Arythmie en début de grossesse

La gestation du fœtus affecte de manière significative le corps d'une femme, c'est à cette époque que tous les organes sont soumis à une charge maximale. Presque toutes les femmes enceintes sont atteintes d'un trouble du rythme cardiaque, ce qui ne signifie pas nécessairement une maladie grave.

L'arythmie n'est associée à des maladies du système cardiovasculaire que chez 20% des femmes. Dans 4% des cas, il s'agit d'une pathologie grave. Les autres femmes subissent une réorganisation physiologique qui affecte le plus les organes importants.

Il est important pour une femme d'écouter son corps et de consulter un médecin dès l'apparition des premiers signes d'une violation. Les conséquences de l'arythmie peuvent affecter tristement la santé du bébé et de la future mère.

  • Toutes les informations sur le site sont à titre informatif seulement et ne constitue pas un manuel pour l'action!
  • Seul un médecin peut vous donner un diagnostic exact!
  • Nous vous exhortons à ne pas vous auto-guérir, mais à vous inscrire auprès d'un spécialiste!
  • Santé à vous et à votre famille!

Le diagnostic et le traitement opportun aideront une femme enceinte à prévenir:

  • la menace de fausse couche à tout moment;
  • l'émergence d'une toxicose au deuxième trimestre;
  • manque d'oxygène chez le fœtus, ce qui entraîne une pollution du liquide amniotique et de la césarienne;
  • violation de la structure musculaire de l'utérus, qui aura une faible fonction contractile pendant le travail;
  • hémorragie postpartum.

Raisons

Une femme enceinte chez laquelle on a précédemment diagnostiqué une malformation cardiaque, même si elle a subi un traitement chirurgical, fera partie des personnes qui présentent une arythmie.

Les femmes à qui on a diagnostiqué une pathologie congénitale du système conducteur d'un organe important lorsque le système nerveux autonome est surchargé et que le ton de la section sympathique est considérablement augmenté sont également à risque.

Le plus souvent, chez les femmes sans pathologies spécifiques, une arythmie peut survenir en raison de:

  • troubles du tractus gastro-intestinal, des systèmes nerveux et endocrinien;
  • maladies des voies respiratoires supérieures et inférieures;
  • problèmes de métabolisme;
  • surcharge physique et émotionnelle;
  • régime alimentaire malsain, lorsqu'il y a beaucoup d'aliments gras, frits et riches en calories;
  • l'utilisation de grandes quantités de liquide qui s'accumulent dans le corps et entraînent une surcharge du cœur;
  • mauvaises habitudes qu'elle n'a pas laissées pendant la période de gestation;
  • toxicose sévère;
  • anémie, qui peut être accompagnée d'une grossesse.

Des formulaires

Si une arythmie dans les premiers stades de la grossesse s'est manifestée chez une femme, une visite chez le médecin aidera à poser un diagnostic précis, afin d'identifier la forme de la pathologie pour laquelle des médicaments spéciaux seront prescrits.

En règle générale, un cardiologue chez la femme enceinte découvre:

  • La condition se manifeste parfois par des sensations douloureuses dans la poitrine, de sorte que la femme elle-même fait l'expérience d'une défaillance des contractions cardiaques.
  • La maladie survient généralement avec des symptômes bénins qui ne créent pas de problèmes de santé particuliers.
  • La plupart des femmes n'attachent pas d'importance à ces manifestations, mais lors de l'accouchement, elles peuvent être confrontées à des complications.
  • La forme de la maladie est considérée comme très dangereuse.
  • Cela entraîne une privation d'oxygène chez le bébé en raison de troubles circulatoires.
  • Le problème peut provoquer une fausse couche, une naissance prématurée de l'enfant, un accouchement difficile, lorsqu'il est nécessaire d'effectuer une césarienne.
  • Forme sévère peut entraîner une décoloration fœtale.
  • Avec une arythmie primaire, la maladie se développe indépendamment, sans affecter les muscles de l'organe.
  • Le stade secondaire se développe dans le contexte des maladies cardiaques, associées à la pathologie organique de l'organe.
  • Pour une femme enceinte, le problème est considéré comme le plus dangereux, elle parle d'une pathologie grave du système cardiovasculaire.
  • La forme est caractérisée par un rythme rapide ou lent de contractions musculaires dans le myocarde, qui peuvent changer constamment.
  • Au cours d'une attaque, la femme ressent un rythme cardiaque irrégulier et peut également ressentir un essoufflement, des évanouissements, un assombrissement des yeux.

Découvrez ici le besoin d'ablation par radiofréquence du cœur dans la fibrillation auriculaire.

Les symptômes

Les signes courants d'arythmie chez une femme sont des manifestations qu'elle peut ressentir à tout âge gestationnel:

  • augmentation de l'activité du coeur;
  • le coeur bat dans le côté gauche du sternum;
  • vertige avec frapper dans la région temporale;
  • crises soudaines d'essoufflement, qui se manifestent dans un état calme ou actif;
  • fatigue constante pouvant être associée à un manque d'oxygène;
  • évanouissement avec assombrissement des yeux et des palpitations;
  • pouls rapide avec un rythme régulier, quand ses gouttes ne sont pas observées.

Traitement de l'arythmie pendant la grossesse

Pour commencer, le médecin détermine la cause à laquelle les troubles cardiaques sont associés. L'élimination des facteurs physiologiques et des mauvaises habitudes donne généralement des résultats positifs lorsqu'il n'est pas nécessaire d'intervenir dans le corps d'une femme enceinte médicamenteuse, étant donné qu'à la fin de la période, les signes d'un trouble du rythme cardiaque disparaîtront d'eux-mêmes.

Seul un médecin peut prescrire un traitement avec des médicaments arythmiques, en tenant compte du degré de toxicité et des complications qu'ils peuvent entraîner.

En outre, le médecin tiendra compte de la particularité du corps de la femme au cours de cette période, lorsque tous les médicaments en sont dérivés beaucoup plus rapidement. Les symptômes d'arythmie aiguë qui menacent la santé peuvent être traités pour toutes les périodes.

Le médecin recommande d’améliorer la qualité du sommeil, de réduire le stress, de bien se nourrir et de respecter les règles d’un mode de vie sain. Si nécessaire, médicaments prescrits.

  • Une cardiopathie rhumatismale ou congénitale, une toxicose, qui se manifestent avant la grossesse, peuvent parfois provoquer des arythmies, mais se manifestent parfois dans les premiers stades.
  • Une arythmie en fin de grossesse est susceptible de conduire à une hypoxie fœtale, avec des conséquences négatives pour la poursuite de la grossesse et de l'accouchement.
  • Une femme peut ne pas ressentir les symptômes de troubles cardiaques, de flutter auriculaire, de fibrillation ventriculaire. La pathologie est le plus souvent déterminée lors de l'écoute. Un traitement tardif peut entraîner une insuffisance cardiaque, une thromboembolie et le décès de la mère et de l’enfant.
  • Ceci est particulièrement dangereux pour une femme chez qui on a diagnostiqué une sténose mitrale. À la naissance, une femme sur cinq et un enfant sur deux meurent. Très souvent, lorsqu’elle diagnostique une fibrillation auriculaire persistante, on demande à la femme d’interrompre sa grossesse à un stade précoce.
  • Si une femme décide de donner naissance à un enfant, l'accouchement sera effectué par césarienne. L'accouchement naturel peut être résolu par un médecin uniquement sous anesthésie soignée et dans un hôpital spécialisé avec la présence d'un cardiologue.
  • Pour lisser les processus de fibrillation auriculaire pendant la grossesse, une femme utilise des glycosides, qui éliminent les insuffisances de tachysystole et de circulation sanguine. Tout d'abord, le médicament est prescrit à fortes doses, puis un traitement d'entretien est effectué.

Le traitement peut être effectué avec des médicaments:

  • le vérapamil;
  • le propranol;
  • la digoxine;
  • novocainamide;
  • panangin;
  • isoptinum.

Les agents antiplaquettaires et les anticoagulants préviennent le risque de thromboembolie. Avec la disponibilité de la physiothérapie, il peut être traité avec une défibrillation électrique.

  • battement de coeur soudain;
  • contractions musculaires du myocarde jusqu'à 200 battements;
  • douleur thoracique, de nature sténocardique;
  • faiblesse et vertiges;
  • parfois réflexe nauséeux.

Si, pendant l'attaque, il y a une baisse de pression, l'essoufflement est nécessaire pour appeler une ambulance et emmener la femme à l'hôpital. Souvent, on prescrit des médicaments antiarythmiques continus aux femmes enceintes qui ne tolèrent pas les accès de paroxysme sans manifestations réflexes.

De rares cas d'arythmie chronique entraînent l'intervention d'une femme enceinte qui ne peut être effectuée qu'au deuxième trimestre.

En l'absence de pathologie de la maladie cardiaque, l'arythmie n'affecte pas le déroulement de la grossesse, mais des attaques fréquentes conduisent au fait que l'utérus commence à se contracter et à donner naissance à une naissance prématurée.

Dans ce cas, il est nécessaire de prendre un traitement médicamenteux, souvent suffisant pour appliquer des mesures préventives. Pour ce faire, utilisez:

  • les sédatifs;
  • exercices de respiration;
  • montgolfière;
  • léger effet sur les globes oculaires;
  • masser les artères carotides pendant quelques secondes.

En outre, des médicaments et des glycosides cardiaques peuvent être prescrits.

  • L'arythmie est le trouble le plus courant du 3ème trimestre, caractérisé par la peur, l'anxiété, la douleur au sternum lors d'interruptions du travail du cœur.
  • Les médicaments ne sont pas destinés à la forme d'arythmie, l'accouchement peut se faire naturellement.
  • Les médicaments seront prescrits à la femme en cas de tachycardie ventriculaire après examen.
  • Le plus souvent, après l'accouchement, la fréquence cardiaque est restaurée.
  • Si le développement de la maladie est associé à une maladie cardiaque, il peut entraîner des accidents vasculaires cérébraux, de la fibrillation auriculaire et une insuffisance cardiaque.
  • À cette fin, le développement de la pathologie est diagnostiqué et une thérapie est prescrite pour éliminer les troubles cardiaques organiques. Sinon, les antiarythmiques ne sont pas nécessaires.

Les accès fréquents peuvent être éliminés avec:

  • les sédatifs;
  • chlorure de potassium;
  • Panangina;
  • anaprilina;
  • le vérapamil;
  • la procaïnamide;
  • la lidocaïne;
  • Difenina.
  • Le problème est assez rare, s'il n'y a pas de maladie cardiaque ou autre pathologie.
  • Le développement du syndrome est accompagné de différents types d'arythmie.
  • Il agit également contre la tachycardie paroxystique.
  • Le plus souvent, les symptômes sont absents, le syndrome est détecté par des méthodes de recherche sur le matériel et ne constitue pas une menace pour la santé.

À propos des méthodes de traitement de l'arythmie à domicile à la maison, lisez notre autre publication.

Assurez-vous de vérifier l'arythmie sur l'ECG.

Arythmies chez les femmes enceintes

L'arythmie est l'un des syndromes les plus courants en cardiologie. Elle se caractérise par une production et une conduction altérées de l'impulsion cardiaque, se traduisant par une modification de la fréquence, de la régularité et de l'intensité des contractions cardiaques. En raison de la plus grande labilité psycho-émotionnelle, ainsi que de l'effet des hormones sexuelles sur les processus de repolarisation du myocarde, les femmes sont plus sensibles à ces troubles.

Pendant la grossesse, le nombre de facteurs arythmogènes augmente:

  • la force des contractions cardiaques augmente, ce qui signifie que la tension myocardique augmente (facteur arythmogène indépendant);
  • le nombre de catécholamines augmente;
  • La quantité d'œstrogènes et d'hormones placentaires augmente.

Tout ceci conduit au fait que même avec une grossesse normale (gestation), différents types d'irrégularités du rythme cardiaque sont possibles. En cas de pathologie cardiaque (cardio-dystrophie, hypertension, cardiopathie) ou de maladies chroniques (pathologie endocrinologique, rénale, pulmonaire), le risque d'arythmie augmente.

Le contenu

  • Arythmies chez les femmes enceintes
  • Quel est le rythme sinusal chez les femmes enceintes
  • Variabilité du rythme cardiaque chez les femmes enceintes
  • Arythmies précoces
  • Arythmies tardives
  • Arythmie sinusale pendant la grossesse - qu'est-ce que cela signifie?
  • Fibrillation auriculaire pendant la gestation
  • Extrasystole chez la femme enceinte
  • Tachycardies paroxystiques chez les femmes enceintes
  • Syndrome WPW (Wolf-Parkinson-White) chez la femme enceinte
  • Recommandations pour l'accouchement chez les patients souffrant d'arythmie cardiaque

Quel est le rythme sinusal chez les femmes enceintes

Le cœur est l’organe principal du système circulatoire qui fonctionne en permanence. Le cœur travaille par son propre stimulateur cardiaque. Les impulsions conduisant à une contraction du cœur sont produites par des cellules spéciales de l'oreillette droite, situées dans sa partie supérieure, appelées nœud sinusien (nœud Flack-Keith). Des groupes de cellules similaires existent dans d'autres parties du cœur, mais la contraction normale du cœur n'est assurée que par l'action des impulsions du nœud de Flac-Keith.

Les principales caractéristiques du rythme sinusal sont les suivantes:

  • fréquence des battements par minute - allant de 60 à 90;
  • la régularité - chaque impulsion suit une période de temps égale;
  • séquence - à chaque impulsion, l'excitation passe séquentiellement des oreillettes aux ventricules;
  • capacité de changement en fonction des conditions physiologiques (sommeil, éveil, stress).

Le rythme sinusal est un rythme cardiaque qui se produit sous l'action d'impulsions du nœud Flac-Keith. Ce rythme est caractéristique de toutes les personnes en bonne santé, y compris les femmes enceintes.

Variabilité du rythme cardiaque chez les femmes enceintes

La variabilité est la gamme de changements dans l'environnement et dans le corps dans lesquels une personne peut exister sans risque pour l'homéostasie. La variabilité caractérise la capacité de réserve de l'organisme.

Le système cardiovasculaire repose sur le principe de subordination selon lequel les divisions inférieures de la régulation fonctionnent de manière autonome et les divisions supérieures ne sont connectées que dans le cas où les divisions inférieures ne peuvent remplir leurs fonctions. Le cœur travaille de manière autonome, mais dans des conditions environnementales changeantes (stress, stress, maladie), il est influencé par des facteurs nerveux et humoraux, adaptant ainsi son travail aux nouvelles conditions.

La plus grande influence sur le travail du coeur a l'ANS (système nerveux autonome). La division sympathique, se manifestant par l'action sur les récepteurs bêta-adrénergiques, accélère le rythme cardiaque, la division parasympathique ralentit le fonctionnement du cœur par le biais des récepteurs cholinergiques.

L'acte de respiration, étant un processus physiologique complexe, est également régulé par l'ANS. Lorsque vous inspirez, l'innervation vagale est inhibée - le pouls s'accélère, lorsque vous expirez, le vague est irrité - la fréquence cardiaque ralentit.

En analysant la variabilité de la fréquence cardiaque, nous pouvons dire à quel point le corps peut faire face à tous les facteurs changeants. La grossesse, bien qu’il s’agisse d’un état physiologique, impose des exigences accrues au corps. La variabilité de la fréquence cardiaque montre comment le corps répond à ces exigences.

Arythmies en début de grossesse

Le corps de la femme est soumis à la plus grande charge physiologique aux premiers stades de la gestation. Cela est dû à la restructuration hormonale et fonctionnelle de tout l'organisme. Presque toutes les femmes sont confrontées à des types fonctionnels d’arythmie, causés par:

  • réduire la résistance globale au stress du corps;
  • augmentation du tonus du système nerveux sympathique;
  • troubles du métabolisme électrolytique dus à une toxicose précoce.

Ces arythmies ne font pas de mal au corps de la mère ni au fœtus en développement. Pour réduire la gravité de ces symptômes, il est recommandé aux femmes:

  • être plus à l'extérieur;
  • manger correctement et en temps opportun;
  • éliminer l'influence de facteurs nocifs tels que le tabagisme (même passif) et l'alcool.

Cependant, une situation est possible lorsque la charge accrue sur le corps se manifeste par des maladies précédemment cachées (cachées), notamment des maladies de la sphère cardiaque (cardiopathie, dystrophie du myocarde). Dans ces cas, l'apparition de tels types d'arythmie grave est possible:

  • faiblesse du nœud sinusal;
  • tachycardies ventriculaires;
  • violation des processus à différents niveaux.

Ces types d’arythmie qui menacent la vie de la mère ne peuvent affecter le processus de formation du fœtus et le développement de diverses pathologies à l’avenir. Dans les cas où des arythmies menacent la vie d'une femme enceinte, la question se pose de l'interruption de la grossesse. Mais le plus souvent, une femme est placée dans un hôpital et reçoit un traitement antiarythmique choisi individuellement.

Arythmies en fin de grossesse

Aux dernières étapes de la grossesse, une femme ressent non seulement un effort fonctionnel, mais également physique:

  • augmentation du poids corporel due au poids croissant du fœtus et du placenta;
  • hypervolémie fonctionnelle (augmentation du volume sanguin);
  • métabolisme accéléré;
  • activité hormonale du placenta;
  • le bas de l'utérus élargi exerce une pression sur le cœur et les gros vaisseaux.

Tous ces facteurs arythmogènes et conduisent au fait que presque toutes les femmes en fin de grossesse connaissent des accès de tachycardie sinusale.

Pour la mère et le fœtus, une fréquence cardiaque inférieure à 110 battements par minute n'est pas dangereuse. En cas de troubles graves du rythme, le patient est placé à l'hôpital. À ce stade de la grossesse, lorsque les principaux systèmes et organes du fœtus sont déjà formés, les médecins peuvent utiliser un plus grand arsenal de médicaments et de méthodes anti-arythmiques. La principale chose à laquelle ils doivent faire face est le risque de thromboembolie et d'ischémie fœtale, pour éviter le déclenchement immédiat de la crise, suivi d'un traitement anticoagulant.

Arythmie sinusale et ses types chez les femmes enceintes

L'arythmie sinusale est le type d'arythmie le plus caractéristique chez la femme enceinte. Cela se produit lorsque la régularité de la génération d'impulsions change dans le nœud sinusal:

  • avec une augmentation des impulsions sortantes en provenance du nœud sinusal, une tachycardie sinusale se produit;
  • à leur diminution - bradycardie sinusale;
  • si les impulsions sont générées de manière inégale, elles parlent d'arythmie sinusale.

Le plus souvent, il est associé à l'action du SNA et est de nature fonctionnelle.

En cas de tachycardie sinusale, le patient se plaint de palpitations, d’anxiété, d’un manque de sommeil, parfois d’une augmentation de la pression artérielle.

Lorsque la bradycardie sinusale marquait une faiblesse, une faiblesse et des vertiges, des frissons, des larmoiements, une diminution de la pression artérielle.

Traitement antiarythmique, ces conditions ne nécessitent pas. Les femmes reçoivent des recommandations générales, des sédatifs légers, elles recommandent un entraînement autogène, elles expliquent très bien la sécurité de ces arythmies, à la fois pour la femme enceinte et pour son enfant à naître.

Si l'arythmie sinusale est provoquée par une pathologie cardiaque ou survient à l'origine d'une insuffisance cardiaque, dans ce cas, de petites doses de préparations de la digitaline, des antagonistes des récepteurs adrénergiques (β-bloquants), du potassium sont également prescrites.

Fibrillation auriculaire pendant la grossesse

La fibrillation auriculaire se produit sous l'action d'un grand nombre d'impulsions nerveuses qui provoquent la contraction aveugle de groupes musculaires individuels, ce qui rend impossible la réduction constante des oreillettes.

La présence de fibrillation auriculaire chez les femmes enceintes indique une maladie cardiaque grave, les complications les plus importantes, à savoir des violations de l'hémodynamique et de la thromboembolie, dangereuse pour la mère et le fœtus.

Si la fibrillation auriculaire existait avant la grossesse et si elle était chronique, elle pourrait ne pas être ressentie subjectivement. Dans le cas du premier paroxysme, les patients se plaignent de:

  • battement de coeur;
  • rythme cardiaque irrégulier;
  • essoufflement;
  • sens de la peur.

Le premier paroxysme passe généralement indépendamment. Si cela ne se produit pas, une électrocardioversion ou une ablation par cathéter est réalisée, après avoir préalablement protégé le fœtus avec un tablier en plomb. Le contrôle de la fréquence des contractions ventriculaires, en cas de risque de complications hémodynamiques, est effectué à l'aide de préparations digitaliques ou de médicaments adrénergiques à petites doses.

Le traitement anticoagulant est une question très difficile. Dans ces cas, utilisez des médicaments qui ne pénètrent pas à travers le placenta (héparine). Effectuer une grossesse et un accouchement avec une fibrillation auriculaire est une tâche difficile. Il est donc plus sûr d'effectuer l'ablation (procédure de récupération du rythme) au stade de la planification de la grossesse.

Extrasystole chez la femme enceinte

Pendant la grossesse, sous l'action de diverses causes (hormones, troubles électrolytiques, augmentation de l'activité sympathique), des foyers se forment dans le cœur, capables de générer des impulsions électriques, ce qui provoque des contractions supplémentaires du muscle cardiaque, ce qui frappe le rythme - extrasystole.

Habituellement, les extrasystoles auriculaire et nodale sont fonctionnelles et les extrasystoles ventriculaires peuvent être le résultat de la pathologie d'un organe. Bien que la transition des battements prématurés ventriculaires aux rythmes ventriculaires soit une question discutable, la présence d’un grand nombre d’extrasystoles, de groupe et de polytopique, crée une instabilité électrique du myocarde.

Les plaintes avec extrasystole peuvent être très différentes. Parfois, les patients se plaignent: d'interruptions brutales des contractions cardiaques, accompagnées d'un sentiment de peur, d'un manque d'air, de sensations douloureuses désagréables dans la région péricardique. Dans d'autres cas, des plaintes peuvent être manquantes.

Extrasystole ne nécessite généralement pas de traitement antiarythmique. Si une femme ne tolère pas subjectivement les extrasystoles, prescrire un traitement sédatif et de faibles doses de bêta-bloquants. En cas d’extrasystoles ventriculaires groupées et polytopiques, on recommande la lidocaïne ou le novocaïnamide.

Tachycardies paroxystiques chez les femmes enceintes

Les tachycardies paroxystiques sont un groupe d’arythmies caractérisées par des épisodes d’apparition soudaine. Dans le même temps, la fréquence cardiaque est élevée - jusqu'à 200 battements par minute. La durée des attaques peut être différente.

Selon le mécanisme de développement, les tachycardies paroxystiques sont semblables aux extrasystoles et sont toujours précédées par elles. La base de la tachycardie paroxystique est la circulation de l'excitation puisée, parfois la cause de la tachycardie paroxystique devient un foyer supplémentaire d'excitation.

La tachycardie paroxystique survient souvent après 22 semaines de grossesse, elle peut survenir à la fois en cas de maladie cardiaque et en son absence.

Les paroxysmes de traitement à court terme ne nécessitent ni ne menacent ni le fœtus ni la mère.

Une crise prolongée peut causer une altération de l'hémodynamique.

C'est une maladie grave qui se manifeste par:

  • une diminution de la fraction d'éjection inférieure à 40% et des signes d'insuffisance circulatoire;
  • diminution de la circulation sanguine dans le cœur et signes d'ischémie;
  • diminution de la circulation sanguine du cerveau et divers symptômes neurologiques;
  • divers troubles autonomes;
  • développement possible d'arythmies sévères.

La cessation d'une crise peut survenir spontanément avec une diminution de l'effort physique et un traitement sédatif léger.

Le soulagement de l'attaque commence par des échantillons vagaux (pression sur les globes oculaires, effort, induction de vomissements).

Si ces techniques n'ont pas aidé, injecté par voie intraveineuse:

Si cela n'a pas donné de résultats, une stimulation transœsophagienne est effectuée.

Avec une hémodynamique instable, une cardioversion électrique est immédiatement effectuée.

L'apparition des formes les plus dangereuses de tachycardie paroxystique - la tachycardie ventriculaire paroxystique - pendant la grossesse n'est pas typique. Il existe des crises courtes (jusqu’à 30 secondes) sans altération de l’hémodynamique et des atteintes plus longues avec altération de la circulation sanguine et arythmies ventriculaires graves. Cette condition nécessite une défibrillation immédiate et une réanimation cardio-respiratoire.

Syndrome WPW (Wolf-Parkinson-White) chez la femme enceinte

Le syndrome de WPW se caractérise par la présence d'un faisceau de Kent, un canal supplémentaire pour la conduite des impulsions électriques. En soi, ce syndrome ne donne pas de clinique, mais il prédispose au développement d'arythmies de toutes sortes, la plus dangereuse étant la fibrillation auriculaire. Avec ce syndrome, il devient souvent la cause de la fibrillation ventriculaire. Par conséquent, toutes les femmes enceintes atteintes de ce syndrome sont observées par un cardiologue.

Recommandations pour l'accouchement chez les patients souffrant d'arythmie cardiaque

Lorsque l'arythmie fonctionnelle survenue pendant la grossesse, l'accouchement se déroule de la manière habituelle. Après la naissance, toutes les arythmies fonctionnelles disparaissent.

Les naissances chez les femmes enceintes atteintes de pathologies cardiaques peuvent être fatales. Par conséquent, il est important de planifier ces livraisons à l'avance.

La césarienne ne réduit pas le risque de décès. Les indications pour une telle livraison sont clairement spécifiées.

Césarienne montrée:

  • avec endocardite infectieuse;
  • avec des malformations cardiaques avec une insuffisance cardiaque gauche;
  • avec pathologie cardiaque et cardiaque combinée.

Une contre-indication absolue à la césarienne est une pression élevée dans la circulation pulmonaire.

Tout le reste montre un accouchement naturel. Les naissances chez les femmes atteintes de pathologie cardiaque sont effectuées par une équipe élargie de médecins.

Ces genres sont réalisés sous le contrôle d'un moniteur cardiaque.

L'accouchement chez les femmes souffrant de maladie cardiaque se fait mieux en position assise ou couchée sur un côté, réduisant ainsi le retour veineux au cœur. Les naissances doivent être aussi simples que possible, l’anesthésiologiste choisit la méthode et la méthode de soulagement de la douleur. Afin de maximiser le raccourcissement de la période de travail, appliquez divers stimulants.

Au cours du premier stade du travail, lors des contractions, la charge sur le cœur augmente de façon spectaculaire, ce qui permet la survenue d'une insuffisance cardiaque aiguë, qui se manifeste le plus souvent par un œdème pulmonaire. Dans ces cas, l'activité générique est suspendue jusqu'à la fin de la réanimation.

Au moment de l'éruption de la tête injecté des drogues pour la prévention des saignements hypotoniques.

Le plus dangereux pour une femme est la fin du deuxième stade du travail et le tout début du post-partum: la pression dans la cavité abdominale baisse brusquement, ce qui s'accompagne d'une hypotension (baisse de la pression artérielle). Un tel état peut entraîner le développement d'un choc cardiogénique. C'est pourquoi, après l'apparition d'un nouveau-né, un traitement antishock complexe est immédiatement effectué.

La troisième période post-partum est réalisée avec la plus grande prudence afin de ne pas provoquer de chute de pression réflexe ni d’apparition d’arythmies dangereuses.

Les changements hormonaux et hémodynamiques au cours de la grossesse entraînent souvent l'apparition d'arythmies. La plupart d'entre eux ne sont pas dangereux. Mais il existe un groupe d’arythmies dont l’apparence peut menacer la vie de la mère et du fœtus. Par conséquent, de nouveaux médicaments antiarythmiques, des méthodes d'arrêt de l'arythmie, de nouvelles méthodes de gestion et l'anesthésie de l'accouchement sont en cours de développement et d'introduction.