Traitement de la rhinite pendant l'allaitement: gouttes, sprays, inhalations

Comment traiter la mère qui allaite au nez qui coule? Quelles gouttes et quels spray dois-je utiliser? Que faire pour lutter efficacement contre le rhume? Puis-je avoir recours aux moyens de la médecine traditionnelle et lesquels seront utiles? Caractéristiques du traitement de la rhinite pendant l'allaitement.

L'apparition d'une rhinite est le premier symptôme du développement d'une maladie respiratoire aiguë. La rhinite peut être accompagnée de fièvre, malaise général, mal de gorge, toux.

Avec un rhume simple, vous pouvez faire face à ses symptômes à la maison sans demander l’aide d’un médecin. Il est obligatoire de consulter un médecin généraliste si la température pendant l'allaitement est maintenue pendant plus de deux jours ou si le traitement local de la rhinite ne donne pas de résultats supérieurs à cinq jours.

Caractéristiques du symptôme

Les maladies respiratoires aiguës sont causées par divers types de virus. Chacun d'eux "préfère" sa localisation. Les rhinovirus provoquent des rhinovirus qui se déposent sur la membrane muqueuse des sinus maxillaires. Cela stimule le gonflement de la membrane muqueuse, provoque des sécrétions.

Rhinite - une réaction protectrice du corps. La muqueuse nasale a des propriétés antiseptiques, lie les allergènes, élimine les germes et la poussière des sinus. Les gouttes nasales pendant l'allaitement ne visent pas à éliminer la rhinite. Ils réduisent les poches, réduisent la quantité de mucus sécrétée. Cependant, l'élimination complète du rhume n'est possible qu'après une récupération générale du corps.

Un nez qui coule de nature infectieuse ou une rhinite aiguë passe par plusieurs étapes.

  • Décharge de liquide abondante. Ils disent que la membrane muqueuse est affectée. La première phase est accompagnée d'éternuements périodiques ou fréquents, de rougeurs des yeux et de larmoiements.
  • Épais écoulement muqueux. Accompagner l'évolution des infections respiratoires aiguës à partir du troisième jour de la maladie. Le mucus s'épaissit et devient blanc avec une nuance jaune beige. Ceci suggère la localisation des forces de protection immunitaire dans la région de la muqueuse nasale.

Tactiques de traitement de la rhinite

La question de savoir comment traiter un nez qui coule pendant l'allaitement ne peut être considérée indépendamment. Utilisé thérapie complexe pour le traitement de la maladie respiratoire aiguë.

  • Repos au lit Permet au corps de transférer plus facilement la maladie, raccourcit la période de la maladie. Observez-le pendant au moins deux ou trois jours pour éviter les complications.
  • Buvez beaucoup d'eau. Buvez du thé chaud, de la compote et de l’eau non gazeuse. L'abondance de liquide dans le corps élimine les toxines - produits de l'activité vitale des virus, ce qui normalise l'état général.
  • Air frais et humide. Ventilez souvent la pièce, surtout si vous y êtes constamment avec le bébé. Surveillez l'humidité afin que les muqueuses du nez ne se dessèchent pas. Une faible humidité inférieure à 60% nuit aux membranes muqueuses, car elle réduit la sécrétion de mucus et ne permet pas au système immunitaire de combattre totalement l'infection. Pendant la saison de chauffage, utilisez un humidificateur individuel. La température dans la pièce ne doit pas dépasser 22 degrés.
  • Température réduite. Le traitement par le froid pour l'allaitement est rarement dispensé avec l'utilisation d'antipyrétiques. Cependant, ils ne devraient pas être maltraités. Si vous tolérez normalement une augmentation de la température corporelle à 38,5o, ne l'abaissez pas, car c'est à ce moment-là que l'organisme tue les virus et produit des anticorps contre la maladie. L'utilisation non fondée d'antipyrétique augmente la durée de la maladie. Réduire la température à partir de 38,5 ° C en utilisant des préparations sans danger à base de paracétamol et d’ibuprofène. Ils ont un effet analgésique supplémentaire (réduction des maux de tête, autres manifestations du rhume "fièvre"). L'ibuprofène a des effets anti-inflammatoires.

Traitement médicamenteux

Le traitement de la rhinite au cours de l'allaitement est effectué de manière symptomatique. C’est-à-dire qu’appliquer ces moyens ou d’autres est nécessaire pour le bien-être. En cas de congestion nasale, utilisez des agents vasoconstricteurs. Si respirer n'est pas difficile, ils ne sont pas nécessaires.

«L’évolution des infections respiratoires aiguës est généralement courte et modérée», déclare Svetlana Babylonskaya, gynécologue, spécialiste du département de pharmacologie clinique de l’Université médicale de Moscou. "En cas de rhume, des gouttes d'un effet hydratant anti-microbien et vasoconstricteur peuvent être utiles."

Médicaments vasoconstricteurs

«Naphthyzine» (substance active naphazoline), «Galazolin», «Tizin» (substance active xylométazoline), «Nazivin» (substance active oxymétazoline) sont approuvés pour utilisation en Russie pendant la période d'allaitement.

Les gouttes de vasoconstricteur dans le nez pendant l'allaitement réduisent l'intensité de l'œdème, procurent une respiration nasale libre, ce qui normalise le sommeil et améliore le bien-être.

Cependant, dans la pratique internationale, tous ces médicaments ne sont pas approuvés pour une utilisation chez les femmes qui allaitent. Donc, "Naphthyzinum" lors de l'allaitement est reconnu comme un moyen du deuxième niveau de danger pendant l'allaitement. Selon le répertoire international des médicaments, E-LACTANCIA, Naphthyzinum et d’autres médicaments à base de naphazoline n’ont pas été étudiés en ce qui concerne les effets sur l’allaitement. En même temps, il a été prouvé qu’avec un faible niveau de sécrétion dans le lait maternel, le médicament pouvait provoquer des effets indésirables chez l’enfant: tonus vasculaire, irritabilité, arythmie cardiaque. L'utilisation prolongée de ces médicaments par la mère réduit la production de lait.

Des médicaments vasoconstricteurs locaux plus sûrs basés sur les ingrédients actifs suivants.

  • Oxymétazoline ("Nazivin", "Nazol", "Knoxray)". Selon le répertoire E-LACTANCIA, est le premier niveau de danger pour une mère qui allaite. Le risque d'effets indésirables est faible. La sécrétion dans le lait maternel n'est pas prononcée, mais peut entraîner des effets indésirables sous la forme d'hypertension, d'arythmie cardiaque du bébé et de la mère. Il est recommandé d’utiliser le dosage spécifié par le fabricant et au maximum trois jours.
  • Phényléphrine ("Nazol"). Les agents combinés avec la phényléphrine ont une action anti-œdème et sont utilisés dans la pratique thérapeutique des enfants de moins d'un an. Il se caractérise par une biodisponibilité minimale, ainsi, lorsqu'il est utilisé localement, il ne provoque pas d'effets indésirables. La dernière évaluation de la substance active a été réalisée en septembre 2014, au cours de laquelle cette substance était considérée comme étant sûre lorsqu'elle était utilisée à la dose minimale recommandée.
  • Azélastine (Azelastin, Allergodil). Antihistaminique de deuxième génération, avec un minimum de sécrétion dans le lait maternel. Selon E-LACTANCIA, il s’agit d’un moyen d’action locale à faible risque. A permis son utilisation dans le traitement de la rhinite infectieuse et allergique, accompagnée de congestion nasale, de mucus abondant. Entièrement compatible avec les antihistaminiques pendant l'allaitement à base de loratadine et de cétirizine.
  • Fluticasone ("Fluticasone", "Fliksonaze", "Nazarel"), Mometasone ("Nasonex"). Glucocorticostéroïdes d'une nouvelle génération. Selon les études internationales et le répertoire de données E-LACTANCIA, reconnus comme totalement compatibles avec l’allaitement. Ils ont un effet anti-inflammatoire et anti-œdème prononcé. L'absorption du lait est minime. Il est recommandé d'utiliser un aérosol sur le nez pendant l'allaitement immédiatement après avoir nourri le bébé, ce qui permet de réduire la concentration de la substance active dans le lait à un niveau négligeable.

Agents antimicrobiens

«Les médicaments à base de plantes sont antimicrobiens et anti-inflammatoires», explique la gynécologue Svetlana Babylon. Une mère qui allaite peut utiliser des gouttes de Pinosol.

Ils ne sont pas contre-indiqués dans l'allaitement, mais leur possibilité d'utilisation est limitée aux réactions allergiques individuelles. Si, avant la grossesse, vous présentiez une allergie aux composants végétaux du produit (huile d'eucalyptus, menthe poivrée, pin), vous devez vous en abstenir.

Il est également inacceptable de traiter les remèdes traditionnels avec la lactation à base d’huiles essentielles d’anis, de cumin, d’arbre à thé en présence d’une allergie à ces substances. Si une réaction allergique est peu probable, utilisez les huiles essentielles de ces plantes pour l'inhalation: 2 à 3 gouttes par casserole d'eau tiède. La respiration par paires avec une action antimicrobienne devrait durer jusqu'à dix minutes.

Ces «remèdes éprouvés» contre les germes tels que l'oignon et l'ail ne sont pas des médicaments sûrs contre le rhume pendant l'allaitement. Contrairement à la croyance populaire concernant l’activité antivirale magique de l’ail et des oignons, leur inhalation entraîne un surséchage excessif de la muqueuse nasale, souvent jusqu’à ses brûlures. Cela viole la productivité de la membrane muqueuse, réduit la résistance du corps aux infections virales.

Hydratants

Les préparations à base d'eau de mer ou de solutions salines ordinaires aident à hydrater la membrane muqueuse, augmentant ainsi sa capacité à combattre les virus. Pour rincer le nez, utilisez des solutions prêtes à l'emploi "Salin", "Aquamaris", "Nosol". Avec une augmentation de la viscosité du mucus, ces fonds aident à sa dilution, libérant les voies nasales.

Il est permis d'utiliser des solutions de sel préparées à la maison: une cuillerée à thé de sel par tasse d'eau tiède. Cependant, se laver le nez doit être conscient de la sécurité. Vous ne pouvez pas le rincer avec une seringue sous pression, car le jet d'eau peut pénétrer dans le tube auditif et, de là, dans la cavité de l'oreille moyenne, ce qui engendre le développement d'une otite. La solution de rinçage doit être pipetée dans les voies nasales ou un flacon avec une buse de pulvérisation doit être utilisé.

Si la question de savoir comment traiter un nez qui coule pendant l'allaitement continue de vous déranger même après votre rétablissement, vous devriez consulter un médecin. La rhinite prolongée peut être un symptôme d'inflammation bactérienne des sinus. Consultation obligatoire de l'oto-rhino-laryngologiste si l'écoulement nasal a acquis une teinte verte et est accompagné d'un mal de tête.

Quels sont les traitements sûrs pour une mère qui allaite et quels médicaments sont appropriés?

Le nez qui coule de la mère pendant l'allaitement - est-ce dangereux? Si vous ne commencez pas le traitement dès les premiers symptômes désagréables, vous risquez alors de contracter une maladie respiratoire, tout simplement, le VRAI. Ici, le danger réside dans le fait que l'alimentation du bébé devra être interrompue temporairement à cause de la prise d'antiviraux et d'autres médicaments pouvant être contre-indiqués pendant l'allaitement. Cependant, c'est possible, mais pas nécessairement.

Les premiers symptômes du rhume: agissez

Comment traiter la mère qui allaite au nez qui coule? Rincer le nez. C’est l’une des principales mesures préventives, si un écoulement nasal chez une femme qui allaite vient d’apparaître. Puisque je ne veux pas recourir immédiatement à des mesures radicales, nous commençons par des mesures douces. L'essentiel est de le faire le plus tôt possible.

Le plus simple est de rincer le nez avec une solution hypertonique (également appelée solution saline ou solution de chlorure de sodium à 0,9%). L'option est assez efficace et sûre pour la mère et l'enfant. Aujourd'hui, il est largement utilisé non seulement pour le traitement, mais également pour la prévention des infections virales, lorsque le risque d'attraper un rhume est suffisamment élevé.

La solution saline peut être achetée en pharmacie ou préparée par vous-même, en dissolvant une cuillerée à thé de sel dans un litre d’eau bouillie. Rincer le nez 3-4 fois par jour.

Pour la procédure de lavage elle-même, vous pouvez utiliser une seringue ou une seringue pour 20 cubes.

Une mère qui allaite peut également utiliser le furatsilina pour se rincer le nez en cas de nez qui coule. Pour préparer la solution, vous aurez besoin d'un verre d'eau et de deux comprimés de médicament. Il est préférable de verser l’eau suffisamment chaude pour que le comprimé solide se dissolve mieux et plus rapidement.

En pratique ORL, des solutions de métrogile, de miramistina et de quelques autres sont également utilisées pour cette procédure en dilution avec une solution saline 1: 1.

Lorsque vous vous lavez le nez, vous devez positionner votre tête de manière à ce que l'une des narines soit au-dessus de l'autre. Dans le même temps, la bouche doit rester ouverte afin qu'un liquide qui y pénètre accidentellement puisse s'écouler.

Il est important de savoir: le fait de se laver le nez dès les premiers symptômes d'écoulement nasal chez une femme qui allaite doit être associé à un gargarisme.

Pour ce faire, vous pouvez également utiliser une solution saline ou une solution de soude et de sel (ce dernier est préparé à raison de 1 c. À thé. Sel, 1 c. À thé. Soda plus 3 gouttes d'iode par tasse - 250 g. - d'eau).

Le gargarisme est nécessaire pour empêcher l'infection de se propager dans les voies respiratoires. Vous pouvez le faire aussi souvent que possible - 5 à 7 fois par jour.

Nous avons mentionné les moyens les plus abordables et les plus économiques permettant d’arrêter le nez qui coule chez la mère qui allaite au stade initial. Ils sont également bons parce qu’ils sont presque toujours disponibles dans les pharmacies ou peuvent être préparés à la maison (si, par exemple, vous sentez l’approche d’un nez qui coule tard dans la soirée).

Aqua Maris, Marimer, Salin, Humer et d’autres solutions isotoniques ont presque les mêmes propriétés, mais sont un peu plus pratiques à utiliser. Peut-être que leur plus gros inconvénient est le prix.

Protéger les muqueuses de la pénétration de virus et de bactéries aidera également le spray Nazoferon ou les gouttelettes d’interféron ordinaires (matière sèche dans l’ampoule que vous diluez avec de l’eau bouillie à la température ambiante).

Ces médicaments sont sans danger pendant l'allaitement et leur utilisation le premier jour de la maladie a généralement un effet positif.

Si vous "attrapez" un nez qui coule aux premiers symptômes a échoué?

Si vous ne prêtez pas attention aux premiers symptômes, vous devez alors aborder de manière plus approfondie la question du traitement du rhume chez une femme qui allaite.

Quelles gouttes nasales pendant l'allaitement une mère peut-elle utiliser? Tout d'abord, nous notons que tous les vasoconstricteurs ne peuvent pas être utilisés pendant l'allaitement. Par conséquent, dans ce cas, ne pas faire sans consulter un médecin.

Aujourd'hui, un oto-rhino-laryngologiste peut nommer des mères allaitantes, Naphthyzinum, Sanorin, Tizin, Nazivin, Rinonorm, Glazolin, Otrivin et autres.

Ces médicaments ne guérissent pas le nez qui coule, mais seulement pour soulager ses symptômes pendant un certain temps. C'est
a) facilite la lutte de l'organisme contre la maladie;
b) rend les traitements d'accompagnement plus efficaces.

Les médicaments vasoconstricteurs doivent être pris avec la plus grande prudence, à des doses et selon des termes déterminés par le médecin. Ces médicaments sont pris pour une période limitée, généralement pas plus de 6 jours. Dans la rhinite chronique, ils ne sont pas efficaces.

Des gouttes qui aident à se débarrasser du froid

Si le mucus dans le nez est trop visqueux, Rinofluimucil (une combinaison d’acétylcystéine et de tauminoheptan peut être ajouté en épaisseur). Les instructions pour le médicament ne sont pas contre-indiquées en tant que telles pour l'utilisation pendant l'allaitement, cependant, il est dit que lors de la prescription, il est nécessaire de peser les avantages et les inconvénients que le rhinofluimucil peut causer au bébé allaité.

Okomistin (Oftahmyrin) - un antiseptique génial et peu coûteux, qui est utilisé non seulement en ophtalmologie, mais également dans la pratique de l'oto-rhino-laryngite et qui gère très bien la rhinite. Dans les descriptions du médicament de différentes années, il existe diverses indications concernant la possibilité d'utilisation du médicament par la mère pendant la période d'allaitement.

En général, il est considéré comme sûr, MAIS! Si vous vous souciez vraiment de votre santé et de votre bébé, alors avant de l'utiliser, consultez un médecin.

Le sulfacyl sodique à 20% (Albucid) est aujourd'hui également largement utilisé dans le traitement de la rhinite chez les mères allaitantes et les jeunes enfants. Laura est généralement prescrit pour «sécher» le nez si la morve est liquide et claire.

La nomination de ces gouttes nasales lors de l'allaitement aujourd'hui est assez courante. Cependant, dans chaque cas, le choix de l'option la plus efficace consiste à confier votre Laura.

Remèdes populaires

Jus d'aloès ou Kalanchoe. Utilisé en reproduction: 1 part de jus et 5 - eau. Enterré 3-4 fois par jour pendant 3-4 gouttes. Il est conseillé d'appliquer si l'écoulement nasal est vert ou jaune brunâtre.

La camomille (fleurs sur l'eau bouillante) est également utilisée pour la morve de nature purulente. En plus de la camomille, vous pouvez utiliser une chaîne, une mère et sa belle-mère, du thym.

Prêle bouillon - un bon outil pour se laver le nez avec des effets résiduels de l'œdème muqueux.

Cependant, rappelez-vous que les herbes ne sont pas toujours sans danger. Avant de préparer les gouttes nasales pour une mère qui allaite, vous devez savoir avec certitude qu'elles ne seront pas allergiques.

Remèdes homéopathiques pour la rhinite

Si le nez qui coule apparaît chez une mère qui allaite, le traitement doit être prescrit très soigneusement, avec un risque minimal pour elle et le bébé. Ici, des remèdes homéopathiques viennent à la rescousse, dont beaucoup sont inoffensifs dans ce cas.

Parfaitement prouvé dans le traitement de la rhinite chez les mères allaitantes, bien connu de tous les Sinupret.

Comme les gouttes contiennent de l’alcool, la mère qui allaite le prescrivit en comprimés.

Le médicament a des effets anti-inflammatoires, antiviraux, sécrétolytiques et anti-œdèmes et fonctionne bien en thérapie complexe.

Euphorbium Compositum est un médicament homéopathique complexe souvent prescrit aux mères qui allaitent comme agent antiallergique et anti-inflammatoire. Il n'y a pas de contre-indications d'utilisation dans ce cas.

Delufen est un médicament à base de plantes destiné au traitement topique des rhinites de différentes étiologies (notamment allergique, virale, bactérienne). Pretty libère rapidement les voies nasales, élimine le gonflement et élimine la sensation de sécheresse et de démangeaisons. Peut être pris pendant une longue période, car il ne crée pas de dépendance.

Gouttes nasales pendant l'allaitement

Les mères qui allaitent souffrent souvent d’un écoulement nasal accompagné de sécrétions muqueuses, d’enflure de la cavité nasale, de difficultés respiratoires et d’éternuements. Si une rhinite survient à la suite d'une infection des organes respiratoires d'origine virale, d'autres symptômes apparaissent.

Donc, la température corporelle d'une femme augmente, frissons, maux de gorge. Pour éliminer ces symptômes, il est recommandé d'utiliser des médicaments. Cependant, de nombreuses gouttes dans le nez pendant l'allaitement sont interdites. Par conséquent, avant de prendre tout médicament, vous devez obtenir l'approbation du médecin.

Avec un léger nez qui coule avec morve et un peu de congestion, vous pouvez obtenir un traitement à domicile. Si les symptômes persistent pendant 2 à 3 jours, il est préférable de consulter un médecin qui sélectionnera des médicaments efficaces.

Caractéristiques spécifiques

Les agents responsables d'infections aiguës des organes respiratoires sont une variété de microorganismes pathogènes situés dans différentes parties du corps. Le nez qui coule provoque des rhinovirus qui habitent la coquille interne des sinus maxillaires. Il en résulte des sécrétions muqueuses, un œdème de la membrane interne, des difficultés respiratoires nasales.

Avec l'aide de la rhinite, le corps tente de se débarrasser des virus. Le mucus, libéré lors de l'écoulement nasal, a des propriétés désinfectantes, lie les microorganismes nuisibles, les allergènes, la pollution et les élimine. Les remèdes nasaux ne sont pas destinés à éliminer la rhinite, ils réduisent l'enflure de la muqueuse interne du nez et le volume des sécrétions. Cependant, l'élimination de la maladie ne sera possible qu'après le rétablissement complet.

Étapes d'origine infectieuse du nez qui coule:

  • Une grande quantité de mucus liquide qui se détache constamment du nez. Ce symptôme indique des dommages à la paroi interne du virus. Dans la première phase, le patient éternue souvent, la coquille protéique des yeux devient rouge et le liquide lacrymal est libéré.
  • Mucus épais. Au jour 3, l'écoulement devient plus épais avec une teinte blanchâtre ou jaunâtre.

Selon les médecins, la rhinite dure 7 jours, pendant lesquels l’immunité lutte contre les virus. Habituellement, après cette période, l’infection disparaît et le patient guérit, mais si cela ne se produit pas, il est recommandé de rendre visite à l’otolaryngologue.

Conseils utiles aux mères qui allaitent

Un nez qui coule avec ARVI nécessite une thérapie complexe:

  • Repos au lit Pour faciliter le transfert de la maladie et la guérison plus rapide, le patient doit rester au lit pendant 2 à 3 jours. De cette manière, elle pourra éviter les complications.
  • Beaucoup de liquide. Il est recommandé au patient de boire beaucoup de liquide chaud (thé, eau filtrée, compotes, etc.). Il nettoie le corps des substances toxiques (composants de virus).
  • Diffusion. Il est recommandé d'aérer quotidiennement la chambre et de surveiller le niveau d'humidité. Si ce chiffre est inférieur à 60%, alors la cavité nasale s'assèche, le volume de décharge diminue, la probabilité de maladies infectieuses augmente. Augmenter l'humidité à l'aide d'appareils climatiques spéciaux (humidificateurs).
  • Médicaments antipyrétiques. Il n'est pas recommandé aux femmes allaitantes de prendre des médicaments à des températures pouvant atteindre 38,5 ° C. Lorsque HB est autorisé à utiliser le paracétamol et l'ibuprofène. Ils réduisent la fièvre, éliminent les douleurs musculaires et autres symptômes d'infections respiratoires aiguës. L'ibuprofène réduit le processus inflammatoire.

Arrêter l'alimentation naturelle pendant le traitement de la rhinite n'en vaut pas la peine, car le bébé avec le lait reçoit des anticorps qui le protègent des virus. À des températures élevées, les nourrissons doivent être nourris plus souvent pour prévenir la lactostase (stagnation du lait).

Gouttes vasoconstricteurs

Pour éliminer la congestion nasale, les mères qui allaitent peuvent prescrire des médicaments ayant un effet vasoconstricteur. Ils détruisent les micro-organismes nuisibles, humidifient la membrane muqueuse, contractent les vaisseaux sanguins et restaurent la respiration par le nez. Le sommeil est ainsi normalisé et le bien-être amélioré.

Il est permis d'utiliser les gouttes nasales suivantes pendant l'allaitement:

  • Naphthazine à base de naphazoline.
  • Galazolin, Tizin avec Xylométazoline.
  • Nasivin à base d'oxymétazoline.

Selon les médecins, Naphthyzinum et d'autres médicaments, dont la substance active est la naphazoline, ne sont pas recommandés pour la femme allaitante. Cela est dû au fait que, avec une faible production laitière, il provoque une réaction négative chez le nouveau-né: il viole le tonus vasculaire de la cavité nasale, provoque de l'irritabilité et une insuffisance cardiaque. Avec l'utilisation prolongée de la mère diminue la production de lait.

Les médecins suggèrent d'utiliser des gouttes nasales vasoconstricteurs plus sûres:

  • Nazivin, Nazol, Noksprey à base d'oxymatezoline. La concentration de la substance active dans le lait est faible, mais une utilisation prolongée augmente les risques d'augmentation de la pression et de troubles du rythme cardiaque chez la mère et le bébé. Pour éviter les effets secondaires, une femme allaitant doit observer la posologie et utiliser le médicament pendant plus de 3 jours.
  • Nasol, contenant de la phényléphrine, élimine le gonflement de la membrane muqueuse, facilite la respiration par le nez. Ce médicament est autorisé à utiliser même chez les enfants jusqu'à 12 mois. La probabilité d'effets secondaires est faible si la femme adhère à une dose thérapeutique.
  • L'azélastine, Allergodil à base d'azélastine est un médicament antiallergique qui est utilisé pour traiter la nature virale et allergique de la rhinite. La concentration du médicament dans le lait est faible et, par conséquent, le risque d'effets indésirables est également minime. Les médicaments éliminent l'enflure, réduisent la quantité de mucus. Pendant l'allaitement, il est permis de prendre des agents anti-allergiques contenant de la loratadine, de la cétirizine.
  • Fluticasone, Fliksonaze, Nazarel à base de fluticasone, Nasonex associé à la mométasone sont des glucocorticoïdes compatibles avec la lactation. Ces médicaments non seulement soulagent la morve, mais éliminent également l'inflammation et l'enflure. Pour réduire le risque d'effets secondaires chez un enfant, le spray est utilisé immédiatement après avoir été nourri.

Les gouttes populaires du rhume, telles que Naphthyzinum, Farmazolin, sont plus dangereuses que les stéroïdes modernes. Cependant, avant d'utiliser des gouttes, assurez-vous de consulter un oto-rhino-laryngologiste.

Agents antimicrobiens

Éliminer les agents pathogènes et réduire l'inflammation de la muqueuse nasale aidera les médicaments contenant des ingrédients à base de plantes. Du froid pendant l'allaitement est autorisé à utiliser Pinosol.

Les plantes médicinales sont compatibles avec la lactation en l'absence d'allergies de la femme à leurs composants. Si, avant la conception, le patient était allergique à l'eucalyptus, à la menthe poivrée ou à l'huile de pin, vous ne devez pas utiliser de médicaments contenant ces substances.

Lors de l'allaitement, il est interdit aux enfants d'utiliser des produits contenant des huiles essentielles (anis, cumin, théier) présentant une hypersensibilité à ceux-ci. Si une femme n'est pas prédisposée aux allergies, des esters peuvent être utilisés lors de la préparation de solutions pour inhalation. Pour ce faire, ajoutez 2 à 3 gouttes d'huile dans le récipient avec de l'eau tiède et respirez les vapeurs pendant 10 minutes.

Il n'est pas recommandé d'utiliser des oignons ou de l'ail avec HB. Cela est dû au fait qu'elles assèchent la membrane muqueuse et peuvent provoquer des brûlures. En conséquence, moins de mucus est produit dans la cavité nasale et le corps devient moins résistant aux virus.

Préparations hydratantes

Avec l'aide de préparations contenant de l'eau de mer ou des solutions salines, il est possible d'augmenter l'humidité de la membrane muqueuse, ce qui permet à l'organisme de mieux résister aux germes. Pour nettoyer les sinus nasaux d'une mère allaitante, il est autorisé d'utiliser Salin, Aquamaris, Nosol. Ces fonds aident à fluidifier le mucus épais et à accélérer son écoulement.

Pour soigner la rhinite, préparez une solution saline avec vos propres mains. Pour ce faire, on dissout 25 g de sel de mer dans 220 ml d’eau bouillie tiède. Cependant, des précautions doivent être prises pendant la procédure. Pour le lavage des sinus est interdit d'utiliser une seringue sous pression. Ceci est lourd de pénétration de la solution dans le tube auditif et l'oreille moyenne, en conséquence de quoi une otite moyenne se développe. Le liquide est instillé dans chaque narine avec une pipette ou un vaporisateur est utilisé.

Remèdes populaires

Le traitement le plus populaire et le plus efficace contre la rhinite est l'inhalation. Solution utilisée avec de l’huile d’eucalyptus, des bourgeons de pin, de l’origan. Vous pouvez également ajouter de l'huile de menthol (3 gouttes) ou du jus de betterave chaud dans les voies nasales.

Le sel est utilisé pour éliminer le gonflement de la muqueuse. Pour cela, les grains sont chauffés dans un récipient sec, enveloppés dans un sac multicouche et appliqués sur le nez.

Certaines mères utilisent des gouttes d'oignon faites maison pour éliminer les principaux symptômes. Pour ce faire, l'oignon moyen est finement coupé et mélangé à 30 ml d'huile de tournesol. Après une journée, cet outil est prêt à être utilisé. Avec une solution, lubrifiez la cavité nasale après son nettoyage.

Mesures préventives

Pour prévenir l'apparition de symptômes de rhinite, une femme qui allaite devrait suivre ces règles:

  • Essayez de ne pas trop refroidir. L'hypothermie banale provoque souvent une rhinite. Cela résulte du fait que sous l'influence du froid, l'immunité diminue et l'organisme devient plus susceptible aux infections.
  • Évitez le contact avec le rhume. Les virus sont transmis par des gouttelettes aéroportées. Et par conséquent, évitez les éternuements ou la toux, car le virus se propage à plusieurs mètres.
  • Évitez les endroits surpeuplés lors d'épidémies d'infections respiratoires aiguës et de grippe. Pour la même raison, il est interdit de prendre les transports en commun.
  • Renforce les défenses de l'organisme. Consultez votre médecin pour renforcer l’immunité. Pour cela, il est nécessaire de bien manger, d’abandonner les mauvaises habitudes et de prendre des complexes multivitaminiques (uniquement pour des raisons médicales). Après tout, une forte immunité élimine rapidement les agents pathogènes.
  • Rappelez-vous de la sécurité lorsque vous prenez soin d'une personne froide. Si une mère qui allaite soigne des malades, elle doit alors porter un masque de gaze, aérer la pièce quotidiennement et utiliser un humidificateur. Pour une protection supplémentaire, les sinus sont traités avec une pommade oxolinique à un intervalle de 4 heures.

Ainsi, la rhinite pendant l'allaitement, qui s'accompagne d'autres symptômes d'infections respiratoires aiguës, nécessite un traitement complexe: repos au lit, forte consommation d'alcool, ventilation, médicaments et remèdes populaires. Avant d'utiliser des médicaments et des recettes folkloriques, vous devez obtenir l'autorisation d'un oto-rhino-laryngologiste. Seul le médecin vous indiquera quels médicaments sont sans danger pendant l'allaitement.

Comment traiter une mère qui allaite au nez qui coule: médicaments vasoconstricteurs et gouttes pendant l'allaitement

Un nez qui coule est un précurseur de la rhinite ou une maladie respiratoire aiguë. Le développement de la maladie entraîne l'apparition de nouveaux symptômes: toux, fièvre, douleur dans la gorge. La forme légère de la rhinite est facilement guérie à la maison. Une maladie compliquée nécessite un suivi médical. Il est particulièrement important de consulter un médecin pendant l'allaitement si la température et l'écoulement nasal persistent pendant plusieurs jours.

Manifestations de rhinite

ARI est un nom commun pour les rhumes causés par divers virus. L'attaque de chaque type de virus est localisée et affecte certaines zones. L'écoulement nasal est dû à l'activation de rhinovirus attaquant la membrane muqueuse des sinus maxillaires. L'impact négatif des rhinovirus provoque l'apparition de sécrétions et un gonflement de la membrane muqueuse. Le nez qui coule est exprimé en deux phases:

  1. La première phase Décharge abondante et liquide, indiquant la lésion initiale du mucus. Éternuements constants ou intermittents, larmoiements et rougeur des yeux.
  2. Deuxième phase L'écoulement est épais, de consistance muqueuse. Manifeste le troisième jour de la maladie. Le mucus qui coule du nez acquiert une couleur blanche avec une teinte jaune ou beige. Ce caractère de décharge s'explique par l'action des forces immunitaires au niveau de la muqueuse nasale.

Comment protéger le bébé de la mère froide?

La rhinite infectieuse chez une mère qui allaite peut aller chez l’enfant si vous ne prenez pas de mesures pour protéger les miettes de la maladie de la mère. Une femme qui allaite, afin de ne pas infecter un bébé, doit observer les règles suivantes:

  • ne commencez à manger que dans un masque de protection;
  • maintenir une humidité intérieure de l'ordre de 65 à 75%;
  • conduisez régulièrement l'aération et surveillez la température de la pièce pour qu'elle soit à 21-23 degrés;
  • effectuent souvent des vêtements de rechange dans lesquels la mère nourrit l'enfant.
Un masque médical ordinaire aidera à protéger le bébé contre les bactéries pendant l’alimentation.

Comment traiter un nez qui coule?

Après avoir découvert que le nez qui coule ne fait pas partie d'une maladie distincte, mais constitue l'un des signes d'infections respiratoires aiguës, il est naturel de supposer que son traitement est effectué de manière globale. Considérez les composantes principales de la thérapie:

  • Repos au lit Vise à atténuer l'évolution de la maladie et à en réduire la durée. Il est nécessaire de le maintenir pendant 2-3 jours afin de prévenir le poids de la maladie.
  • Buvez beaucoup d'eau. Augmentez la quantité de fluide consommée: thé, compote, eau sans gaz. Les boissons aideront à éliminer les toxines formées pendant l'activité active des virus et à améliorer l'état général de la mère qui allaite.
  • Air frais et frais. Dans la pièce pendant longtemps, essayez de maintenir une humidité normale, aérez régulièrement les pièces. L'indicateur d'humidité ne peut pas être abaissé au-dessous de 60%, sinon les membranes muqueuses du nez seront désagréables à la suite du dessèchement, le mucus s'aggravera en se séparant, entravant le travail de la défense immunitaire. Pour la saison de chauffage, utilisez un humidificateur domestique.
  • Maintenir la température de l'air dans la maison dans la région de +22 degrés.
  • Abaissement de la température corporelle. Un rhume pendant l'allaitement provoque souvent une élévation de la température (nous recommandons de lire: Un rhume chez une femme qui allaite: comment et quoi traiter?). Dépêchez-vous de prendre un antipyrétique ne vaut pas la peine si le thermomètre indique moins de 38,5. Réduire une légère augmentation est irrationnel, car il s'agit d'un indicateur de la lutte de votre corps contre les infections. Le système immunitaire produit des anticorps qui tuent les virus. La température supérieure à 38, 5 degrés permettra d'éliminer le paracétamol ou l'ibuprofène. Les deux médicaments ont un effet analgésique, soulagent les maux de tête et la fièvre catarrhale. En outre, l'ibuprofène a un effet anti-inflammatoire.

Quels médicaments sont autorisés à utiliser?

Lorsque vous donnez un sein à votre bébé, le recours à des remèdes contre le rhume est effectué de manière symptomatique - recours à des médicaments centrés sur votre bien-être. Nous verrons comment traiter un nez qui coule à une mère qui allaite. La congestion nasale aidera à éliminer les médicaments vasoconstricteurs. Si vous pouvez respirer librement, ne vous creusez pas le nez. Se référant à l'opinion de la gynécologue Svetlana Babylon. Le principal spécialiste du département MSMU indique que, dans le cas du DRA, une courte période de débit est typique. Contre le rhume, vous pouvez utiliser des gouttes antimicrobiennes, un effet vasoconstricteur et hydratant. Voyons ce que les pharmacies nous proposent.

Médicaments vasoconstricteurs

Les médicaments vasoconstricteurs sont fabriqués à partir de différentes substances actives. Les soins de santé dispensés aux femmes qui allaitent en Russie permettaient l’utilisation de tels médicaments: "Tizin", "Naphthyzin", "Nazivin" et "Galazolin". L'action des médicaments vise à éliminer le gonflement des muqueuses, en facilitant la respiration. L'utilisation pratique des médicaments a permis d'identifier certains d'entre eux comme indésirables lors de l'allaitement. Donc, "Naphthyzin" a assigné le deuxième niveau de danger. Malgré le fait que le principe actif naphazoline n’a pas été étudié en ce qui concerne le degré d’influence sur l’allaitement, les médecins ne leur conseillent pas d’abuser.

Il est à noter que les médecins ont obtenu des données sur les effets secondaires du médicament, qui se manifestent chez les nourrissons. En dépit du faible niveau de sécrétion du médicament dans le lait maternel, "Naphthyzin" peut provoquer un tonus vasculaire, une arythmie cardiaque, une irritabilité chez les nourrissons. L'utilisation prolongée du médicament par la mère entraîne une diminution de la lactation.

Substances actives et leurs caractéristiques

  • "Nazivin", "Knoxray", "Nazol" (nous vous recommandons de lire: des instructions pour l'utilisation de gouttes "Nazivin" pour les nouveau-nés). La substance de travail est l'oxymétazoline. Le livre de référence E-LACTANCIA fait référence au premier niveau de danger, indiquant un faible risque d'effets secondaires pour la mère et le bébé. Ils ont une sécrétion inexprimée dans le lait maternel, mais ils peuvent provoquer une arythmie cardiaque et une hypertension. Posologie recommandée stricte et réception ne dure pas plus de 3 jours.
  • "Nazol" - un médicament associé à la phényléphrine. Agit contre les poches. Il est utilisé en pédiatrie jusqu’à 1 an. Sa biodisponibilité est minimale, ce qui élimine les effets secondaires lorsqu'il est appliqué localement. Des études sur la substance active, menées en 2014, ont confirmé l'innocuité de la phényléphrine à petites doses.
  • "Azélastine", "Allergodil" - les deux médicaments contiennent le principe actif azélastine. Appartenant aux antihistaminiques, le niveau de sécrétion dans le lait maternel est minime. E-LACTANCIA les renvoie aux médicaments à action locale et à faible risque. Recommandé dans le traitement de la rhinite allergique et infectieuse. Éliminer la congestion nasale sévère et les écoulements abondants du nez. Présentée pendant l’alimentation et préparations à base de cétirizine et de loratadine.
  • «Fluticasone», «Nazarel», «Fliksonaze», «Nasonex», Mometasone est une gamme de médicaments à base de glucocorticostéroïdes d’une nouvelle génération. La compatibilité avec l'alimentation au lait a été prouvée par des études internationales et confirmée par le livre de référence E-LACTANCIA. Ils ont un effet prononcé contre l'œdème et l'inflammation. Le niveau d'absorption est minime. Il est pris immédiatement après la tétée pour réduire la concentration d'éléments actifs dans le lait en micro-indicateurs.

Agents antimicrobiens

Les mères qui allaitent utilisent des antimicrobiens à base de plantes. Par exemple, vous pouvez prendre une goutte "Pinosol". Le médicament est autorisé pour l'allaitement avec la réserve de réactions individuelles possibles associées à une allergie à la composition du produit. Lisez attentivement ce qui est inclus dans le médicament. Si vous avez remarqué des manifestations allergiques sur un composant végétal quelconque (huiles de pin, menthe, eucalyptus), refusez de l'acheter.

Il est impossible pour une femme qui allaite de traiter le nez qui coule et les infections respiratoires aiguës avec des remèdes populaires impliquant l’utilisation d’huiles essentielles de cumin, d’anis et d’arbre à thé. Les inhalations avec de tels composants exacerbent également les allergies. Nous sommes sûrs que vous n'êtes pas allergique à ces substances - utilisez des huiles pour l'inhalation à domicile. Préparer la composition à raison de 2-3 gouttes de produit sur une casserole d’eau chaude. La procédure d'inhalation de vapeur dure environ 10 minutes.

Ayant un effet puissant sur la muqueuse nasale, ils la sèchent énormément, vous pouvez même vous brûler. La perméabilité du nasopharynx s'aggrave, la productivité des muqueuses est perturbée, le corps est mal opposé à l'infection.

Hydratants

Le besoin de compositions hydratantes pour la rhinite est associé à une irritation de la muqueuse nasale, qui doit être éliminée pour réduire la gravité de la maladie. Les préparations hydratantes sont fabriquées à partir de solutions salines normales ou d'eau de mer. En arrivant sur la membrane muqueuse, ils l'hydratent, renforçant ainsi la protection contre les virus. Les mères qui se nourrissent de lait peuvent être utilisées pour laver «Salin», «Nosol», «Aquamaris» (pour plus de détails, voir: Gouttes Aquamaris: mode d'emploi du nouveau-né). Les médicaments peuvent diluer le mucus visqueux, libérer rapidement les voies nasales et faciliter la respiration.

Les adeptes des méthodes domestiques peuvent conseiller de préparer leurs propres solutions salines. Versez un verre d'eau tiède dans un verre, y dissolvez une cuillerée à thé de sel, enterrez-le avec une pipette ou versez le produit préparé dans un flacon vaporisé. Il est impossible de seringuer le nez. Le jet pénétrant dans le nasopharynx sous haute pression peut s'écouler dans le canal auditif et pénétrer dans l'oreille moyenne. L'irritation de l'oreille moyenne conduira à une otite, puis une maladie plus grave sera ajoutée à l'ARI.

Si le nez qui coule ne peut pas être guéri, la morve continue à couler, la condition ne s'améliore pas, consultez votre médecin. La rhinite prolongée après traitement indique une infection bactérienne dans les sinus. Contactez immédiatement un oto-rhino-laryngologiste si l'écoulement nasal devient vert ou si un mal de tête y est ajouté (nous vous recommandons de lire: que boit-il d'une femme qui allaite?). Retarder le traitement de la maladie ne peut pas, surtout pendant l'allaitement.

Traitement de la rhinite pendant l'allaitement: examen des moyens efficaces

Aujourd'hui, nous devrons travailler dur pour trouver une personne qui n'ait jamais rencontré le problème du rhume. Ce trouble a longtemps été banal pour nous et son traitement ne pose généralement pas de questions. Mais l'image change lorsqu'un nez qui coule apparaît chez une femme qui allaite. En plus de son inconfort et de sa mauvaise santé, elle s’inquiète pour la santé de son bébé, car dans ce cas, tous les moyens de traitement habituels ne sont pas sûrs.

Causes d'un nez qui coule

La rhinite, ou comme nous l'appelions, l'écoulement nasal est une inflammation de la muqueuse nasale. Il peut survenir à la fois indépendamment et en tant que symptôme d'une maladie plus étendue. Les causes les plus courantes de cette maladie comprennent un affaiblissement du système immunitaire, l'apparition d'infections virales, fongiques ou bactériennes, ainsi qu'une hypothermie banale. Souvent, un nez qui coule est aussi une manifestation d'une réaction allergique du corps à un irritant externe (poils d'animaux, poussière, pollen de plantes, effet secondaire de la prise de certains médicaments). Il existe également une rhinite vasomotrice - une violation de la régulation du tonus vasculaire du nez.

Un nez qui coule est un processus inflammatoire dans la muqueuse nasale.

Symptômes de la rhinite

Au tout début de la maladie sont notés:

  • sécheresse, démangeaisons et brûlures de la muqueuse nasale;
  • essoufflement;
  • altération de l'odorat et de la perception du goût;
  • légère augmentation de la température corporelle.

Cette condition peut durer quelques heures ou plusieurs jours. Ensuite, il y a une multiplication active de bactéries et de virus dans la muqueuse nasale, entraînant l'apparition des symptômes suivants:

  • écoulement nasal abondant;
  • bloquer la respiration par le nez;
  • forte fièvre;
  • déchirer, éternuer;
  • Oreilles "bouffantes";
  • maux de tête;
  • perte d'appétit et fatigue;
  • écoulement muqueux purulent du nez.

En règle générale, l'écoulement de sécrétions épaisses du nez avec un traitement approprié signifie le début du stade final, suivi de la récupération.

Les complications suivantes peuvent survenir avec un traitement de la rhinite mal choisi:

Comment traiter un nez qui coule pendant l'allaitement

Le traitement de la rhinite chez une femme qui allaite nécessite une approche particulière. Après tout, les substances absorbées dans le sang par son lait vont pénétrer dans le bébé et nuire à l'organisme immature. Et parce que beaucoup de nos médicaments habituels sont strictement contre-indiqués en période d'allaitement. Dans une telle situation, les femmes devraient avoir la préférence pour des produits sûrs à base de plantes ou d’eau de mer, ainsi que pour des recettes folkloriques. L'utilisation de certaines gouttes vasoconstrictrices n'est permise que sous certaines conditions.

Le traitement de la rhinite chez une femme qui allaite nécessite une approche particulière.

Remèdes populaires pour le traitement de la rhinite

Les remèdes populaires les plus courants et les plus sûrs pour traiter la rhinite au cours de l'allaitement incluent:

  • solution saline - une cuillerée à thé de sel comestible est dissoute dans un verre d’eau bouillie tiède. Si vous êtes sensible aux sels, vous devriez prendre une demi-cuillère à café de sel dans un verre d'eau. Rincer le nez avec la solution obtenue;
  • vapeur de pommes de terre bouillies;
  • inhalations à l'huile essentielle d'eucalyptus - versez quelques gouttes d'eucalyptus dans la bouilloire avec de l'eau bouillante et placez l'entonnoir dans le bec de la bouilloire (l'entonnoir peut être fabriqué indépendamment du carton ou du papier épais). Il est important de noter que l'inhalation de vapeur par le nez ne peut être effectuée à des températures corporelles supérieures à 37,5 ° C;
  • gouttes dans le nez de jus d'aloès - couper la feuille d'aloès et presser le jus, diluer avec de l'eau et goutte à goutte dans le nez;
  • des gouttes de décoction de camomille - une cuillère à soupe de fleurs de camomille séchées versez un verre d'eau bouillante et laissez infuser pendant plusieurs heures, puis égouttez-les. En outre, le bouillon peut être encore dilué avec de l'eau et utilisé pour le rinçage des voies nasales et de la gorge;
  • gouttes de betterave - presser le jus des betteraves crues et en verser 2 à 3 gouttes dans le nez.

Des témoignages de mères expérimentées suggèrent que l'utilisation d'ail et de gouttes nasales (allaitées au sein) souvent recommandées par les guérisseurs traditionnels, ainsi que de produits à base de framboise, citron, oignon et miel, ne vaut pas la peine. Ils provoquent souvent des allergies graves chez l'enfant.

L'inhalation de nez par la vapeur ne peut être effectuée à des températures corporelles supérieures à 37,5 ° C.

Pendant la grossesse, j'ai découvert un massage facial ponctuel contre le rhume. Pendant l'allaitement, cette technique d'auto-massage m'a été utile plus d'une fois. Des mouvements simples relaxent parfaitement, soulagent les maux de tête et aident à rétablir la respiration par le nez.

Un simple massage aidera à soulager le gonflement du nez et les maux de tête.

Traitement de la rhinite

Selon sa composition et son mode d'action pour le traitement de la rhinite, ils sont divisés en trois types: à base d'eau de mer, de gouttes à base de plantes et de gouttes vasoconstricteurs.

Produits à base d'eau de mer

Les remèdes les plus inoffensifs pour le traitement de la rhinite sont les gouttes et les pulvérisations à base d’eau de mer. Ils conviennent même aux femmes enceintes et aux enfants dès les premiers jours de la vie. De tels remèdes nettoient bien les voies nasales, éliminent la congestion nasale et les démangeaisons, ramollissent les croûtes qui se forment, hydratent la muqueuse nasale. Le sel de mer dans la composition aide à lutter non seulement contre la rhinite infectieuse, mais également contre la rhinite allergique.

Aqua Maris est une ligne de produits de la société croate Yandra.

Les produits Aqua Maris sont optimaux pour la protection contre le rhume.

Aqualor - moyen de production française à base d’eau stérile de l’Atlantique.

Contrairement aux solutions salines conventionnelles, l'eau de mer naturelle contient un ensemble unique d'oligo-éléments. C'est pourquoi les sprays Aqualor procurent non seulement un lavage mécanique de la cavité nasale, mais activent également l'immunité locale

Le dauphin est une préparation contenant du sel gemme (halite) à forte concentration d'oligo-éléments bénéfiques. Il s’agit d’un moyen de production russe. Par conséquent, sa formule a été enrichie avec les plantes de l’Altaï montagneux: substances biologiquement actives de la racine de réglisse et de l’églantier.

Dolphin Nose Cleaning Line contient des produits pour les enfants et les adultes, ainsi que pour les personnes particulièrement sensibles aux ingrédients à base de plantes.

Remèdes à base de plantes pour la rhinite

Les plantes médicinales ont également des effets antimicrobiens et anti-inflammatoires efficaces. Mais il convient de garder à l’esprit que, précisément à cause des composants à base de plantes actifs dans la composition, ils peuvent provoquer des réactions allergiques. Par conséquent, les mères qui allaitent doivent utiliser ces médicaments avec prudence et de préférence uniquement selon les directives d'un médecin.

Pinosol est un médicament contenant de l'huile de pin de montagne, de la menthe et de l'eucalyptus.

Pinosol - phytothérapie pour le traitement des maladies inflammatoires aiguës et chroniques de la muqueuse nasale et nasopharyngée

Sanorin à l'huile d'eucalyptus - un remède contre le rhume, basé sur deux composants actifs: la naphazoline et l'huile d'eucalyptus. Ils ont un effet vasoconstricteur et combattent l'inflammation.

Sanorin, une émulsion douce, enveloppe agréablement la muqueuse nasale irritée

Sinupret est un médicament sous forme de dragées dont les principaux ingrédients actifs sont: les racines de sarrasin, d’herbe d’oseille et de verveine, de fleurs de sureau et de primevère.

Sinupret élimine l'œdème et l'inflammation, a un effet antiviral et prévient le développement de complications

Gouttes vasoconstricteurs

Le plus indésirable est le traitement de la rhinite chez la femme qui allaite avec des gouttes vasoconstricteurs. Ils sont recommandés pour être utilisés dans les cas extrêmes et strictement comme prescrit par un médecin. En règle générale, les gouttes de xylométazoline sont utilisées pendant la lactation.

Les gouttes vasoconstrictives ne sont pas recommandées pendant l’alimentation.

La xylométazoline est une substance similaire à la naphazoline, mais avec une moindre capacité d'absorption dans le sang. En raison du rétrécissement des vaisseaux sanguins de la muqueuse nasale, il élimine efficacement et rapidement l'œdème et soulage la respiration. Il est préférable d’utiliser des gouttes nasales vasoconstricteurs pour une maman qui allaite en doses pédiatriques et de ne les utiliser que la nuit pour faciliter la respiration pendant le sommeil. La durée du traitement ne doit pas dépasser 3 à 5 jours, sinon une dépendance peut survenir.

Les gouttes pour la vasoconstriction sont mieux utilisées au coucher pour faciliter la respiration.

Parmi les gouttes vasoconstrictrices, les mères allaitantes conviendront le mieux:

Mais l'utilisation des médicaments suivants doit être exclue:

Pour une mère qui allaite, il n’est pas du tout superflu d’observer le repos au lit, cela aidera à concentrer toutes les forces d’un organisme affaibli sur le rétablissement. Pendant la maladie, buvez le plus de liquide chaud possible, essayez de dormir suffisamment et protégez-vous des situations stressantes.

Aux premiers signes de maladie, de nombreuses mères, par peur des infections, tentent moins de contacts avec l’enfant, réduisent la fréquence et parfois la durée de l’allaitement. Cela ne doit pas être fait pour plusieurs raisons:

  • il est peu probable que le bébé comprenne la raison du détachement de la mère et commence à ressentir de la peur et de l’anxiété;
  • une diminution de la fréquence ou de la durée de l'allaitement peut entraîner une diminution de la lactation. Le lait viendra moins en réponse à l'absence de stimulation habituelle des glandes mammaires pendant l'allaitement par l'enfant;

Si l’on respecte de simples recommandations sur lesquelles il sera discuté plus avant, le risque de transmission d’une maladie de la mère à l’enfant est minime.

Recommandations du Dr. E.O. Komarovsky

Selon le célèbre Dr. E.O. Komarovsky, l’utilisation de médicaments pour le SRAS est plus inutile. Après avoir frappé une infection virale respiratoire aiguë pendant cinq jours, des anticorps sont produits dans le corps et un processus d'auto-guérison est instauré. Et accélérer ce processus biologique n’est guère possible. Cependant, le médecin fait certaines recommandations qui contribueront à améliorer l'état général de la mère allaitante malade et à réduire le risque de contracter le bébé:

  • régime pendant la maladie, nourriture selon l'appétit;
  • ventilation fréquente des pièces: l'air doit être froid et humide;
  • humidification régulière de la muqueuse nasale de la mère qui allaite avec des solutions salines;
  • utilisation par la mère d’un masque de protection lors de l’alimentation, ainsi que le lavage de la buse du bébé avec des solutions salines.

Vidéo sur le sujet: Dr. Komarovsky sur le traitement des SAO chez une femme allaitante

Prévention de la rhinite

Comme on le sait, la prévention en temps opportun est bien meilleure que tout traitement. Réduire de manière significative le risque de nez qui coule, et parfois même l’éviter, une mère allaitante aidera à se conformer à un certain nombre de mesures.

  • Pour renforcer son immunité, il suffit d’adhérer à un mode de vie sain: bien manger, ne pas perturber le sommeil, se débarrasser de ses mauvaises habitudes;
  • Chaque jour, rester à l'air frais joue un rôle important: de longues marches fréquentes ont un effet important sur l'ensemble du système respiratoire, saturent le corps en oxygène, donnent de l'énergie;
  • Il est important de s’occuper des rhumes et du rhume pendant la saison: se vêtir en fonction des conditions météorologiques, éviter l’hypothermie et, si possible, éviter de se rendre dans des endroits bondés.

S'il est nécessaire de visiter les endroits où les personnes se rassemblent en période de RVI aiguë, il est nécessaire d'irriguer la muqueuse avec un spray spécial (par exemple, Grippferon) avant de quitter la maison. Cela servira de barrière supplémentaire à la pénétration des infections dans les voies respiratoires.

En l'absence de traitement approprié, même une maladie simple telle que le nez qui coule peut causer des problèmes de santé plus graves. Une mère qui allaite devrait accorder une attention particulière au choix des médicaments et coordonner leur utilisation avec un médecin. Et s’il n’est pas possible de faire appel à un spécialiste, il est important de toujours étudier les instructions pour ces moyens ou d’autres. Et, bien sûr, n'oubliez pas les méthodes de traitement populaires de la rhinite.

Gouttes nasales pendant l'allaitement - comment traiter en toute sécurité un nez qui coule pendant l'allaitement?

Un écoulement nasal pendant l'allaitement peut être une pathologie indépendante ou une complication de la rhinite, qui n'a pas été traitée pendant la grossesse. L'allaitement maternel lie étroitement le corps de la mère au bébé. Par le lait maternel, le nourrisson reçoit les composants nécessaires à son développement complet. Dans le lait absorbé des substances qui pénètrent dans le corps de la mère. Cela s'applique également aux médicaments. Par conséquent, les femmes ne sont pas autorisées à prendre tous les médicaments pendant l'allaitement. Leur composition nuit au développement du bébé. Traiter un nez qui coule ne peut être prouvé que des moyens sûrs prescrits par le médecin. L'utilisation de certains médicaments sans la surveillance d'un médecin est interdite lors de l'utilisation de GVD

Qu'est-ce qui est sans danger pour traiter un rhume pendant l'allaitement?

Traitement du nez

Un rinçage des sinus avec des solutions spéciales est nécessaire en cas d'accumulation importante de mucus dans le nez. Pour cela, des solutions salées et de l'eau minérale sont utilisées. Un lavage régulier empêche la muqueuse de se dessécher et favorise la libération d'un grand nombre de bactéries. Après la procédure, la respiration est grandement facilitée, les poches sont enlevées.

Sel et soda

Les mères qui allaitent peuvent utiliser en toute sécurité une solution saline faible. Dans 500 ml d'eau tiède, diluer 1 cuillère à café de sel et de soda et bien mélanger. Le nez est instillé avec 3 gouttes à chaque tour. Il n'est pas recommandé de vider la membrane muqueuse de la seringue, cela pourrait provoquer des saignements de nez et une otite.

Solution saline

La meilleure solution de sel est disponible sous forme stérile. Le rapport correct des composants contribue à l'humidification active des muqueuses et facilite la respiration. Le chlorure de sodium n'a pas de contre-indication contrairement à beaucoup de gouttes nasales vasoconstricteurs. Il affecte doucement l'épithélium et élimine les principaux symptômes.

Inhalation de nébuliseur

Si le nez qui coule chez une femme qui allaite est associé à une infection virale, l’inhalation aidera à l’éliminer. Grâce à l'administration de médicaments en aérosol, il n'y a pas d'effet systémique sur le corps et les composants actifs pénètrent immédiatement dans le foyer inflammatoire.

Un nez qui coule quand il est allaité est mieux toléré si le traitement par inhalation est effectué plusieurs fois par jour. Sans crainte, des eaux minérales faiblement alcalines sont utilisées. Avant d'utiliser de l'eau, il est nécessaire de libérer toutes les bulles de gaz et de le réchauffer à la température ambiante. Le nombre d'inhalations peut être effectué jusqu'à 4 fois par jour.

Pour faciliter la respiration, vous pouvez utiliser des gouttes pour bébés du bébé Aqualore froid. Quelques gouttes du médicament sont diluées dans 3 ml de solution saline et versées dans le récipient du nébuliseur.

Comment traiter un nez qui coule pendant l'alimentation?

Pour éviter les complications de la rhinite associées au développement d’une infection bactérienne pendant l’allaitement, il est nécessaire de traiter le nez dans le bon ordre.

  1. Nez initialement parfaitement rincé. Cela aide à libérer le secret rassis des mouvements profonds et à laver un grand nombre de bactéries.
  2. L'inhalation est effectuée à la deuxième étape. Il est nécessaire pour une hydratation maximale des muqueuses.
  3. Au moins en cas d’essoufflement, il est acceptable d’utiliser des gouttes nasales sans danger pour une mère qui allaite. Ils ont un effet vasoconstricteur, ce qui facilite grandement la respiration.

Comment protéger le bébé de la mère froide?

Pendant l'allaitement, il est recommandé de se débarrasser du froid le plus tôt possible. Cela est nécessaire pour prévenir la propagation de l'infection chez le nourrisson. Au cours des premiers mois de la vie, la plupart des nourrissons ne tombent pas malades avec leur mère car ils développent une forte immunité. Mais si vous ne suivez pas les méthodes de base de prévention et de prudence, l'infection pénètre facilement par la voie aérienne ou se transmet avec le lait.

  1. La nutrition mère allaitante doit être équilibrée, contenir un ensemble complet de vitamines. Ils aident à renforcer le système immunitaire.
  2. Si le nez qui coule n'a pas de forme bactérienne, l'utilisation d'antibiotiques est exclue. La mère qui allaite ne peut pas interrompre l’allaitement.
  3. L'utilisation de gouttes nasales puissantes lors de l'allaitement est interdite. Si la rhinite a une forme compliquée, l'enfant est temporairement transféré à une nutrition artificielle.
  4. Le contact constant de la mère avec le bébé augmente le risque d'infection. Pendant les soins et l'alimentation, il est nécessaire de porter un masque stérile, en le changeant toutes les 4 heures. En cas de rhume ou de grippe intense, il est préférable de limiter au maximum la communication avec le bébé.

Quels médicaments sont autorisés à utiliser?

Les médicaments pour la rhinite varient en composition, effet thérapeutique et sa durée. Lorsque l'allaitement a permis des fonds avec une composition douce. En règle générale, ces gouttes et solutions n'ont pas d'effets secondaires.

Vasoconstricteur

Il existe plusieurs groupes de médicaments vasoconstricteurs qui sont autorisés pendant la grossesse et l'allaitement (Avant d'utiliser les médicaments énumérés ci-dessous, assurez-vous de consulter votre médecin!). Ils diffèrent par le composant actif.

Phényléphrine. Contenus dans les préparatifs Nazol et Nazol Bebi. Ils ont un effet combiné, réduire l'œdème muqueux. L'effet biologique du médicament dans la valeur systémique est minime. L'utilisation locale ne provoque pas d'effet secondaire. Ils sont utilisés pour traiter le rhume de la mère pendant l'allaitement et en même temps l'enfant. Les médicaments à dosage moyen n'ont pas d'effet négatif.

Azélastine. Inclus dans les gouttes antiallergiques - Allergodil et Azelastine. Ce sont des médicaments de deuxième génération avec une pénétration minimale des composants dans le lait maternel. Les sprays sont indiqués pour la rhinite allergique, mais ont un effet local prononcé et la rhinite infectieuse. Le principal avantage est la compatibilité totale de l'allaitement.

Fluticasone. Inclus dans les gouttes hormonales de la nouvelle génération Fliksonaze ​​et Nazarel. Peut être utilisé en toute sécurité pendant l'allaitement pour fournir un effet anti-inflammatoire et éliminer l'œdème. L'aspiration dans le lait maternel a un taux minimum. Les sprays sont utilisés immédiatement après l’alimentation, ce qui empêche des concentrations élevées d’hormones de pénétrer dans le corps de la mère.

Il existe également des préparations de vasoconstricteur végétal. L'utilisation du pinosol est largement pratiquée pendant l'allaitement. Les gouttes ont une base d’huile à base d’ingrédients naturels et ne peuvent provoquer une réaction que si vous êtes hypersensible.

Antimicrobien

L'utilisation d'agents antimicrobiens soumis à un froid bactérien important nécessite le transfert du nourrisson à une alimentation artificielle. Une seule quantité de médicaments peut être utilisée avec précaution pendant l'allaitement. Izofra fait partie de ces gouttes. Cet outil est activement utilisé dans le traitement de nombreuses pathologies ORL. Son utilisation est interdite avec une sensibilité élevée aux composants. Pour protéger l’enfant des effets systémiques, Isofra n’est utilisé qu'après avoir été nourri. Une mère qui allaite devrait observer strictement le dosage et le nombre d'applications après un examen complet.

Hydratants

Pour assouplir la membrane muqueuse et prévenir la formation de croûtes dans le nez, vous pouvez utiliser des gouttes de No-salt, Marimer et Aqualore. Il n'y a aucune restriction sur l'utilisation de ces médicaments pendant l'allaitement. Les effets secondaires sont absents. En raison de la composition minérale optimale, ils contribuent à l'activation des cils épithéliaux du nez, ce qui facilite la libération de sécrétions épaisses.

Les meilleures gouttes pour le traitement de la rhinite pendant l'allaitement

Parfois, une thérapie combinée est nécessaire pour le traitement de la rhinite. Avant de commencer le traitement de la rhinite chez une femme qui allaite, il est nécessaire de consulter un important médecin, un médecin généraliste et un oto-rhino-laryngologiste.

Les médicaments vasoconstricteurs ne peuvent pas être utilisés de manière continue pendant plus de 5 à 7 jours. Cela peut entraîner l'effet inverse et une atrophie de la muqueuse nasale. Les préparations les plus sûres comprennent des gouttes à base d’eau de mer et d’herbes végétales, mais d’autres formulations sont autorisées.

  1. Aqua Maris (autorisé pendant la grossesse, l'allaitement et l'enfance).
  2. Pinosol (les huiles essentielles ne contractent pas les vaisseaux sanguins, mais ont un effet anti-inflammatoire).
  3. Nasonesq (utilisable, peut avoir un effet secondaire de brûlure).
  4. Sanorin (non acceptable pour le diabète, pour l'allaitement, à utiliser uniquement après avoir consulté un médecin).
  5. Prevalin (gouttes d’allergies, pas de contre-indications pour la grossesse et l’allaitement).
  6. Tizin (contracte les vaisseaux sanguins, par exemple, pendant l'allaitement lors d'une enflure grave du nez).
  7. Vibrocil (peut provoquer un effet secondaire brûlant).