit processus:

    • la douleur continue d'augmenter, l'état se détériore rapidement, la nature de la douleur est colique;
    • lorsque vous vous déplacez, lorsque vous essayez de vous allonger sur le côté droit, la douleur devient plus vive, mais si vous vous allongez sur le dos et serrez les jambes contre le ventre, elle s’affaiblit;
    • en essayant de déterminer le développement de l'appendicite en appuyant sur l'abdomen et en le relâchant brusquement, il est possible que vous n'obtenez pas de résultat; chez la femme enceinte, la douleur attendue ne se produira pas toujours, même dans le cas d'une inflammation;
    • faiblesse, même évanouissement;
    • une augmentation de la température est possible, et le thermomètre indiquera différentes valeurs dans le rectum et les aisselles;
    • des nausées et des vomissements peuvent survenir, mais ce symptôme est plus souvent interprété comme une toxicose, en particulier si la période est courte;
    • Une numération globulaire complète révélera la présence d'un nombre accru de globules rouges.

    Étant donné que tous les signes d'appendicite chez les femmes enceintes, même en cas de manifestation intense, ne sont pas spécifiques, un examen sera nécessaire.

    Diagnostic de l'appendicite

    Un diagnostic précis ne peut être posé immédiatement que par laparoscopie. Une sonde avec un capteur est insérée à travers une petite perforation dans la localisation estimée de l'appendice aveugle pour voir son état. S'il existe des signes d'inflammation, l'annexe est immédiatement retirée. Cependant, cette méthode n'est pas disponible dans toutes les cliniques.

    S'il n'y a pas d'équipement approprié, alors, en cas de doute, la femme est placée dans un hôpital où elle surveille son état. Avec une détérioration marquée du diagnostic est confirmée. En outre, un examen d'urine est effectué. Étant donné que les symptômes de l'appendicite chez la femme enceinte et les signes de maladies inflammatoires des organes du système urogénital sont similaires, l'absence de leucocytes dans les urines peut indiquer une appendicite, leur présence est un signe de maladie de la vessie ou du rein.

    En outre, l'échographie est utilisée pour déterminer l'état de l'appendice aveugle, mais dans certains cas, il est inefficace.

    Si les méthodes classiques ne permettent pas de déterminer avec certitude la présence d'une pathologie, la femme reste sous surveillance médicale. Dans ce cas, il est impossible de prendre des analgésiques, de sorte que l'image de l'État soit claire et que les signes d'appendicite chez une femme enceinte permettent aux médecins d'analyser et de prendre des mesures en conséquence.

    Est-il possible d'effectuer l'opération

    Le traitement d'un appendice aveugle enflammé ne peut être que chirurgical et ne doit en aucun cas être différé, car cette maladie est un danger de mort grave.

    Le retrait de l'annexe de la manière chirurgicale habituelle est effectué sous anesthésie. Des antibiotiques sont prescrits à la patiente, ce qui causera des dommages minimes à la mère et à l'enfant. Cela est nécessaire pour prévenir l'inflammation après la chirurgie, ainsi que pour prévenir l'infection du fœtus.

    Le traitement pendant la période de récupération comprend des vitamines, des médicaments contribuant à la normalisation du flux sanguin, un bon travail intestinal. Médicaments recommandés pour soutenir le tonus musculaire de l’utérus et prévenir les crampes. Habituellement prescrit le repos au lit.

    La future mère, qui a dû subir une intervention chirurgicale, sera sous la surveillance d'un médecin jusqu'à la fin du mandat de l'enfant, en raison du risque d'accouchement prématuré.

    Si une intervention chirurgicale a été réalisée au cours des dernières semaines de gestation, un suivi renforcé de l'état de la femme enceinte et du fœtus est réalisé, ainsi qu'une observation particulièrement attentive du processus d'accouchement. Cela résulte du fait que chez vytogami, les coutures opérationnelles peuvent se disperser.

    Le danger d'inflammation de l'appendice

    Une telle pathologie au cours de la grossesse se produit souvent, environ 5% des femmes à différents moments sont confrontées à un tel problème. Il n’ya donc pas lieu d’avoir peur, l’essentiel est de demander de l’aide en cas de douleur.

    En aucun cas, ne doit pas s'auto-traiter, prendre des analgésiques, reporter la visite à la clinique. La survenue de coliques ou de douleurs tiraillantes peut signifier le début d'une appendicite pendant la grossesse, les conséquences pour l'enfant pouvant être tragiques. Par conséquent, il vaut mieux être en sécurité.

    Il existe un risque d'exposition aux médicaments qu'une femme devra prendre avant et après la chirurgie, mais le risque d'utilisation de ces médicaments est beaucoup plus faible que les effets de la péritonite, qui débutera si l'appendice gonflé n'est pas retiré à temps. Dans ce cas, une femme peut mourir.

    Par conséquent, si le médecin n’est pas certain que la cause de la douleur se situe ailleurs, il doit prendre une décision quant au but de l’opération sous sa responsabilité.

    Une situation particulièrement dangereuse se présente si une femme enceinte développe une appendicite aiguë, auquel cas l'absence de mesures d'urgence peut même être fatale pendant une courte période.

    Cependant, plus souvent une appendicite peu compliquée apparaît, plus de la moitié des femmes. À la fin de la période de procréation, le risque de développer une pathologie est plus élevé, l'inflammation peut prendre une forme grave, par exemple phlegmoneuse, qui se transformera en une péritonite.

    À différents moments, le degré de risque est différent, mais il existe de tristes statistiques:

    • sous forme non compliquée, un avortement spontané ou un accouchement dysfonctionnel survient dans 15% des cas;
    • la transition de l'appendicite à la péritonite, dans 30% des cas entraînent la mort du fœtus. Ceci est une conséquence de l'état général de la femme pendant le développement de la péritonite, dans lequel l'interaction normale chez le fœtus et l'apport d'oxygène à celle-ci deviennent impossibles.

    Complications possibles pouvant survenir à tout moment:

    • perte d'un enfant;
    • livraison rapide;
    • diverses complications après la chirurgie;
    • obstruction intestinale aiguë;
    • dysfonctionnement des muscles de l'utérus;
    • manque d'oxygène dans le sang pouvant entraîner une hypoxie fœtale;
    • des saignements peuvent survenir après l'accouchement.

    Le risque le plus élevé d'effets indésirables se produit dans les premiers jours suivant la chirurgie.

    Conclusion

    S'il y a douleur, faiblesse, nausée, ne bloquez pas tout sur la toxicose. À un stade précoce, les signes de l’appendicite peuvent être similaires aux petits maux habituels d’une femme enceinte. Il est donc préférable de consulter votre médecin.

    Appendicite et grossesse - la situation menace

    L'inflammation de l'appendice aveugle pendant la grossesse conduit souvent à divers processus destructifs, ce qui complique considérablement l'évolution de la pathologie. Lorsque l'appendice fond, il existe une menace de fausse couche ou d'accouchement précoce.

    Les symptômes

    Le tableau clinique de l'inflammation dépend en grande partie de la durée de la grossesse. Ainsi, au cours des 16 à 18 premières semaines, le principal symptôme de l'appendicite est une douleur soudaine. Au début, la sensation douloureuse est localisée dans la région de l'épigastre ou s'étend sur l'estomac. Au bout de 4 à 5 heures, elle se concentre sur le côté droit.

    D'autres manifestations d'indisposition - fièvre, mauvaise santé, nausées, vomissements à court terme perdent leur pertinence au début de la grossesse, car elles peuvent être déclenchées par une toxicose.

    Par conséquent, vous devriez accorder plus d’attention à de tels signes d’appendicite:

    • augmentation de la fréquence cardiaque (90 à 110 battements par minute);
    • l'apparition d'inconfort dans la position couchée sur le côté gauche;
    • augmentation de la douleur au moment de la pression sur la zone de l'appendice en tournant vers le côté droit.

    À une date ultérieure, les symptômes de l'appendicite chez la femme enceinte sont encore moins prononcés, le processus en aveugle s'éloignant progressivement du péritoine et se déplaçant en arrière.

    A partir de la 20ème semaine, la reconnaissance de la maladie devient plus difficile. Pendant cette période, vous devez faire attention à la constance de la douleur et à sa localisation dans la région iliaque droite, ainsi qu’à la tachycardie. Les autres symptômes d'appendicite en fin de grossesse sont pratiquement absents.

    Raisons

    Les causes d'inflammation de l'appendice aveugle chez les femmes en âge de procréer sont le plus souvent associées à des changements physiologiques dans le corps:

    • l'utérus croissant serre et déplace l'appendice de haut en bas;
    • la prédisposition à la constipation apparaît, ce qui provoque l'accumulation de microflore pathogène dans l'intestin;
    • l'immunité diminue;
    • la circulation sanguine dans les organes pelviens se détériore et une tendance aux spasmes et à la thrombose se développe.

    Un facteur déterminant dans la formation du processus inflammatoire est constitué par des facteurs prédisposants: mauvaise alimentation, faible mobilité, structure anormale ou localisation du processus.

    Influence

    Actuellement, l'opinion des gynécologues-obstétriciens et des chirurgiens est la même: l'appendicite chez la femme enceinte est très dangereuse, aussi bien pour la mère que pour le bébé. La maladie est particulièrement dangereuse en fin de grossesse.

    Pendant la grossesse

    Dans 18 à 20% des cas, l'inflammation de l'annexe aveugle entraîne diverses complications chirurgicales et obstétricales: le risque d'accouchement prématuré ou d'avortement spontané augmente plusieurs fois, ce qui provoque un décollement du placenta. De plus, un accident peut survenir plusieurs semaines ou mois après une crise aiguë.

    Sur les fruits

    Quel que soit le trimestre, l’appendicite pendant la grossesse peut provoquer des complications très graves chez le fœtus, allant jusqu’à l’hypoxie et la mort. Dans ce cas, un enfant à naître est considéré comme ayant subi une infection intra-utérine et est soumis à la surveillance de professionnels de la santé.

    Lorsque des signes de troubles intra-utérins apparaissent, une hospitalisation urgente de la mère est réalisée avec des soins intensifs.

    Quel médecin traite l'appendicite pendant la grossesse?

    Dans le cas standard, l'inflammation de l'appendice aveugle est un problème purement chirurgical, mais tout change pendant la grossesse. Si le processus pathologique se développe avec une douleur abdominale aiguë, il est urgent d'appeler une ambulance.

    Si les symptômes ne sont pas clairs et que l’inconfort ne doit pas être retardé, consultez votre obstétricien-gynécologue. En cas de suspicion persistante d'inflammation liée à un processus rudimentaire, vous pouvez immédiatement contacter le chirurgien.

    Diagnostics

    Compte tenu des problèmes posés par le diagnostic d'appendicite chez la femme enceinte, il est nécessaire de procéder à un premier examen très minutieux. Une mesure obligatoire est la palpation de la paroi abdominale antérieure, ainsi que l'examen de la paroi vaginale et recto-abdominale.

    Pour confirmer le diagnostic des femmes enceintes, prescrire des mesures de laboratoire et des instruments:

    • numération globulaire complète;
    • échographie transabdominale;
    • balayage transvaginal;
    • Étude Doppler du flux sanguin;
    • laparoscopie.

    Cette dernière méthode permet de différencier l’inflammation de l’appendice chez les femmes enceintes atteintes de pathologies telles que coliques néphrétiques, cholécystite, kyste de l’ovaire, pyélonéphrite droite, toxicose et obstruction intestinale.

    Est-ce que l'annexe supprime pendant la grossesse?

    Le retrait de l'appendicite est effectué indépendamment de la présence et de la durée de la grossesse. La pathologie est tellement dangereuse pour la vie de la mère et du bébé qu'il ne fait aucun doute que les doutes sont là. En cas d'intervention chirurgicale tardive, il se produit une perforation des parois du processus, qui conduit inévitablement à une péritonite et à un sepsis.

    Pendant la grossesse, une annexe enflammée est découpée même avec l'atténuation d'une attaque aiguë, car avec un changement du fond hormonal, le développement du processus de destruction augmente plusieurs fois.

    En cas de diagnostic imprécis, l'observation d'une femme ne dure que 3 heures. Si le diagnostic est confirmé ou si cela ne peut être exclu, l'intervention est effectuée.

    Cours d'opération

    Le traitement chirurgical de l'appendicite pendant la grossesse implique une appendicectomie. La technique de l'opération ne diffère pas de celle de la situation standard.

    Dans la première moitié du terme, la dissection produit juste au-dessus de la région de l'iléon droit. L'appendice enflammé est retiré d'une plaie de 6 à 8 cm de long et coupé. Ensuite, l'incision est cousue avec une couture aveugle et le patient est envoyé à la salle commune.

    L'appendicectomie est réalisée sous anesthésie générale ou épidurale, ainsi que sous anesthésie rachidienne.

    Après la 18e semaine de grossesse, la dissection de la région iléale droite est effectuée selon le principe selon lequel plus la période est longue, plus l'incision est haute. Avec des difficultés d’accès au processus, le patient est placé du côté gauche. Dans certains cas, la laparotomie médiale inférieure est pratiquée.

    Toute complication de l'appendicite chez la femme enceinte implique une tactique chirurgicale active. Lorsque le pus se déverse entre 36 et 40 semaines, une césarienne est réalisée avec une appendicectomie supplémentaire et un traitement de la péritonite. En cas d'inflammation gangréneuse ou phlegmoneuse, l'accouchement est réalisé avec l'ablation ultérieure de l'utérus.

    Période postopératoire

    Pendant la période postopératoire, on prescrit aux femmes enceintes une thérapie visant à sauver l'enfant. Avec la menace d'une fausse couche, un repos au lit long est recommandé et Duphaston ou Progesterone est prescrit.

    Le cours normal de la période de récupération implique l’utilisation des comprimés Spazgan, Ginepral (IV) et Veropomila. Pendant 4 à 5 jours, une femme est autorisée à se lever et à se déplacer dans la salle.

    Les conséquences

    Les conséquences de la maladie chez les femmes enceintes sont souvent tragiques. Ainsi, les pertes fœtales dans l'appendicite varient de 5 à 7% avec une inflammation non compliquée à 20 à 25% avec une perforation du processus. Les résultats les plus défavorables sont observés avec le développement de la maladie au troisième trimestre.

    Certes, la mortalité des femmes enceintes due à une appendicite ces dernières années a considérablement diminué, passant de 4% à 1,2%. Dans le même temps, la mortalité au cours du développement de la maladie après 18 à 20 semaines est restée 8 à 10 fois supérieure à celle des stades précoces.

    L'appendicite pendant la grossesse est une condition menaçante pour la mère et le fœtus. Pour éviter de graves complications, seuls un diagnostic opportun et les qualifications élevées d'un médecin connaissant les caractéristiques du corps de la femme pendant la grossesse de l'enfant peuvent être utiles.

    Appendicite pendant la grossesse: symptômes et effets

    La prévalence de l'appendicite aiguë chez les femmes enceintes est de 5% chez les femmes. Le plus souvent, il survient au deuxième trimestre (plus de la moitié des cas), moins souvent au premier et au troisième (20 et 15% respectivement), pendant la période postnatale - jusqu'à 8%.

    Pour l'apparition de la maladie, les signes effacés sont caractéristiques, ce qui complique le diagnostic opportun de la pathologie. L'absence de traitement à long terme et le développement d'un processus purulent constituent une grave menace pour la vie de la mère et du fœtus. Le traitement n'étant pratiqué que chirurgicalement, le risque de complications postopératoires est élevé.

    En raison de l'emplacement atypique de l'appendice du caecum, le tableau clinique familier de l'appendicite change pendant l'accouchement, à partir de la seconde moitié de la grossesse. Même avec la localisation habituelle de l'annexe, les femmes enceintes présentent souvent des symptômes flous de la maladie. Par conséquent, lorsque les symptômes caractéristiques énumérés ci-dessous, vous devez immédiatement consulter un médecin.

    La détermination finale du diagnostic et de la nécessité d’une opération à l’hôpital n’est le plus souvent possible que quelques heures après l’hospitalisation. Plus tôt la maladie est détectée et le traitement effectué, plus le pronostic est favorable pour la mère et l'enfant.

    Au cours des trois premiers mois de la grossesse, les symptômes de l'appendicite ne diffèrent pas de ceux des femmes non enceintes. La seule difficulté est le diagnostic différentiel avec toxicose. Aux deuxième et troisième trimestres, le caecum est déplacé vers le haut et l'arrière et l'utérus le chevauche. En conséquence, le processus en forme de ver ne peut pas être ressenti, la douleur n'est pas si intense et sa localisation change. À mesure que l'utérus augmente, la douleur à la palpation n'est détectée que dans la moitié des cas. Les taux élevés de leucocytes dans le sang chez les femmes enceintes constituent également un phénomène physiologique qui rend difficile la détermination rapide de la maladie.

    Déplacement de l'appendice pendant la grossesse

    Après la 12e semaine de grossesse, les caractéristiques suivantes de sensations douloureuses sont révélées:

    • Apparition soudaine de douleur.
    • Caractère - coupe et permanent.
    • Mouvement progressif dans la région iliaque droite (après 1 à 3 heures).
    • Renforcement en position couchée sur le côté droit et lorsque la jambe droite est pliée vers le ventre.
    • Apparence lorsque vous appuyez sur le bord gauche de l'utérus du côté opposé.
    • Affaiblissement en position couchée sur le côté gauche en raison du fait que l'utérus n'appuie pas sur l'appendice.
    • Renforcement en toussant.

    Un symptôme d'appendicite aiguë chez la femme enceinte est aussi un "symptôme de douleur réfléchie". Pour le déterminer, une femme est allongée sur le dos (dans la première moitié de la grossesse) ou sur le côté gauche (dans la seconde moitié). Si vous appuyez sur la région iléale droite, la douleur se fait sentir dans l’utérus, dans le nombril (au-dessus et au-dessous) et dans la région iliaque gauche, en raison de la transmission réflexe des impulsions nerveuses provenant du caecum enflammé.

    La tension musculaire protectrice dans l'abdomen chez la femme enceinte n'est pas aussi prononcée (surtout à un stade avancé) que ce n'est généralement le cas, car les fibres du muscle abdominal sont fortement étirées. L'apparition de ce symptôme dans 90% des cas indique un cours destructif de l'appendicite et le développement de la péritonite, ce qui entraîne un plus grand danger pour la vie.

    La palpation de l'abdomen est réalisée en décubitus dorsal sur le côté gauche. Cela garantit que l'utérus est déplacé vers la gauche et l'ouverture de l'intestin avec le caecum. Pour distinguer la tension de l'utérus des muscles abdominaux, le médecin masse le bas de l'utérus avec le bout des doigts, provoquant ainsi ses contractions périodiques.

    Il existe également des symptômes classiques de l'appendicite, qui sont observés chez les femmes enceintes et non enceintes:

    • augmentation du rythme cardiaque;
    • élévation de la température jusqu'à 37-38 degrés;
    • grande différence entre la température mesurée rectalement et sous les bras;
    • des nausées;
    • bouche sèche;
    • vomissements.

    Au cours de la première moitié de la grossesse, la douleur peut descendre jusqu'au bas de l'abdomen ou au bas du dos et, plus tard, à l'hypochondre droit. Comme la maladie en fin de grossesse se caractérise par un début de symptômes bas, l’apparition des signes classiques de l’appendicite peut indiquer qu’une femme commence déjà à avoir des complications.

    Un diagnostic correct de l'appendicite est très important, car une intervention chirurgicale injustifiée au début de la grossesse menace de mettre fin à la grossesse et lors du travail tardif prématuré. À cet égard, il est nécessaire de surveiller de près leur propre état pendant la période où ils portent un enfant.

    Les symptômes ci-dessus sont également caractéristiques d'autres maladies: inflammation du bassinet du rein, vésicule biliaire. Par conséquent, des examens instrumentaux supplémentaires sont effectués: échographie de la cavité abdominale et des organes pelviens, laparoscopie. Cette dernière méthode est la plus informative et est utilisée dans les cas où le diagnostic ne peut être établi autrement, aux premier et deuxième trimestres de la grossesse. La laparoscopie vous permet de visualiser l'appendice à n'importe quel endroit et de déterminer le meilleur accès opérationnel.

    L'appendicite aiguë pendant la grossesse est une affection dangereuse qui menace la vie de la mère et du fœtus. Le nombre de décès chez les femmes enceintes est 10 fois supérieur au taux de mortalité des autres catégories de patientes. Ils ont également des complications postopératoires dans les cas où la chirurgie a été réalisée à temps.

    Comme beaucoup de femmes enceintes ressentent une douleur dans l'appendicite aiguë comme une manifestation «normale» de la grossesse, un diagnostic tardif est caractéristique de cette maladie. Environ un quart des patients entrent dans le service de chirurgie seulement 2 jours après le début de la maladie et le niveau d'erreurs de diagnostic atteint 40%. Une appendicite particulièrement dure est diagnostiquée au cours des dernières semaines précédant l'accouchement, le fond de l'utérus atteignant l'hypochondre et recouvrant la plus grande partie de l'abdomen aux fins d'examen. En conséquence, le développement de la péritonite dans les derniers stades chez les femmes enceintes se produit 5 à 6 fois plus souvent. Les complications graves de l'appendicite pendant la grossesse sont également une intoxication grave de la femme et la mort du fœtus. Avec un déroulement simple de la maladie, la mort fœtale survient dans 8 à 10% des cas et, avec un parcours compliqué, elle atteint 50%.

    En période postopératoire, un tiers des patientes ont eu une interruption de grossesse prématurée. Toutes les femmes qui ont subi une chirurgie annexe ont un risque de fausse couche. Le risque d'avortement est le plus élevé dans la première semaine après la chirurgie. Les effets suivants sont également notés dans la période postopératoire:

    • décollement placentaire;
    • infection fœtale;
    • inflammation des membranes internes ou externes.

    Un travail prématuré après une chirurgie peut survenir pour les raisons suivantes:

    • développement d'une infection purulente avec métastases en cas de traitement tardif;
    • reçu un traumatisme psycho-émotionnel, une émotion forte et la peur du patient;
    • augmentation de la pression dans la cavité abdominale;
    • irritation réflexe de l'utérus due à une intervention chirurgicale;
    • dommages à l'utérus pendant la chirurgie.

    Le traitement de l'appendicite aiguë à n'importe quel stade de la grossesse ne s'effectue que par chirurgie. Au premier trimestre, une incision est pratiquée le long d'une ligne oblique dans la fosse iliaque droite, parallèlement au ligament inguinal. L'anesthésie est réalisée sous anesthésie locale. Aux derniers stades de la grossesse, la dissection tissulaire est réalisée à l'endroit où la douleur est la plus intense, en tenant compte des données de l'échographie et de la laparoscopie. Dans ce cas, l'anesthésie générale est utilisée. L'opération est réalisée à l'aide de myorelaxants, substances qui réduisent le tonus des muscles squelettiques, et d'une respiration artificielle assurant une oxygénation adéquate du fœtus.

    En cas d'appendicite destructrice aiguë avec complications (péritonite, formation d'un abcès dans la cavité abdominale, inflammation des veines, sepsis), ainsi que dans les cas où il est nécessaire d'effectuer un accouchement immédiat, pratiquer une incision médiane. Si une femme enceinte présente une péritonite ou une intoxication grave, elle est placée dans l'unité de soins intensifs où un traitement intensif est effectué. Pour une maladie non compliquée, le congé est effectué 7 à 10 jours après la chirurgie, en l'absence de symptômes de menace d'avortement.

    Après la chirurgie, les médicaments suivants sont utilisés pour rétablir l'état pathologique:

    • Sédatifs (bromures de sodium et de potassium).
    • Antalgiques: analgésique opioïde Promedol les 1 à 3 premiers jours, puis drogues non narcotiques.
    • Antispasmodiques (sans spa, sulfate de magnésium, suppositoires rectaux avec papavérine).
    • Pénicilline, antibiotiques céphalosporines.
    • Duphaston, Utrozhestan ou Ginipral avec menace d'avortement.
    • Vitamines.

    L'effet indésirable le plus grave sur le fœtus est causé par la perturbation de son apport sanguin, l'insuffisance d'oxygène pendant l'opération, les effets d'une anesthésie générale et d'une infection intra-utérine du fœtus. Et si la ventilation artificielle des poumons au cours de l'opération permet de résoudre le problème de l'hypoxie, la situation est plus compliquée avec les anesthésiques.

    Presque tous les médicaments utilisés en anesthésiologie pénètrent dans le placenta et ont un effet dépresseur sur le fœtus. Mais l'absence d'anesthésie peut entraîner le début du travail prématuré chez une femme enceinte. Pour un enfant, le facteur de prématurité n'est pas moins négatif (l'immaturité du statut neurologique, le développement de nombreuses pathologies). Par conséquent, l'anesthésie dans tous les cas est effectuée non seulement pour le confort de la femme enceinte, mais également pour réduire le risque d'accouchement prématuré et préserver la santé du nouveau-né. Avec un cours d'appendicite simple, le risque de développer des pathologies chez l'enfant est minime, la plupart des enfants naissent en bonne santé.

    Appendicite pendant la grossesse: symptômes, causes et traitement de la maladie

    L'appendicite est une inflammation du processus du caecum, appelée appendice. Pendant longtemps, l’appendice a été jugé inutile. Maintenant, les scientifiques ont changé d'avis: après tout, cet organe est une «réserve» pour la microflore intestinale, grâce à laquelle il est restauré après des maladies.

    Mais en cas d'inflammation de l'appendice, l'opération consistant à l'enlever est obligatoire, y compris pendant la grossesse, car sans intervention chirurgicale, un processus de rupture et une inflammation de la cavité abdominale se produiraient, entraînant la mort du fœtus.

    Figure 1 - Emplacement de l'appendice dans le corps d'une femme

    Appendicite pendant la grossesse: est-ce possible?

    Le risque d'appendicite pendant la grossesse est plus élevé que dans un état normal. La grossesse est donc un facteur d'apparition d'un processus inflammatoire en annexe.

    Ceci est probablement dû au fait que l'utérus élargi déplace les organes abdominaux, les mettant sous pression. Une telle compression perturbe la circulation sanguine dans le processus, ce qui provoque son gonflement et son inflammation.

    Une autre raison de l'apparition d'appendicite chez les femmes enceintes est le fait qu'une grande quantité de l'hormone progestérone est produite chez les futures mères, ce qui détend les muscles lisses des organes internes, y compris les muscles du tube digestif. En conséquence, la nourriture est retardée et une constipation survient, provoquant le durcissement des selles. En raison de leur lent mouvement dans le gros intestin, ces calculs fécaux peuvent également pénétrer dans l'appendice, contribuant à son blocage et à son inflammation.

    Quel est le danger d'appendicite aiguë pendant la grossesse?

    En période de procréation, une femme doit être attentive aux moindres changements de sa santé. La réticence de la femme enceinte à consulter un médecin lorsqu'il existe des signes possibles d'appendicite entraînera des conséquences horribles.

    Pour un enfant, une telle attitude indifférente se traduit par une privation d'oxygène (hypoxie) et un détachement prématuré du placenta. Le bébé risque la mort à cause de l'irresponsabilité d'une telle mère.

    Une femme elle-même s'expose à un risque de développer une obstruction intestinale, un processus infectieux-inflammatoire du péritoine, une perte de sang importante, un choc septique et d'autres.

    Lorsque le processus est rompu, une césarienne est pratiquée quel que soit l'âge gestationnel; l'utérus et les trompes de Fallope sont prélevés.

    Stades de développement de l'appendicite aiguë

    La première étape de la médecine s'appelle catarrhale. Elle se caractérise par une inflammation de l'appendice, des douleurs à l'abdomen (le plus souvent au nombril), parfois des nausées et des vomissements. Sa durée est de 6 à 12 heures.

    Si, à ce stade, l'opération n'est pas réalisée, d'autres complications apparaissent sous la forme du deuxième stade (phlegmoneux), au cours duquel se produisent la destruction du tissu de l'appendice, l'apparition d'ulcères et l'accumulation de pus. Une douleur constante et douloureuse se déplace du côté droit, la température corporelle peut atteindre 38 ° C *. Pour durer ce stade d'appendicite aiguë environ 12-24 heures.

    Ensuite, la nécrose des parois de l'appendice et sa rupture se produisent - le troisième stade (gangréneux). L'inconfort peut s'apaiser pendant un certain temps, mais la toux provoque une douleur intense à l'abdomen. La durée du troisième stade de l'appendicite est de 24 à 48 heures.

    La dernière étape est une rupture de l'appendice et une inflammation du péritoine (péritonite) due à la pénétration du contenu du processus dans la cavité abdominale. De plus, sans chirurgie, la situation est fatale pour les deux.

    * N'oubliez pas que pendant la grossesse, la température corporelle normale est légèrement supérieure à celle d'une femme non enceinte et peut atteindre 37,4 ° C (pour certaines, jusqu'à 37,6 ° C).

    Nous donnons les statistiques de la mortalité fœtale dans le processus d'inflammation du processus chez la mère.

    Le tableau montre que la progression de la maladie augmente le risque de décès du bébé.

    Par conséquent, il ne sera pas possible d'attendre et de s'allonger, et un traitement avec des remèdes populaires ne sera d'aucune utilité dans cette situation. Au moindre soupçon d'appendicite, vous devriez immédiatement consulter un médecin ou appeler une ambulance. Ignorer les symptômes aura des conséquences désastreuses.

    S'il y a suspicion d'appendicite, il est impossible:

    • mettre un coussin chauffant sur l'estomac - de sorte que seuls les processus inflammatoires soient accélérés, et même réchauffer l'enfant apportera une telle chaleur;
    • prenez des antispasmodiques et des analgésiques - il est difficile à diagnostiquer, et lorsque le médecin sondera, il n’y aura pas de réaction adéquate;
    • manger et boire quelque chose se fait l'estomac vide, sinon le risque de complications au cours de l'opération augmentera.

    Symptômes de l'appendicite pendant la grossesse

    L'appendicite est atypique pendant la grossesse. Les vomissements et les nausées peuvent être absents.

    Le symptôme principal de l'appendicite pendant la grossesse est une douleur du côté droit. L'emplacement de la douleur (voir Figure 2) et son intensité varient selon la période: plus la période de gestation est longue, plus la douleur est vive.

    Aux premiers stades (le premier trimestre), en raison de l'absence de l'abdomen, une douleur est ressentie près du nombril, puis transférée vers la région iliaque droite. Avec la toux et la tension, il devient plus prononcé.

    Au deuxième trimestre, l'utérus élargi déplace l'appendice de haut en bas, de sorte que la douleur est ressentie près du foie (du côté droit quelque part au niveau du nombril).

    Aux dernières étapes de la grossesse, les sensations sont ressenties quelque part derrière l'utérus. En outre, la douleur peut être donnée dans le bas du dos, du côté droit.

    Figure 2 - Emplacement de l'annexe chez la femme enceinte, en fonction de la durée de la grossesse

    Comment déterminer vous-même une appendicite? Les symptômes de l'appendicite pendant la grossesse sont flous en raison des changements naturels dans le corps de la future mère. Mais il existe deux méthodes scientifiques ou signes de la présence d'une appendicite chez une femme enceinte:

    1. Augmentation de la douleur en tournant de gauche à droite (symptôme Taranenko).
    2. Augmentation de la douleur dans la position sur le côté droit en raison de la pression sur l'utérus appendice (un symptôme de Michelson).
    3. Nausées, vomissements, avec indigestion (diarrhée) et douleur sourde et constante du côté droit.

    Si l'appendice est situé près de la vessie, des symptômes de cystite apparaissent: mictions fréquentes, douleur au périnée, extension aux jambes.

    Signes de péritonite (inflammation de la cavité abdominale): température corporelle élevée, pouls rapide, essoufflement, ballonnements.

    Diagnostic et traitement de l'appendicite pendant la grossesse

    Le diagnostic d'appendicite pendant la grossesse est un peu difficile. Habituellement, les rayons X détectent les calculs fécaux coincés à la place du passage de l'appendice dans le caecum. Mais pendant la grossesse, l'exposition aux rayons X est nocive, en particulier au début, car ces rayons violent la division des cellules embryonnaires, ce qui peut entraîner le développement de maladies du système nerveux du foetus ou la naissance d'un enfant gravement malade.

    En ce qui concerne l'échographie, elle est utilisée uniquement pour exclure les maladies des organes génitaux internes de la femme, car la douleur dans l'inflammation de l'utérus et des appendices est souvent confondue avec la douleur dans l'appendicite. Bien, pour diagnostiquer l'appendicite, l'échographie n'est pas informative, car pendant la grossesse, l'utérus enfonce l'appendice profondément dans l'appendice, et l'appendice ne peut pas être visualisé.

    Notez que les symptômes des maladies gynécologiques ne sont pas les nausées, les vomissements et la diarrhée. Ceci est caractéristique de l'appendicite et d'autres maladies gastro-intestinales.

    Lorsque les médecins soupçonnent une appendicite, ils effectuent des analyses de sang et d'urine: tout processus inflammatoire augmente le contenu en lymphocytes de ces substances à des valeurs élevées.

    Eh bien, la principale méthode de diagnostic de l'appendicite est l'examen d'une femme enceinte par un chirurgien qui palpe (sent) l'estomac et interroge la patiente:

    • quelle est la gravité de la douleur (légère, insupportable);
    • si on le sent en marchant, en toussant ou en levant le pied droit dans la position couchée;
    • quelle était la température du corps;
    • y avait-il des nausées, des vomissements, etc.

    En raison de symptômes légers, les femmes en position risquent davantage d'être admises à l'hôpital aux derniers stades de la maladie. Il y a cinq fois plus de femmes enceintes atteintes d'une appendicite gangréneuse que de femmes non enceintes.

    Le traitement de l'appendicite est un seul - appendicectomie (opération pour enlever l'appendice). Coupez l’annexe de l’une des deux manières suivantes:

    • laparotomique - faire une incision de dix centimètres au-dessus du processus;
    • par laparoscopie - faire trois ponctions dans l'abdomen.

    Pendant la grossesse, le deuxième type d’opération est souvent utilisé.
    La laparoscopie est réalisée à l'aide d'un tube muni d'une caméra optique et de deux manipulateurs d'instruments. Cette technique ne laisse pas de traces, ce qui est important pour l'esthétique du corps féminin.

    Opérer le patient sous anesthésie générale, de sorte que la future mère ne soit pas inquiète. Dans les dernières périodes, une césarienne d'urgence peut être réalisée.

    Après l'opération, un gynécologue examine régulièrement la femme enceinte. Repos au lit prescrit. Vous ne pouvez vous lever que le jour 4-5.

    Après la chirurgie, vous devez suivre un régime établi par un médecin. Les deux premiers jours, vous pouvez moudre de la bouillie, de la purée de pomme de terre, du bouillon de poulet et des produits laitiers. Après cela, les soupes, les omelettes sans huile et les côtelettes à la vapeur sont progressivement introduits dans le régime, mais les fruits frais ne sont inclus que le quatrième jour. Au bout de trois mois, on autorise les sucreries, les aliments frits, si on le souhaite, les boissons contenant des gaz.

    Le septième jour, les sutures sont retirées sans douleur (avec laparotomie). Les femmes enceintes ne mettent pas de glace sur le ventre, les bouillottes et autres biens.

    Le personnel médical assure la prévention des complications et des troubles de la motilité du tube digestif, en prescrivant:

    • les tocolytiques - médicaments qui détendent les muscles de l'utérus et empêchent le travail prématuré;
    • vitamines renforçant l'immunité (tocophérol, acide ascorbique) nécessaires à la protection du fœtus;
    • antibiothérapie (durée 5-7 jours);
    • les sédatifs;
    • physiothérapie.

    Après la sortie, les femmes sont incluses dans le groupe à risque de fausse couche et de prématurité. Prévention de l'insuffisance placentaire.

    Si l'accouchement a lieu peu de temps après le retrait de l'annexe, les médecins procéderont à une anesthésie complète et appliqueront un bandage sur les points de suture, en faisant tout avec soin et prudence.

    N'oubliez pas que si vous demandez de l'aide médicale rapidement, vous pouvez éviter les conséquences pour la mère et l'enfant.